Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Tunisie

Suave randonnée sur l'eau et à vélo 

À la gare d’Amsterdam, les cyclistes venant de tous les continents, qu’ils soient seul, en couple, en famille ou entre amis, ressentent tous la même fébrilité. Ils ont hâte de faire connaissance avec leur guide et leurs co-équipiers de route, d’essayer leur vélo et de mettre le pied sur leur barge…

Ils sont, avec diligence et bonne humeur, accueillis dès leur arrivée pour se rendre déposer leurs bagages sur la barge, avant d’entamer leur circuit dans le Sud de la Hollande : un parcours au long cours tout en douceur, empreint d’harmonies visuelles, de délices gustatifs et de culture créative.

La Hollande bucolique 

L’expérience se résume ainsi : durant une semaine, les journées se passent à vélo sur des routes bien entretenues de la campagne, alors qu’en soirée, on relaxe sur une barge confortable et sécuritaire, où l’on mange et dort vraiment bien. Et chaque jour, pendant que les cyclistes testent leur endurance, sans manquer de s’ébahir devant la nature et l’architecture, la barge navigue jusqu’au prochain point de rencontre à la fin de la journée, bien positionnée pour le coup de départ du lendemain.

Les experts de Cycle Tours les mènent en effet le long de canaux et de rivières, de villes en villes comme Haarlem, Leyde, Delft, La Haye, Rotterdam, Gouda et Uithoorn, en passant par le fameux site de Kinderdijk, et par autant de petites communes telles que Schoonhoven, Vianen, Amsteldam, Nieuwpoort, Haarlemmermeer polder, Kagerplassen et Ridam.

Donc, oui et surtout : champs de fleurs, saules pleureurs, moulins à vent anciens et leurs contemporaines éoliennes, fermes laitières, fromages, ponts levis, digues, berges, plages et dunes qui attirent baigneurs et pique-niqueurs, et parfois des vaches qui s’y prélassent – image faisant assurément sourire.

Mais aussi, au détour : jolies maisons médiévales aux volets de bois ou des 18e et 19e siècles aux toitures et frises colorées, bas-reliefs indiquant les métiers des occupants, pavillons modernes de banlieues et leur jardins souvent occupés par des gnomes, et d’élégants rameurs de bateaux-régates, sport très prisé en Hollande. Et ailleurs, parfois même des coups d’œil sur d’iconiques édifices ultramodernes.

Les rivières et canaux sur lesquels la barge navigue sont - passerez-vous le test de mémoire et d’orthographe? – le canal de la Mer du Nord, Spaarne, Schie, Nieuw Maas, Lek, Holland IJssel, Ringvaart, Kagerplassen, Zijl, Vliet of Rijnkanaal, Rijn Schiekanaal, Delft Vliet.

Notre barge en juillet dernier fut la Wending, mais cela aurait pu être aussi l’une ou l’autre des Sailing Home, Liza Marleen, Anna Antal et Zwaan. En Hollande, les barges sont la plupart du temps d’anciens bateaux plats ayant servi à transporter du fret, et qui ont été aménagés soit en habitations permanentes de style ancien ou moderne à l’intérieur comme à l’extérieur, comme on en voit partout le long des canaux, ou en bateaux avec cabines et salles à manger pour les voyageurs et cyclistes.

Sur la route, bien équipés et guidés 

On parle ici d’un circuit dont la portion vélo occupe toute la journée incluant les pauses pour les repas et les visites. En fait, les cyclistes pédalent durant environ 4 heures par jour, sur 35 à 50 km par jour, sur terrain plat. Il s’agit donc d’excursions dont le niveau de difficulté est 1. On pédale la très grande majorité du temps en milieu rural.

Si on veut louer un vélo, on peut demander ce qui nous convient le mieux : vélo régulier adapté à notre taille et notre poids, tandem pour adultes, tandem pour enfant et adulte, bicyclette électrique, siège pour bébé, etc. On peut également louer un casque protecteur : son port n’est pas obligatoire en Hollande, mais il est évidemment fortement conseillé.

