Envoyer Imprimer PDF

Vendredi soir d’hiver: au lounge ou au spa? 

Les deux à la fois… Fallait y penser! Au Spa Le Scandinave, en plein cœur du quartier historique de Montréal, l’alternance ne se vit pas seulement dans l’eau. Elle s’apprécie autant dans l’aire-fauteuils que dans la salle de repos, où ce n’est pas la température qui change, mais plutôt l’ambiance et l’état d’esprit qui se transforme. Pas tout le temps : seulement, « les vendredis lounge ».

Expression et impression

De 21 h à minuit, les derniers vendredis soirs de février et de mars, la musique zen gagne un peu de volume et de rythme pour devenir plus sexy et permettre d’échanger des regards et quelques mots. Le silence se mue en murmures et parfois en un rire en sourdine. Eh oui, on a le droit de parler pendant les vendredis lounge. Et oui, on a le droit de prendre des egoportraits, comme on dit en ce Montréal français. Bien qu’il n’y ait pas de restriction, les gens prennent tout de même soin de ne pas exagérer. Après tout, l’idée d’un spa est de relaxer.

L’éclairage tamisé, les minces faisceaux et halos de lumière venant du plafond, du plancher, de côté et parfois de sous les meubles, procure à la fois calme et volupté. Le blanc des peignoirs à capuchons ambulants et ondulants devient éclatant pour accorder la place d’honneur à l’humain. On se croirait dans un film futuriste.

L’architecture intérieure de ce vaste loft industriel à la mode du béton à nu et d’inclusions de plexiglass est tout en courbes et contours dans les allées, en pentes douces au sol.

Les grands tableaux noirs et blancs aux murs sont en fait des photographies d’eau bouillonnante, d’éclaboussures, de chutes, de l’artiste Olivier Blouin.

Contrastes et compléments 

Le contraste se veut bienvenu dans les couleurs (gris, noir, blanc), dans les matériaux (murs de vieille pierre grise et murs de mosaïque blanche, bases de lit et plafonds en bois brun doré), dans les positions (lits de plage, demi-lits, «beanbags» stylisés, transats en tissu stretch, canapés modernes à 1 ou 2 places) dans les goûts à boire (chaud, froid), dans les saveurs à manger (sucré, salé, doux, piquant, croquant, onctueux, etc.).

Au rendez-vous en effet les vendredis lounge : thé au gingembre, eau au concombre, smoothie pomme/ananas/banane/carambole/chou frisé, noix, fruits séchés, mini-brochettes fraise/basilic/bocconcini, ou feta/menthe/melon d’eau…

Distribués sur plateaux, comme lors d’un cocktail, d’un invité à l’autre, d’un lit à un fauteuil, par des serveurs tantôt, debout, assis ou à genou donc à votre hauteur, pour ne pas vous déranger dans votre concentration, méditation ou contemplation. 

Le spa lui-même : ouf!

D’abord le bain chaud à 34 degrés Celsius. Chanceux sont ceux qui ont une chevelure leur permettant de se laisser submerger sous la chute! Puis le petit bain ou la douche froide à 5 degrés Celsius. Les grands saunas : le sec et l’humide à 80 degrés Celsius.

En alternance, 3 fois chacun, pour en retirer tous les bienfaits.

Géniale, la logistique

L’accueil, les installations pratiques pour se dévêtir, ranger nos effets personnels, nous changer, sont très bien pensés, du début à la fin.

Tout y est, à portée de main et à vue, sans qu’on ait à demander quoi que ce soit, à qui que ce soit : serviette, fer plat, peignoir, mules, anneaux de tissu élastique pour cheveux, démaquillant, désodorisant, shampoing, lotion coiffante, fixatif pour cheveux, crème hydratante pour le corps et le visage, etc.

Le bracelet électronique blanc qui tient lieu de clé pour le casier est élégant et à l’épreuve de l’eau, en plus! 

Suffit vraiment de n’apporter que notre maillot.

Enfin!

Un spa qui vous donne des mules de la bonne grandeur…

Psst!

Il faut réserver, pour être certain de vous rendre le bon soir et d’y trouver votre place.

Il se pourrait que les «vendredis lounge» se poursuivent après l’hiver, mais il vaudra mieux vérifier avant de s’y rendre. 

Sinon, on serait fou de se passer de ce spa zen moderne, de jour, en semaine ou en weekend.

Sylvie Berthiaume

 

 

Retour