Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Morelos Mexique Euphorie du mois

L'État de Morelos, Mexique  -  État de grâce, tout en élégance. Dans une ambiance idyllique, mystique, historique ou éclectique. Accompagné d’un climat printanier égal et idéal, toute l’année durant.

Au centre du Mexique et de montagnes magiques, la ville de Cuernavaca et ses villages voisins sont encore le théâtre de traditions préhispaniques, même après avoir été les hôtes d’événements historiques initiés par d’illustres personnages comme Hernan Cortès et Emiliano Zapata, souvent dépeints par les murales monumentales de Diego Rivera, et toujours omniprésents dans l’État de Morelos.

Ces environnements mythiques, envahis par les racines tentaculaires des amates et enrobés de bougainvillées et de rosiers ont été choisis depuis longtemps par des gens au goût extrêmement raffiné, dotés d’une générosité et d’une intelligence du cœur remarquables, pour y créer des lieux de villégiature uniques.

Véritables écrins

Quiconque n’est jamais allé au Mexique ou n’en connaît que ses plages aussi belles soient-elles, sera littéralement subjugué par les attraits naturels, architecturaux, hospitaliers et gastronomiques de Cuernavaca, Teploztlan, Jiutepec, Amacuzac, Atlatlahuacan, Tlacotepec, Yecapixtla et Xochicalco, situés à seulement une heure de route, au nord de la ville de Mexico.

Les hôtels indépendants où nous avons séjourné dans cette région, sont membres du groupe sélect Tesoros. Ils affichent aussi d’autres symboles de reconnaissance internationale, notamment liés à la gastronomie et à l’écologie.

Bien que très différents les uns des autres dans leur style traditionnel ou contemporain, ils offrent en effet  le nec plus ultra moderne en termes d’installations, de services et de restauration. Nous avons de plus été surpris de constater leurs coûts abordables, comparativement aux prix canadiens américains et européens, pour les mêmes standards de qualité. 

Vibrantes expériences à la carte

L’État de Morelos est incidemment une destination de prédilection, dirions-nous, pour les longs séjours d’hiver, les cérémonies de mariage et lunes de miel de grande classe, les voyages en solo ou en couple pour le ressourcement physique et mental en spa, ainsi que pour les amateurs d’histoire, d’archéologie et d’architecture. D’autres apprécieront être guidés spirituellement sur la Route des Couvents.

Et ceux qui ont absolument et légitimement besoin d’injections annuelles de sable, d’eau salée et de soleil peuvent être rassurés : les stations balnéaires ne sont pas bien loin. Ceux-là pourraient donc opter pour «le meilleur des deux mondes», soit un séjour d’une semaine dans Morelos et une seconde semaine à Acapulco ou Puerto Vallarta, ou vice-versa.

La visite de Mexico pour quelques jours, dès l’arrivée ou avant le départ du pays, est par ailleurs incontournable, surtout pour ses innombrables musées de très grande réputation et pour contredire tous les clichés véhiculés, aussi injustes qu’éculés. 

Tepoztlan: en symbiose avec la nature 

La Posada del Tepozteco est une ancienne résidence de diplomate, abritant 22 chambres cossues et confortables ayant chacune son décor et aménagement spécifique. Elle est située sur un site rien de moins qu’exceptionnel offrant, de chaque chambre avec terrasse, de sa piscine et de son restaurant, une vue panoramique sur la vallée et son couvent du 16e siècle, San Juan Bautista, cité au patrimoine mondial de l’UNESCO, ainsi que sur la montagne magique et sa pyramide précolombienne, où l’on a trouvé des vestiges datant d’avant J.-C.

C’est un lieu où l’on s’adonne au trekking, au vélo de montagne, à l’observation sonore et visuelle des oiseaux dans le noir avec un biologiste, au golf sur l’un des sept clubs situés à proximité, et au bain de vapeur aztèque accompagné d’un spécialiste de la médecine naturelle. Sans compter les ateliers d’écriture littéraire et poétique intitulés «Under the volcano».

La gastronomie occupe aussi une grande place à la Posada del Tepozteco: chaque année, des chefs français et mexicains de renommée internationale y sont invités pour partager leurs secrets avec son chef et ses cuistots. On y donne également des cours de cuisine aux clients, même en dehors de la compétition de mole, ce fameux plat mexicain composé de poulet et de sauce au chocolat. Fait digne de mention : on y parle français, en plus de l’anglais et de l’espagnol.