Le guide accompagnateur a tout ce qu’il faut sur lui pour parer à un problème technique. Tous les guides de Cycle Tours parlent anglais, allemand et hollandais. Certains parlent aussi français, espagnol et italien. La sélection du guide accompagnateur se fait donc conformément au profil linguistique du groupe de voyageurs.

Gages de bonheur 

Les routes empruntées en Hollande sont réputées comme parmi les plus belles du monde. Le guide rapporte que plusieurs d’entre eux voient tellement de belles demeures avec bateaux amarrés, qu’ils considèrent les Hollandais comme des gens riches. La vue de cette qualité de vie a d’ailleurs incité plusieurs voyageurs à venir vivre en Hollande.

Même si le trajet s’avère plutôt facile, il n’en demeure pas moins que pour suivre le rythme du groupe de 12 à 26 personnes, dont la plupart sont âgées de 25 à 65 ans, bien que les jeunes à partir de 9 ans soient aussi bienvenus, il faut être un habitué du vélo sur route rurale. Autrement dit, on ne s’aventure pas dans un voyage cycliste si on ne fait une petite randonnée à vélo que deux fois par année ou si cela fait 10 ou 20 ans qu’on n’en a pas fait.

Il est donc fortement suggéré de s’entraîner sur route rurale durant quelques semaines avant le départ, pour atteindre la capacité de 50 km/jour. Ainsi, notre volonté d’accomplissement sera comblée, notre ego sera sauf et nous conserverons nos nouveaux amis qui n’auront pas à nous attendre constamment… bien que la solidarité se tisse très rapidement dans ce type de voyage.

Journées bien remplies et satisfaisantes

Voici le déroulement d’une journée typique durant ce tour cycliste :

8 h 00 : sur la barge, petit-déjeuner copieux chaud ou froid, et préparation de notre lunch du midi à apporter - 9 h 00 à 16 h 00 : vélo, arrêt-visite d’un site ou d’une attraction particulière, lunch, vélo, arrêt-café, vélo - 16 h 30 : arrivée sur la barge, douche et courte sieste - 17 h 30 : cocktail sur le pont, partage des impressions et anecdotes de la journée - 18 h 00 : souper 3 services à de grandes tables collectives, repas très élaboré et résolument délicieux, se distinguant par des amalgames de goûts aussi inédits qu’appropriés, comme la soupe aux arachides et au maïs, ou le gâteau tiramisu le plus décadent qu’on ait vu; le soir des «au revoir», ce fut même un repas indonésien, cuisine très appréciée en Hollande depuis les fastes années import-export du Siècle d’or - 19 h 30 : visite à pied d’un centre-ville historique ou lecture, Internet, relaxation sur la barge – 22 h 00 : nuit sur la barge, en cabine avec fenêtres et toilette/douche privée.

Flexibilité pour les voyageurs

Si un jour ou l’autre, on a plutôt envie de rester sur la barge, profiter de la vue sur les rives et prendre du soleil sur le pont, c’est tout à fait possible! En certains endroits, si on ne veut pas faire de vélo, on peut prendre plus de temps pour visiter un lieu ou une ville spécifique soi-même, sans guide, en ayant pris les dispositions pour rejoindre la barge, à pied, par train ou car.

Si quelqu’un se sent à l’aise de prendre une route à vélo plus longue et de rejoindre le groupe après, c’est aussi possible. Le guide se fait un plaisir de lui fournir les indications et conseils requis.

Pour la nourriture, on peut aviser d’avance si l’on a des préférences, allergies ou restrictions, par exemple : végétarien, sans gluten, etc.

Fiabilité de l'équipe

L’ensemble du circuit est organisé au quart de tour. Rien n’est laissé au hasard. Mais l’équipe est assez expérimentée et aguerrie - tant le guide sur terre, que le capitaine sur les flots – pour apporter rapidement et facilement un changement s’il advient un pépin ou un imprévu de quelconque nature. Ils connaissent tellement bien la Hollande qu’ils savent quelle autre route, ou même quel autre moyen de transport - train ou car - il faudrait prendre pour contourner un obstacle.

