Envoyer Imprimer PDF

Chypre à l’ombre des caroubiers

En savourant le halloumi

L’engouement pour l’environnement et l’agrotourisme a eu des échos tout naturels à Chypre, l’île d’Aphrodite, où la vie simple et saine a toujours été à l’avant-plan, même devant son tourisme balnéaire, pourtant florissant.

Cela n’empêche pas les agrotouristes de profiter de son splendide littoral rocailleux, de ses plages de sable blanc et chaud, ainsi que de ses criques idylliques. Ceux-ci ont en plus le bonheur d’être entourés des couleurs des oliviers, citronniers, amandiers, manguiers et bananiers ou de respirer l’oxygène émanant des pins, chênes nains, cyprès et cèdres. Ou encore d’écouter les bêlements des moutons et des chèvres qui, à défaut d’être mélodieux, nous transportent bien loin des soucis quotidiens de citadins que nous sommes.

Les vues sont rien de moins qu’époustouflantes sur la Méditerranée comme sur le légendaire Mont Olympe de 1 950 mètres, la plaine de Messaoira, le bassin de Morphou et la chaîne de montagnes Pentadactylos.

Une nourriture inspirée de plusieurs voisins

Grecs, turcs, orientaux, italiens et anglais… Les plats de Chypre sont composés de poisson, calmar, poulpe, agneau, lapin et porc, cuits sur le gril au charbon de bois ou dans un four d’argile, associés à l’huile d’olive, au coriandre, à l’eau de rose et aux plantes aromatiques et légumes de l’île.

Les Chypriotes adorent les Mezze, en 30 versions équivalentes des tapas espagnols, c’est-à-dire de petites portions qui, en fait, sont plutôt grandes et dont on peut se contenter comme repas. Et on dénombre au moins quatre fromages produits sur place, dont le fameux halloumi.

On peut donc affirmer que la cuisine chypriote est plus variée que la cuisine grecque traditionnelle.

Les desserts sont faits de fruits qui abondent dans l’île, notamment la citrouille rouge et le raisin, lesquels se retrouvent souvent en compote dans une pâte feuilletée.

Une culture millénaire

Dans la population, bien sûr. Dans la terre, aussi: c’est en effet à Chypre que l’on retrouve les plus vieux crus du monde!  La culture du vin remonterait à 2 000 ans avant Jésus-Christ. Une bouture du Mont Olympe serait même à l’origine du champagne!

Aujourd’hui, les blancs secs de Chypre sont le Bellepaïs, l’Aphrodite, le Kolossi, l’Amathus et le Arsinoé; les rouges sont le Kikko, l’Ahera, le Salamis et le Keo Claret. On y produit aussi des rosés tels que l’Amorosa, le Rose Lady et le Rosella. En apéro, on boit le Ouzo comme partout en Grèce, ainsi que le Filfar fait d’orange amère, ainsi que le Brandy Sour. Et pour digestif, on sert le Zivania. Le plus reconnu est le vin de dessert, Commandaria.

Se loger naturellement

Que ce soit en s’invitant chez l’habitant, ou en louant un gite de caractère, une ancienne demeure traditionnelle, un petit hôtel familial, un appartement ou une maisonnette, la pierre et le bois sauront vous rafraîchir le jour et vous réchauffer la nuit. Les offres sont nombreuses dans le massif de Troodos, entre autres, à Nicosia, Lamaca, Paphos et Limassol.

Un d’entre eux a retenu notre attention : l’appartement Anoi, dans le village d’Episkopi, faisant partie du portefeuille Piskopos Traditional Resorts.

Par sentiers, de monastère en église

Mis à part manger et boire ce que l’on est venu découvrir – agrotourisme oblige – il faut digérer tout cela en randonnée à pied, à vélo ou à cheval, dans les nombreux sentiers reliant les monastères et les églises classées par l’UNESCO.

Y aller dès maintenant ou plus tard

À court terme, ce serait en octobre, car il est préférable d’éviter les pluies de novembre à mars. Ensuite, en avril, mai ou juin. On devine facilement qu’à l’été, c’est torride.

Pourquoi pas tout de suite…

www.agrotourismcyprus.com

www.agrotourism.com.cy

www.piskoposresort.com

Recherche et rédaction: Sylvie Berthiaume

Citronniers

Caroubiers

Fromage halloumi

Monastère Kykkos

 


 

Retour