Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Russie Palais de Peterhof

La Russie - De maintes façons lumineuses, dorées et colorées, les villes russes de Moscou, Saint-Pétersbourg, Peterhof, Yaroslav, Novgorod et Sergiev Posad, ont laissé une empreinte profonde sur notre petit groupe d’amis attirés par la culture et l’histoire.

Et la surprenante gaieté de l’architecture extérieure des lieux de culte chrétien orthodoxe, alliée à l’omniprésente beauté des icônes, jusque sur les places publiques et dans les commerces, ont tôt fait d’ajouter une dimension spirituelle à ce voyage, quelle que soit l’ampleur et l’origine de notre foi.

Nuits blanches à Saint-Pétersbourg

Un autre élément élevé au rang de culte en Russie, mais naturel celui-là, est sans contredit la période des nuits blanches, qui s’étend de la mi-mai à la mi-juillet. Il n’y fait ni totalement jour, ni totalement nuit, on se croit à l’aube ou au crépuscule, ce qui crée une atmosphère intrigante ou romantique, c’est selon.

Cette incongruité due à la position de la Russie sur la planète est prétexte aux longues marches dans différents quartiers, ainsi qu’aux célébrations festives et culturelles de toutes sortes. La ville ne dort plus, les concerts, spectacles et animations de rue abondent.

En tout temps, la croisière sur la Neva procure aussi une vue magnifique sur Saint-Pétersbourg.

Yaroslav: la perle de la Russie

Yaroslav, située à 250 kilomètres au nord-est de Moscou, au confluent de la Volga et de la Kotorosl, fait partie de l’anneau d’or constitué de plusieurs villes princières autour de Moscou.

Inscrite depuis 2005 au patrimoine mondial de l’Unesco, Yaroslav est réputée pour son centre historique comportant des églises du XVIIe siècle et pour son aménagement urbain édifié par la Grande Catherine au XVIIIe siècle. Yaroslav a été rénovée récemment en respectant plusieurs de ses structures et monuments d’origine, dont le  monastère Spassky, datant du XIIe siècle, qui fut toutefois l’objet de reconstructions au fil du temps.

Yaroslav est aussi le berceau de la fabrication d’icônes russes et c’est encore là que se trouve la principale école. Les icônes sont ces tableaux de différentes dimensions, peints sur bois avec des pigments aux couleurs d’origine et de vraies feuilles d’or, représentant des scènes de la Bible agréées par les autorités religieuses.

Lieux de piété

C’est à Novgorod, ancienne capitale de la Russie, que se trouve le Yur’ev, monastère très conservateur, alors qu’à Moscou on retrouve le couvent Novodevichi pour les moniales.  Tous deux peuvent être visités : le jardin et l’église.

La dévotion des russes ne s’exprime pas que dans ces hauts lieux religieux. Elle est tout aussi palpable sur la Place des cathédrales du Kremlin, où les chants des chorales sont très émouvants.

À la Cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou, il est aussi possible de monter sur le toit pour admirer la ville.

Art et artisanat

Côté musées, la Russie rivalise avec tout autre pays européen.

Il y a, à Saint-Pétersbourg, le Musée de Russie, pour les aficionados d’art moderne. Pour les férus d’histoire, il y a bien sûr L’Hermitage, aussi majestueux que le Louvre : un voyage dans le temps, un cours d’histoire, un rêve éveillé notamment devant les costumes et mobiliers princiers.

À Moscou, les incontournables sont la Tretyakov Art Gallery, située dans l’un des plus vieux et riches quartiers de la capitale. Et, pour être témoin du plus bel exemple de démocratisation de l’art au monde, il faut absolument visiter toutes les stations du métro, lesquelles sont tout simplement époustouflantes : tant d’art intégré dans un lieu fonctionnel quotidien et si achalandé tient du génie.

On peut mettre quiconque au défi : personne ne peut demeurer indifférent devant la grâce et la beauté de toutes les composantes du ballet Bolshoï. soit les danseurs, la musique, les décors, le théâtre lui-même.

Après une longue visite dans l’un ou l’autre des grands marchés publics, comment ne pas repartir avec des châles traditionnels de laine et de soie ou avec des poupées gigognes, avec des décorations de Noël sublimes, des œufs peints et laqués, tous fabriqués à la main par des artisans venant de tous les coins de la Russie.

Les douanes russes à l’aéroport confisquent les antiquités achetées, même celles que certains commerçants vous auront convaincu d’acquérir sans crainte à cet égard. En fait, tout ce qui a plus de 25 ans est confisqué. Il ne faut donc pas s’y risquer.

Sur les papilles

Quelle belle et bonne soupe que ce «borsch», fait de betterave et de crème sûre, que l’on trouve sur tous les menus russes, tout comme le hareng mariné ou le poulet, l’aneth, le chou, les champignons, les concombres ou les kvas et le kéfir.

Vodkas et bières? Évidemment!  Et le caviar, dans les hôtels 5 et 6 étoiles, naturellement.

Enfin, on a vu plus original, mais il ne faut certes pas dire «j’aurais dû…» : il faut en effet boire un chocolat chaud au Café Pushkin, voisin des grands couturiers.

Côté pratique

Les hôtels sont de qualité, bien tenus, propres et le service y est courtois et attentionné.

Les chauffeurs de taxis ne parlent que le russe. Il faut donc prévoir demander au concierge de votre hôtel de vous écrire en russe le nom et l’adresse des endroits où vous voulez vous rendre, et en profiter pour lui demander quel est le coût approximatif de chaque course.

Les principales cartes de crédit sont acceptées dans les hôtels et les principaux sites officiels de visite.

Les trains, de type européen, sont confortables et sympathiques avec leurs petits compartiments privés où l’on peut dormir, même si on n’a pas réservé une couchette.

Dans les lieux de culte, il est bien vu que les dames se couvrent la tête d’un foulard.

Les seuls endroits où l’on peut acheter des icônes sont sur la Place Rouge et à la Church Factory, de Sofrino, près de Yaroslav.

La nouvelle économie de la Russie privilégie le tourisme et les visiteurs sont fort nombreux. Être accompagné d’un guide facilite grandement les choses, non seulement pour obtenir d’excellentes informations car ils sont admirablement bien formés, mais aussi pour éviter les longues files d’attente aux cathédrales, monuments, institutions et musées parmi les plus magnifiques du monde.

Autre idée qui justifierait le trajet...

Pourquoi pas le Festival du film policier de Moscou, du 20 au 24 avril 2011?

Un voyage en Russie : extraordinairement inspirant et édifiant.

Diane Laroche et Sylvie Berthiaume

 

 


Nuit blanche à Saint-Pétersbourg 

Vue de la Neva

Yaroslav

Novgorod 

Dacha à Novgorod

Danseuses du Bolshoï

Métro de Moscou 

Notre-Dame de Kazan, Place Rouge

Crédits photos: Diane Laroche et www.russia-travel.com

 

Retour