Bannière
Envoyer Imprimer PDF

La Suisse au chaud dans un igloo

D’accord, ce ne sont pas tout à fait des igloos, mais elles ont la même forme et l’environnement, à l’intérieur comme à l’extérieur, est aussi magique.

Alors, pourquoi souffrir dans un véritable igloo, car il faut l’avouer, il n’est pas donné à tout le monde d’aimer coucher presque dehors, même dans un très bon sac de couchage?

Le Whitepod Resort, au cœur des Alpes suisses, comporte 15 pods, qui sont en fait des tentes à forme géodésique, de 40 mètres carrés chacune, chauffées par un poêle à bois, confortables et décorées de façon à bien marier le rustique et la modernité.

De plus, les Whilepods sont un exemple de tourisme durable et se sont vus attribuer le Prix mondial du Tourisme Responsable en 2005. De quoi rassurer notre conscience environnementale!

Repos et remise en forme

Mis à part la relaxation au spa, on a le choix des expériences extraordinaires comme le parapente, le deltaplane, la raquette en excursion de nuit et les randonnées avec chiens de traîneaux. Sinon, le ski alpin et le ski de fond dans les Alpes sont à la portée de tous.

Les petits déjeuners sont servis au Chalet des Cerniers. Quant aux autres repas, sans oublier la fondue suisse, ils sont offerts à l'autre restaurant du resort, l’Alpage.

En prime

Ils y ont pensé : vos bagages sont transportés du chalet principal à votre igloo en motoneige ou en chenillette.

Enfin, le jour, vous avez des vues grandioses garanties sur les Alpes et le lac Léman. À l’horizontale, le soir, c’est le ciel étoilé qui veille sur vous. C’est tout dire.

Comment et quand s’y rendre

De Genève ou de Lausanne, on prend le train jusqu’à Aigle, l’autocar jusqu’à Monthey, puis le bus postal jusqu’à Les Cerniers.

Du 20 décembre au 15 avril.

Autres options authentiques et froides

Pour les vrais de vrais braves, de vrais igloos où dormir, on peut aussi en trouver en Suisse, entre autres entre Riffelberg et Gornergrat, à Davos et à Gstaad. Mais nous y reviendrons!

www.zermatt.ch

www.whitepod.com

Octobre 2011

Recherche et rédaction: Sylvie Berthiaume

 


 

Retour