Son livre d’or peut faire bien des envieux: Diego Rivera, Dolorès Olmedo,  Antonio Banderas, Angelina Jolie, l’écrivain Juan Rulfo, le Grand Chef amérindien du Canada, Ted Moses, des moines tibétains venus réaliser un mandala, ce qui témoigne du caractère sacré du lieu où est érigée la Posada. Des dizaines de sommités… 

En contact avec l'univers 

Toujours à Tepoztlan, le spa-hôtel Sitio Sagrado, entièrement de blanc revêtu, se découpe de façon lumineuse par ses lignes aussi pures que modernes dans le vert ambiant des montagnes sacrées qui l’entourent.

Les couples qui le fréquentent pour une semaine ou pour un weekend sont comblés d’aise et de beauté par le design des suites dont aucune n’est identique, qui intègre parfois un jacuzzi, et où un son magnétique non perceptible procure un meilleur sommeil. Le restaurant ouvert sur l’air pur ambiant, et les magnifiques lits alcôves bleu et blanc entourant la piscine figurent aussi parmi ses attraits exceptionnels.

En couple, en petit groupe, ou «entre filles», on peut y vire l’expérience  spirituelle du temazcal : tout en prenant un bain de vapeur dans une hutte préhispanique de terre cuite, un chaman pratique un rituel traditionnel de guérison du corps et de l’âme par la prise de contact avec les morts, et le retour dans le ventre maternel: un rebirth, en somme, dans le noir, avec effluves de menthe et d’eucalyptus.

Les aménagements et traitements offerts par son spa se veulent tout à fait originaux. Dans sa «grotte des sens», on vit une expérience holistique : un bain de vapeur sous une voûte étoilée sur laquelle des rayons laser reproduisent l’univers, et après avoir parcouru la grotte en prenant trois bains dans des températures d’eau différentes, on a droit à un massage de la tête au pieds.

Le proprio de la Sitio Sagrado étant biologiste, on peut être confiant que les soins, les aménagements et l’exploitation de son spa-hôtel sont parfaitement respectueux de l’environnement. 

Quoi d'autre à Tepoztlan? L'immersion dans les traditions 

Visitez l’illustre couvent-musée et admirez, à l’entrée du site, la grande murale représentant chaque année une scène historique différente, et composée de fèves de formes et couleurs fort variées. Impressionnant!

Regardez, humez, goûtez aux produits disposés sur les dizaines d’étals du marché : entre autres, plusieurs sortes de champignons, des tortillas bleues ou blanches, cuites devant vous, et des grands morceaux de peau de porc croustillante, que l’on mange en collation comme des chips salées ou ajoutées en guise de croûtons dans les salades et les soupes.

Aux alentours: faites un pique-nique de nopales (feuilles de cactus) et de fromages, au bout de la route, tout au sommet de la montagne Santa Barbara. Arrêtez en bordure d’autoroute aux kiosques de roses multicolores, et surtout,  achetez-en au moins une douzaine, pour moins de 1$!

Visitez le Jardin botanique d’Oaxtepec,  aménagé au 15e siècle, et qui se veut le premier et le plus grand du genre dans le monde occidental, avant Paris et Florence.  Arpentez le petit village de Tlayacapan, qui compte 30 églises et chapelles pour 10 000 habitants…!  dont l’une, dédiée à l’enfant Dieu, est aménagée dans une nouvelle  maison privée, chaque année, et où les croyants entrent pour demander des faveurs et déposer des centaines d’offrandes.

Et oserez-vous partir en excursion au volcan Popocatepetl? 

Atlatlahuacan, la fière  

Le maire Alfredo Reyes Benitez, dès son élection il y a moins de deux ans, a clairement annoncé sa vision du développement : le tourisme. Et la concrétisation de cette vision ne s’est pas fait attendre.

Les habitants de Atlatlahuacan ont toutes les raisons d’être fiers de leur maire et de leur petite ville: un musée historique vient d’ouvrir, la place centrale entièrement rénovée peut s’enorgueillir d’avoir le plus beau gazebo et le mobilier urbain le plus moderne d’Amérique, une magnifique fontaine anime les weekends étoilés d’un jeu de sons et lumières, et une grande allée magistrale met encore plus en évidence son fabuleux monastère rose.

Si vous êtes chanceux, vous y pourrez entendre un concert de chants grégoriens: moment transcendant! 

L'Hacienda de Cortès à Jiutepec 

Attention, vous serez renversés, garanti! Pas étonnant que le film Zorro mettant en vedette Antonio Banderas, Anthony Hopkins et Catherine Zeta-Jones y ait été tourné.

Ce domaine-monument historique, aménagé à même les vestiges de la compagnie de canne à sucre créée par Cortès au 16e siècle, comporte depuis 1975, 23 grandes suites en demi-niveaux, dont deux encore plus grandes rendent hommage au Sha d’Iran qui y a déjà séjourné durant un  mois, et à Zapata, figure emblématique du Mexique. Soulignons que tout le design d’intérieur est le fait de la fille du proprio, Yolanda Gonzalez-Ulloa.

Ce qui éblouit encore davantage tous les clients, dont les futurs mariés et leur cortège, c’est un restaurant ouvert enlacé par des amates de 200 ans et bordé par une piscine à colonnes fleuries digne des rois d’Espagne, ainsi qu'une vaste cour intérieure pour les cérémonies réunissant jusqu’à 400 personnes et où la cascade spectaculaire est nulle autre que le système original d’alimentation en eau. Les banquets peuvent aussi se dérouler à l’intérieur dans une vaste galerie de meubles antiques et de calèches.

Allées, passages et arches extérieurs grandioses composent un décor féérique pour tout type de séjour. La carte et le service du restaurant sont impeccables. Les équipements sophistiqués du spa sont des plus tentants. Bref, le souci du détail et de la perfection s’appliquent à tout ce que l’on voit et vit à l’Hacienda de Cortès. 

Cuernavaca, la sophistiquée 

Le Relais & Châteaux Las Mananitas, un établissement qui a fêté ses 56 ans cette année, est assurément une valeur sûre côté hôtel. Ce qui s’y démarque encore plus est le décor de son spa et sa table.

Pour satisfaire tous les sens, entre l’accueil très attentionné, l’accompagnement constant et les soins experts, des détails qui plaisent particulièrement : les murs d’onyx éclairé, la piscine de mosaïque scintillante, la boisson froide à la chlorophylle dans une flûte à champagne à savourer dans le jacuzzi, le thé aux fruits durant le repos à la bibliothèque.

Pour le goût, la superbe terrasse bien fréquentée, une carte aussi éclectique que savoureuse, un dessert-phare, le gâteau au chocolat glacé, et une cave à vin enviable, comportant entre autres sa propre téquila et des vins blancs, rouges et rosés, venant de l’Uruguay et de France et créés expressément pour Las Mananitas.

Et que dire de sa collection d’œuvres d’art, dont la valeur atteint les 8 millions $.  

Jardin éloge de la Femme 

L’Hosteria Las Quintas mérite pour sa part des mentions d’honneur au chapitre de son jardin qui regroupe des centaines d’espèces de plantes et de fleurs provenant de partout dans le monde, dont un arbre de 360 ans.

Qui plus est, cet écrin végétal qui change de couleur au gré des saisons est habité de dizaines de sculptures de Victor Hugo Castaneda, représentant la Femme dans toute sa beauté, sa plénitude, et son rôle sur Terre.

Lorsque le directeur de l’hôtel vous accueille en vous amenant d’abord dans les coulisses sacrées de la cuisine, c’est tout dire. Il s’amuse aussi à organiser des événements axés sur la bouffe, comme «Everybody is a chef», où il y a une compétition entre ceux qui créent un soupe, un plat et une salade. Ici, le menu est international et surprenant pour le Mexique : chinois, japonais, et péruvien. Tous les jours, le petit-déjeuner buffet typiquement mexicain est tout ce qu’il y a de plus frais et délicieux, chaud ou froid.

À Las Quintas, côté hébergement, on trouve plusieurs différents types de chambres et suites, en casitas, en pavillons, etc. Un lieu absolument foisonnant d’idées et d’initiatives charmantes.

Disciple d'Épicure et de démesure artistique 

La maison-musée de la Fondation Robert Brady, à Cuernavaca, étonne, fait sourire, rend admiratif et fait rêver. D’abord, Robert Brady lui-même. De son vivant, il a incarné l’expression «bon vivant» à son comble : artiste, jet-setter, amateur de bon vin et de bonne chère, mesurant 1 mètre 90, toujours habillé de djellabahs scintillantes, il a fréquenté et reçu dans cette maison les Joséphine Baker et autres personnalités extravagantes de ce monde. Il a surtout constitué une collection d’œuvres d’art et d’objets décoratifs de grand goût et de grande valeur, grâce à ses voyages sur les cinq continents.

Originaire des États-Unis, après avoir vécu cinq ans à Venise, il s’est établi à Cuernavaca dans cette maison et ce jardin, laissés intacts après sa mort. À voir absolument. On peut aussi y organiser des événements mondains.  

Aux premières loges 

En plein centre de Cuernarvaca, un joyeux triangle amoureux : le Palais Cortès pour l’histoire, la grande place pour la fête et la Casa Hidalgo pour la bouffe et la vue.

Comme c’est au Palais Cortès qu’une importante partie de l’histoire du Mexique s’est écrite, comme ce fut le siège du gouvernement mexicain de la fin du 19e siècle jusqu’en 1969, comme c’est là aussi que l’on trouve de nombreuses fresques de Diego Rivera et comme il est devenu un musée, la visite du Palais Cortès est à ne pas manquer.

Tout juste en face, on ne peut être mieux placé pour regarder les bouquinistes, pour assister et participer aux grandes festivités de septembre, de la nouvelle année, au carnaval de février et aux feux d’artifice qui se déroulent sur la grande place grouillante de gens ou dans son parc. C'est là que trône littéralement la bellissime Casa Hidalgo.

Que ce soit sur la grande terrasse ornée de parasols à la mode, aux tables-balcons, ou à l’intérieur au décor de lounge moderne, on est happé par le spectacle et par le goût divin de la cuisine régionale raffinée. À titre d’exemple, la trenza (tresse) de différents poissons, ainsi que la coupe de mamey sapote, qui est une purée d’un fruit local. 

Magistrale! 

L’Hacienda San Gabriel de Las Palmas, à Amacuzac, nous fait pratiquement léviter dès que l’on voit sa grande allée royale de palmiers, et ses vastes pelouses où l’on se perd dans ses rêveries, si elles ne sont pas perturbées par l’arrivée d’un couple de mariés en parachute devant leurs 2 000 invités, ou par la silencieuse parade hebdomadaire de nobles chevaliers modernes. 

Le lieu nous surprend à chaque détour, à chaque étage, dans ses moindres recoins mystérieux ou  romantiques. Ici, un donjon, là une cascade, là encore le  monastère, ailleurs une grande salle digne d’attabler des seigneurs du Moyen Âge. Et tiens donc, une pièce réservée à la tequila, où l’on organise des dégustations et démonstrations de fabrication de cocktails ensorceleurs. 

Les 20 suites, et en particulier leurs salles de bains, de toutes dimensions et de tous styles, incitent à vouloir en changer chaque soir, juste pour le plaisir de la découverte. La présidentielle, à deux étages, est même dotée d’une piscine bordée d’un bar à l’intérieur, d’où l’on passe à la nage vers l’extérieur…

D’autres vastes salles présentent des collections d’œuvres d’art, d’antiquités, de riche mobilier et d’objets rapportés du monde entier.

Cette hacienda qui fut la plus grande usine de sucre d’Amérique centrale jusqu’en 1810, et qui était une halte pour les négociants revenant de Chine avec textiles, grains, tapis, et autres denrées recherchées, a été achetée il y a plusieurs dizaines d’années par un riche joaillier mexicain. Son fils, qui en est aujourd’hui le président, l’a transformée en hôtel de luxe dans les années 90.

San Gabriel de Las Palmas offre tout un programme d’activités sur la propriété même, ainsi qu’à proximité. Par exemple, des visites culturelles, botaniques, vinicoles, architecturales. Même un pique-nique au caviar et au champagne avec majordome sur une plage aux abords d’une rivière avoisinante… 

Envoûtante Gaïa  

De sa piscine que l’on voit où que l’on soit assis dans le restaurant portant son nom, Gaïa nous prends par l’estomac, avec la complicité de la Chef Fernanda Aramburo.  La représentation aquatique de cette déesse mère fut créée par Diego Rivera, et reproduite en mosaïque dans la piscine du lieu, en 1956. Au second plan, une autre vue imprenable, cette fois sur la Cathédrale de Cuernavaca, surtout si l’on mange au balcon.