Il y a 30 ans, Cycle Tours fut la première compagnie à offrir ce type de voyage en Hollande. Ses circuits se déroulent d’avril à octobre, mais la demande étant forte, il vaut mieux réserver dès l’automne pour pouvoir réaliser un circuit au printemps ou à l’été suivant.

Récompenses visuelles

Le tour cycliste procure certainement une fatigue bienfaisante pour la forme physique. Cet effort apporte également une multitude de gâteries liées aux vues et découvertes rencontrées en chemin. Parmi les lieux que nous avons aimés et qui sont décrits ci-après, il est à noter que leur accès peut être soit inclus dans le forfait de CycleTours, soit à payer en plus sur une base optionnelle.

Haarlem : cité médiévale aux rues de pierres rondes, arborant encore l’ancienne porte la séparant d’Amsterdam, près des plages et dunes de la Spaarne.

Leyde : où se sont constitués les Pays-Bas et où trônent de nombreux monuments, un château et la plus ancienne université du pays.

La Haye : l’immense plage de Scheveningen d’abord; puis la «Cité impériale de la mer», où se trouve le Palais Noordeinde, bureau du nouveau roi Guillaume-Alexandre de la Maison d’Orange-Nassau. On y fait du shopping de luxe dans les boutiques côtoyant des gratte-ciel. Il faut absolument aller voir la «Jeune fille à la perle», célèbre peinture de Vermeer, au cabinet royal de peintures Mauritshuis.

Schoonhoven : la plus petite et l’une des plus anciennes villes des Pays-Bas, érigée au 13e siècle. On l’appelle «La ville d’argent», tel que démontré au Musée de l’argent, à l’École internationale de l’argent et en boutiques.

Delft : depuis le 16e siècle, cette sympathique ville de 100 000 habitants suscite l’admiration à maints égards. Durant le Siècle d’or, Delft était l’un des sièges de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. C’est aussi à Delft qu’a vécu le premier Duc, Guillaume d’Orange, et où se trouve la crypte des membres de la famille royale.

Qui plus est, Delft est la ville où a vécu Vermeer, maître de 35 chefs-d’œuvre, dont des reproductions ornent des façades de commerces ou des installations cubiques mobiles sur les places publiques. Enfin, c’est à Delft qu’a été créé le célébrissime «Bleu de Delft», qui orne pyramides de tulipes, vases, assiettes et autres objets décoratifs de faïence. Des 33 fabriques qui existaient aux 17e et 18e siècles, il en reste une en activité : en la visitant on a accès à l’authenticité faite à la main par 10 artistes exclusifs, pour rapporter notre plus délicat souvenir. Dans la ville, on croise même des lampadaires en faïence «Bleu de Delft», dans une lumière aussi magnifique que celle des tableaux de Vermeer.

Pour sentir le pouls de la population, largement universitaire, rien ne vaut un moment passé à la vaste terrasse du parc-jardin central où se tenait dans le passé le marché de bestiaux, d’où son nom conservé encore aujourd’hui : Beestenmarkt. En prenant une marche de santé, on remarque à quel point les conducteurs d’automobiles doivent être habiles en stationnement parallèle le long des canaux : quelques centimètres de plus sur le côté et ils seraient littéralement dans l’eau! Un arrêt recommandé pour satisfaire sa curiosité ou sa soif : le bar Locus Publicus, où l’on sert plus de 200 sortes de bières.

Rotterdam : de cette grande ville, dont le port est le plus important d’Europe, on doit sans faute aller constater la réputation d’avant-garde architecturale. Ses représentations les plus récentes sont :

  • le pont Erasme, au look aviaire, où se tiennent de grands événements sportifs et culturels;
  • le Markthal, un gigantesque marché couvert, construit sur 2 500 pilotis, en plein centre, inondé de soleil, de fresques alimentaires et florales éclaboussant de gaieté et surplombant une véritable explosion de produits frais et préparés, boissons, fleurs, huiles, condiments, épices et autres victuailles alléchantes, présentés de façons originales pour être emportés ou consommés sur place;
  • la rangée d’appartements Kijk-Kubus, qui semblent tenir sur la pointe de deux arêtes, à photographier mais aussi pour visiter l’unité de démonstration, avec son décor des années 80;
  • si on a le temps: on monte dans l’Euromast qui atteint 185 mètres et si on a le cœur bien accroché, on en redescend en rappel à 100 km/heure.

