Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Solitaire solidaire au Pérou

Du dévouement à l’épanouissement…

Je reviens d’une expérience que je recommande à tout le monde le moindrement sensible à l’iniquité économique sur Terre et aux besoins immenses des enfants, des mères célibataires et des personnes âgées.

J’ai décidé de partir seule, durant un mois, au Pérou, à Tacna plus précisément, pour me joindre à la mission des Sœurs de Charité de Sainte-Marie, associées avec les œuvres de santé et d’instruction Marie-Clarac.

C’est une mission à laquelle nous pouvons tous contribuer en temps, en matériel ou en argent.

J’ai décidé de faire les trois. Avant de partir pour le Pérou, j’ai organisé une petite soirée bénéfice toute simple et j’ai pu arriver là-bas avec quelques milliers de dollars en poche pour acheter des effets scolaires, et quelques jeux pour les plus petits.

J’ai séjourné chez les sœurs. Les journées débutaient très tôt, en remplissant des cuves d’eau potable pour répondre à tous les besoins du jour. Ensuite différentes tâches très concrètes m’attendaient à la garderie des 2 à 5 ans, puis auprès des écoliers. J’ai servi les repas du midi aux plus pauvres, puis j’aidais à faire les devoirs.

Certains jours, nous allions faire des visites à des familles pour mieux connaître leurs besoins en matière de nutrition et d’éducation. Les regards que j’ai croisés, tristes, puis joyeux, constituent le plus beau salaire.

En fin de journée, après cette remise en place morale, je me remettais en forme physique, puis en forme spirituelle à la messe quotidienne.

De la découverte à l’ébahissement…

J’ai aussi pu visiter le port d’Ilot et la petite ville d’Arequipa, avec les religieuses, pour aller à la rencontre d’autres congrégations.

Je ne  pouvais être au Pérou sans visiter Lima, cette mégalopole de 27 millions d’habitants.  Incroyable : c’est là que j’ai vu, sur un même site, les plus nombreuses et plus belles fontaines d’eau au monde.

Le summum au sommet, après un voyage en train vertigineux, c’est bien entendu le Machu Picchu, l’une des sept nouvelles merveilles du monde, toujours admirablement conservé malgré son lot incroyable de touristes. La rencontre de lamas sauvages en liberté m’a bien amusé. J’aurais voulu m’asseoir et contempler ce site majestueux toute la journée. Il m’a impressionné davantage que les Pyramides d’Égypte. C’est tout dire!

Nul besoin de parler espagnol

Quiconque est intéressé à donner du temps à cette mission peut le faire même s’il  ou elle ne parle pas l’espagnol, ce qui est mon cas. J’en ai bien sûr appris un peu là-bas, mais ce n’était pas requis pour faire ce que j’avais à faire : remplir des besoins humains de base. Pour cela, pas besoin de mots. Un regard suffit pour se comprendre et s’aimer comme êtres humains. 

Et un repas, un ballon, une radio suffisent à décrocher la lune.

La suite, ici

Le 22 mars, Journée mondiale de l’eau, j’ai été vivement touchée de voir des centaines d’enfants manifester et clamer l’importance de ne pas gaspiller l’eau potable.

J’ai l’intention de poursuivre mon humble mission en imprimant et en vendant des cartes postales à partir des magnifiques photos que j’ai prises au Pérou.

Le but : aider à ce qu’il y ait un système d’approvisionnement constant en eau potable.

À suivre…

Catherine Sévigny


Lima


Tacna


Machu Picchu

Cuzco - Machu Picchu

 

 

 

 

 

 

 

Retour