Au menu, des dizaines de plats tous plus originaux les uns que les autres. À preuve : un saumon sur couscous avec sauce à l’abricot, savant mariage sucré-salé et un trio de desserts affriolants dont le Volcan, petit cône croustillant au dehors, laissant couler une lave chaude.

Le décor élégant et moderne de Gaïa se déplace ensuite de la table au bar à vin, puis au salon des cigares. Épris de culture et humanistes, le père et le fils proprios versent 5 % de l’addition à une fondation vouée à la construction d’infrastructures culturelles pour les enfants de Morelos. 

L'expérience spa, par excellence 

Mision del Sol, d’abord et avant tout un domaine pour le ressourcement, tant intérieur qu’extérieur. Dès l’arrivée, on le voit. Dans le lobby, aucun comptoir ne sépare les invités des hôtes. On nous sert une potion naturelle rafraîchissante de pétales et de coco, en attendant assis dans des fauteuils moelleux aux couleurs pastel, la personne qui nous conduira à l’une des 40 suites et 12 villas.

Et quelle suite! Que des matériaux naturels de grande qualité, des bois précieux, des tissus aux couleurs chaudes. Aucun plastique, pas même les petits flacons de shampoing plutôt en verre délicat avec bouchon de liège. Une douche à deux pommes pour deux personnes sauve du temps et rend le moment encore plus agréable. Un vrai cocon de musicothérapie et d’aromathérapie: on en ressent les bienfaits dès qu’on y entre. 

Dans le spa comme tel, tous les soins imaginables sont offerts: des plus courants aux plus rares comme des massages vibratoires amincissants, des massages du crâne pour réduire le stress, d’autres au quartz pour rééquilibrer l’énergie, ou avec une lampe Liminik pour améliorer l’énergie électromagnétique, favoriser le sommeil et éliminer les migraines, ou encore avec une caméra Kirlian pour déceler les flux d’énergie inégaux et  appliquer les soins appropriés.

Puis, le summum, la session Janzu, qui consiste à vous laisser transporter dans les bras d’un spécialiste, en une immersion aquatique aux couleurs d’arc-en-ciel, où vous vous faites bercer comme dans l’utérus maternel: un moment riche en abandon et en profondes émotions.

Nous avons eu la meilleure session de réflexologie, après une pause dans le bain tourbillon entouré de pétales de bougainvillées et de récamiers  de style mexicain et bien dodus. La salle où l’on se change est d’un design unique où trône en son centre un «confident» qui permet d’éviter les regards indiscrets tout en conversant.

Le soir venu, on se rend au pavillon de yoga, de méditation et de tai-chi pour une session dirigée par un expert, puis au théâtre en plein air pour entendre musiciens ou poètes.

Enfin, au restaurant de la Mision del Sol, le menu végétarien ferait bien des jaloux chez les restaurateurs traditionnels. Chut!... c’est tellement bon que les carnivores ne s’en rendent pas compte!  Même la cuisine traditionnelle mexicaine est ici servie en version végé, comme le fameux chiles en Nogada, un poivron vert farci de tofu et d’amandes, recouvert de sauce crémeuse et de pommes grenade: tout un délice, arborant fièrement les couleurs du drapeau mexicain.

On n’est guère surpris d’apprendre que le Dalaï-Lama a déjà séjourné à la Mision del Sol. 

Bleu, bleu, l'amour est bleu 

Vous vous rappelez cette chanson mélodieuse?  À l’hôtel boutique Casa Azul, c’est dans cette atmosphère où l’on se sent flotter que l’on découvre et développe un amour inconditionnel pour l’art et l’artisanat de toutes les régions du Mexique. Chacune des 25 chambres et suites est nommée, meublée, décorée, habillée par des productions locales de grande qualité, bien sûr faites à la main, souvent sur commande, tantôt aux couleurs naturelles, tantôt aux couleurs éclatantes. Y sont représentés les États du Michoacán, Guanajuato, Chiapas, Veracruz, Puebla, Chihuahua, etc.

Idée géniale (qui devrait être adoptée par tous les hôteliers du monde), la grande télé murale est cachée derrière une œuvre d’art! 