Mais pour avoir une vue d’ensemble de Rotterdam, la visite guidée d’une heure avec  City-Sightseeing Rotterdam, se veut une belle alternative, nous laissant le temps de prendre quelques photos. Les commentaires audio sont sérieux et rendus dynamiques par des anecdotes.

Kinderdijk : l’incontournable site des 19 moulins à vent construits au 18e siècle, inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO; on peut y entrer, voir comment le meunier travaillait, monter jusqu’au 3e étage dans un étroit escalier pour voir son appartement, et profiter de la vue spectaculaire sur la galerie entourant le toit. S’il vente à notre plus grand bonheur, les voiles s’actionnent.

Gouda : pittoresque, cette petite ville l’est en tout temps, dont le matin quand, sur le parvis de la vieille église Sint-Janskerk, s’anime le marché-magasin général où l’on trouve vêtements, ceintures et bretelles, tissus et accessoires de couture, poêles et caquelons, éponges et brosses à plancher, etc. Encore plus, quand sur la place centrale se tient, le jeudi matin, la vente des grandes meules de fromage du même nom, avec son spectacle-rituel des négociants à charrette tirée par des chevaux. Les étals de moutardes se mariant admirablement bien avec les fromages font saliver tout autant que les petites dégustations des différentes versions de Gouda nature, au cumin, au thym, à la lavande, au basilic, et à la tomate.

À toutes les demi-heures, c’est le spectacle des automates sur l’un des murs de l’église qui amuse les badauds, et ce, depuis des siècles.

La route des tulipes: au printemps 

Parmi les icônes de la Hollande, il y a la tulipe. Sa période de floraison, soit avril et mai, est donc privilégiée par une très grande partie des touristes. C’est aussi la saison où le climat tempéré se veut des plus confortables pour faire du vélo. Et en Hollande, LE lieu mondialement reconnu où l’on peut admirer toute la palette des tulipes, et ce, à perte de vue sur 32 hectares, c’est Keukenhof. Haut en couleurs, c’est le cas de le dire. Cycle Tours propose deux circuits pour profiter de façon optimale de cet atout naturel si délicat : l’un axé entièrement sur les tulipes, l’autre alliant la visite de petites villes historiques aux parcours dans les tulipes.

Les cyclistes-voyageurs peuvent également opter pour un séjour en hôtel plutôt que sur une barge.

La Hollande boulimique: Amsterdam

Évidemment, avant ou après le circuit barge-vélo, la plupart des voyageurs réservent en plus quelques jours à Amsterdam. Ce séjour est indépendant de l’offre de Cycle Tours.

Ce fut pour nous un séjour des plus riches et en effet boulimique! Voir notre autre article.

Pour tout ce que nous avons vu et vécu, la Hollande fut un pays bien difficile à quitter. C’est vrai qu’on aimerait y vivre.

Sylvie Berthiaume

Ce séjour a été fait à l’invitation de Cycle Tours et de l’Office de tourisme des Pays-Bas. Nos remerciements vont également à notre guide Albert, au capitaine Jan et son assistant Baris, ainsi qu’au chef cuisinier Hans.

http://www.holland.com/fr/tourisme.htm


 

Le Wending

Salon-salle à manger du Wending

Vélos en transfert

Grand carosse

Le long du canal

Vaches se prélassant sur la plage

En roulant dans la campagne

Un des innombrables ponts-levis

Typiquement hollandais

Tableau en Bleu de Delft

La Laitière de Vermeer

La Jeune fille à la perle, en Bleu de Delft, version mosaïque

Plafond du Markthal, Rotterdam

Appartements Kijk-Kubus, Rotterdam

Automates, Église de Gouda

Gouda aux différentes saveurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour