Envoyer Imprimer PDF

Cuba en longueur et en largeur

Les voyageurs canadiens et européens connaissent déjà bien les séjours « tout inclus » dans les stations balnéaires de Cuba et plusieurs se disent prêts à passer à un autre type de voyage.

Parce qu’ils apprécient la personnalité des Cubains et l’histoire du pays, ils aimeraient bien y retourner pour de plus longs séjours pour découvrir « l’autre nature », «  l’autre culture» et « l’autre vie » de Cuba, mais ont parfois la fausse impression que ce n’est pas chose facile ou possible.

Fausse impression, en effet. Par exemple, oui, on peut être basé à La Havane pour apprécier sa gastronomie, son architecture, ses peintres et ses musiciens, et profiter tout de même des magnifiques plages Del Este, situées à 30 minutes de route seulement, grâce aux navettes qui les relient trois fois par jour aux hôtels de la ville.

Longs séjours à la carte

Style langueur : on peut opter de changer chaque semaine de site balnéaire,  en formule « tout inclus », pendant 1 mois, ou 2 ou 3... Les voyagistes Tours Mont-Royal, Varaplaya et Caribe Sol offrent de longs séjours intéressants.  Certains préféreront le camping fort agréable façon Cubamar.

Style labeur : on peut y séjourner 2 ou 3 semaines en participant à des équipes de travail solidaire, donc bénévole. Le coût du voyage comprend toutefois l’hébergement en auberge, chez l’habitant ou en petit hôtel, les repas, des excursions, etc., car à Cuba, il faut naturellement se reposer aussi.

Pour y participer, il n’y a pas de limite d’âge, il y a même des groupes organisés par classe d’âges, incluant les retraités. Et il n’est pas nécessaire d’avoir déjà de l’expérience en coopération internationale ou d’être un expert en agronomie, en éducation ou en construction. Chacun peut apporter sa contribution, selon ses qualités et capacités.

Il s’agit donc d’une formule de vacances peu dispendieuse et valorisante, tant pour les vacanciers que pour la population locale. Motivation à passer à l’action chez Åro Coopéraction International.

Style découvreur : on peut aussi décider que l’on va apprendre pour de bon l’espagnol, ou la salsa… ou bien, se gaver de jazz pendant le festival  annuel… ou faire du cyclotourisme ou de la plongée, s’adonner à l’ornithologie, ou visiter tous les musées de Cuba…  Bref, y aller à fond pour assouvir notre passion, dans le décor naturel le plus idyllique qui soit. Des idées à profusion en discutant avec votre agent de voyages.

En longueur et en largeur

Tous les types de transports peuvent être utilisés à Cuba: vols domestiques, bus, train, automobile, motocyclette, vélo, etc. Il y a 12 aéroports à Cuba. On peut donc arriver à La Havane et repartir de Santiago, par exemple. Les modes de transports locaux sont aussi nombreux et flexibles qu’économiques.

Tranquillité d’esprit

C’est reconnu : Cuba est sécuritaire.  Pour les femmes qui voyagent seules aussi, en autant qu’elles ne se mettent pas elles-mêmes dans des situations risquées. Et, fait à noter, dans les zones moins habitées, il n’y a aucun animal mortel pour l’humain. La qualité et la disponibilité des soins de santé sont tout aussi rassurantes.

Paperasse au minimum

Côté formalités, rien de plus simple. Un passeport canadien valide pour un mois après la date prévue de votre retour et la carte touristique, valide pour 3 mois, et qui peut être prolongée de 3 mois, émise par le grossiste ou le transporteur aérien. L’ambassade de Cuba au Canada est accueillante.

La carte d’assurance maladie et le permis de conduire canadiens sont acceptés. Toutefois, pour assurer la couverture complète des frais de médicaments et d’hospitalisation, une preuve d’assurance privée additionnelle est exigée.

Septembre est assurément le bon moment pour commencer à planifier votre hiver à Cuba!

www.gocuba.ca

www.embacubacanada.net

www.arocoopintl.org

Recherche et rédaction: Sylvie Berthiaume

 

 

Retour