Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Croisière en Alaska

Ça commence par un rêve... voir un glacier.

L’Alaska. Le Klondike, les espaces enneigés où le silence n’est brisé que par la glace! Embarquement sur le Radiance of The Seas. Ma première et ma plus belle croisière, dans le  « Inside Passage » – navigation entre les îles. Les points forts de ce voyage: les paysages, la mer froide, les glaciers; les excursions toutes si différentes, si uniques et si enrichissantes; le luxe de ce navire; les différences de culture et des gens si gentils qui veulent partager, bref une petite ville cosmopolite.

Première escale : Ketchikan

Petite ville qui ressemble vraiment à une ville du Far West, une ville de cow-boys, une ville minière avec magasin général des années 1900, les montagnes tout autour, des magasins de diamants, partout. Nous baignons vraiment dans une autre époque en arpentant la rue principale.

On prend le bus pour se rendre à la « Rain Forest ». Une forêt démesurément vaste, des lianes qui tombent des arbres, j’y vois Tarzan s’y balançant...  Des canoës qui nous attendent, 20 personnes qui pagaient sur un lac : végétation dense, arbres immenses avec des troncs énormes. Le guide est fascinant. On arrête pour un lunch léger avec saumon au menu. On marche en silence, promenade en forêt apaisante, tout est plus grand que nature, si grand, si humide et les racines des arbres…

Deuxième escale : Juneau

Toujours les impressionnantes montagnes, c’est la capitale où la lumière du jour dure 18 heures. C’est ici qu’a démarré la Ruée vers l’or en 1880, c’est aussi le fief de Sarah Palin... Nous prenons un tour d’hélicoptère, de tout petits engins pour 6 personnes. Le pilote est un jeune Ontarien, « Bonjour Canada » ....c’est dispendieux, mais cela en vaut le prix. Unique… survoler en basse altitude le glacier Mendenhall, voler au-dessus d’un glacier encerclé de montagnes enneigées. On vole au milieu des montagnes pour arriver enfin au glacier. Ouf ! C’est grandiose…quelle immensité!

On se pose, on descend et on marche sur le glacier. Un guide nous accompagne et nous prête des bottes car, un glacier, c’est très coupant. Il nous parle des cimes noires, de l’érosion des parois des montagnes par la glace qui avance sans cesse vers la mer, des moraines qui s’accumulent. Oui, on se promène plus d’une heure sur ce glacier en buvant aussi de l’eau vieille de15 000 ans, sans aucune date de péremption.

Les glaciers sont bleus, dû à la densité supérieure de la glace compressée au cours du temps. Des « bald eagle » survolent le glacier. Il faut être bien habillé pour apprécier ces paysages de glace. Je m’emplis les yeux de ce bleu qui passe du pâle à l’indigo.

Sur le balcon de la cabine, ce soir-là, je songe en regardant les moutons blancs que forment les vagues, que ce glacier m’a impressionné, et que je ne l’oublierai jamais.

Troisième escale : Skagway

C’est dans l’embouchure de la rivière Klondike qu’on découvrit de l’or, à Skagway: nom Tlingit, qui signifie « la ville où le vent souffle fort ». C’est ici qu’on prend le train pour le trajet « White Pass » de 3 heures qui nous amène jusqu’à la frontière du Yukon. On roule sur des ponts suspendus. Non, il ne faut pas avoir le vertige. On traverse des tunnels de roc, une véritable route scénique en lacets, des torrents.

J’ai adoré voir ces paysages de forêts en train. Un train d’époque qui fait tiuhh-tiuhhhh. Ça vaut vraiment le coup d’œil.

Une journée en mer

Installés sur le balcon, la mer défile, les montagnes enneigées nous suivent, l’air est vivifiant et le soleil est pâle. Il fait jour jusqu’à 10 heures du soir. Nous sommes en août.

Quatrième escale : Icy Point

Il fait très beau, 20 C . Nous sommes ancrés près de la rive et une navette nous amène à quai. Plusieurs petits ilots, des montagnes enneigées. On visite le village Hoonah, où vivent les Tlingit, les Amérindiens de l’Alaska.

Le matin, nous entrons dans un immense bâtiment en forme de tente, tout en bois, et les Tlingits nous parlent de leurs coutumes, tous vêtus de leurs vêtements ancestraux. Avec plumes et chapeaux en bois de leurs ancêtres, ils sont beaux : peau ambrée, yeux perçants, corps athlétiques. C’est avec plaisir que nous dansons avec eux.

En après-midi, je ferai une descente en Zip-rider…le plus long du monde. Le bus prend 20 minutes pour escalader la montagne, puis on descend du bus et on continue en marchant comme une légion romaine 5 de large…on reste serrés car le guide nous dit qu’il y a beaucoup d’ours dans le coin…légende urbaine?  Enfin, arrivés en haut, à 5 330 pieds, on descend à 100 kilomètres à l’heure : 3 minutes pour 100$ US. C’est grisant.

Autre journée en mer

Cette fois, le bateau entre dans une baie et va se placer devant une falaise de glace de quelques kilomètres de long, le glacier Hubbard. Je compte 16 cimes très près de nous, petits icebergs détachés du glacier qui flottent vers l’océan.

Il est très tôt, 6 h 30, tout le monde sur les balcons, les appareils photo en action font clic-clic. On sent une fébrilité, les gens sont excités. Puis, le bateau tournera 3 fois sur lui-même pour que tout le monde apprécie le spectacle au grand complet. Imaginez-vous, un navire de cette envergure qui tourne lentement…C’est l’euphorie ! Un glacier, c’est la puissance, le génie de la nature. On entend le glacier craquer, des pans de glace s’écroulent, s’écrasent dans la mer,  de nouveaux petits icebergs viennent de naître. Le glacier avance et l’histoire recommence.

Dernière journée

Au petit matin, arrivée à Seward. Qu’il est beau ce petit port de pêche tout illuminé à 6 heures du matin. Excursion en mer : bateaux de pêche pour les adeptes de la pêche au saumon. Ce sera une soirée avec un bon repas de fruits de mer et la préparation pour le voyage par autobus vers Anchorage… avant le retour vers Vancouver, quelques 2 jours plus tard avec nos inoubliables souvenirs d’immensité, de lumière, de glace et de chaleur des habitants et de nos amis croisiéristes!

 

Marc Pastor & Suzanne Lemieux Pastor

 

 


 

 

 

 

Retour