Située en plein centre de Cuernavaca, la Casa Azul accueille dans ses suites, son bar et son restaurant, autant des touristes que la gent locale. Les jeudis soirs, de 22 h à 1 h, c’est la Nuit bohémienne tout en musique qui les réjouit. Le moment est choisi pour s’offrir une sangrita, aussi belle à voir qu’à déguster: trois jolis verres alignés contenant séparément, la tequila, le jus de tomate à l’oignon épicé et la lime. L’ensemble du menu reflète aussi bien les belles valeurs de l’établissement.

Et, merci à la directrice générale, française d’origine, pour y avoir songé! Un prix réduit très abordable de 85$ la nuit est offert pour les longs séjours, incluant le petit-déjeuner, les taxes et l’Internet Wi-Fi. Une véritable aubaine, pour un si joli havre au cœur de la ville. 

Femmes solidaires et café équitable 

En faisant un détour utile et très intéressant dans le village de Tlacotepec, vous aurez le bonheur de rencontrer Lucia Arenas Abundez ou Rosaria Martinez Arenas, qui font partie d’un groupe de six femmes monoparentales ayant décidé de subvenir à leurs propres besoins en produisant du café biologique. Elles vous serviront leur délicieux nectar avec des galettes maison. Vous pourrez bien sûr acheter de leur café en sachets de différents poids. Une bonne raison de vous gâter et de gâter leurs enfants.

Autres sites à visiter, plats à goûter, choses à troquer, événements à surveiller... 

Site historique d’intérêt incontestable : le musée archéologique et les pyramides du serpent à plumes de Xochicalco, où les guides expérimentés très utiles sont de véritables experts en archéologie.

Le dimanche, on se mêle aux Mexicains venant de deux états voisins au grand marché du village de Tlacotepec, pour participer au troc : apportez des denrées que vous pouvez acheter à l’épicerie et rares pour les paysans, par exemple de l’huile de cuisson, de la mayonnaise, des pâtes alimentaires, et vous pourrez les échanger contre de l’artisanat, des feuilles de cactus, des tamales (feuilles de maïs garnies de pâte de fruits), etc.

Tout près de là, demandez où se trouve la boutique de la señora Josephina, où vous pourrez goûter sa douzaine d’eaux de vie faites maison.

Devenez accro à la cecina! Non, ce n’est pas une drogue, ni une danse… C’est de la viande de bœuf salé, taillée très mince, servie dans une tortilla bien chaude, avec de la crème et du piment. Tout simple, mais absolument divin, en fait de goût et texture. Où en trouver? Au restaurant El Conquistador, du village le plus reconnu en cette matière : Yecapixtla. Chanteur animateur en prime! Profitez-en aussi pour visiter le grand couvent, juste en face, en vous rappelant que c’est de là que sont parties les légendaires missions espagnoles qui ont conquis le Mexique tout entier.

En février et mars, ont lieu les carnavals et parades de chinelos, ces personnages dansants représentant la revanche paisible et joyeuse des indiens Nahuatl contre les conquistadors espagnols, qui revêtent des costumes, masques et  couleurs différentes selon les régions de l’État de Morelos.  

En somme: que vous visitiez une partie ou tout l’État de Morelos, vous serez pendant votre séjour et à votre retour, tout comme nous, à court de superlatifs! 

Sylvie Berthiaume 

Ce voyage, hormis le transport aérien, a été défrayé par les hôtels indépendants du groupe Tesoros et le tour opérateur Kifer dans l’État de Morelos et le tour opérateur DMS à Mexico  City.

www.visitmexico.com

www.hotelhaciendadecortes.com.mx

www.posadadeltepozteco.com

www.casahidalgo.com

www.hotelcasaazul.com.mx

www.haciendasangabriel.com

www.lasmananitas.com.mx

www.hosterialasquintas.com.mx

www.misiondelsol.com.mx

www.gaiarest.com.mx 

Posada del Tepozteco


Posada del Tepozteco


Posada del Tepozteco


Sitio Sagrado


Sitio Sagrado


Sitio Sagrado

Temazcal


Étal de roses en bord de route


Gazébo d'Atlatlahuacan


Restaurant de l'Hacienda de Cortès


Piscine de l'Hacienda de Cortès


Hacienda de Cortès - Suite


Las Mananitas


Las Mananitas- Murs d'onyx


Las Mananitas - Jardin


Hosteria Las Quintas


Hosteria Las Quintas - Sculpture

Maison-musée de Robert Brady

Casa Hidalgo


Hacienda San Gabriel de Las Palmas 


Hacienda San Gabriel de Las Palmas


Hacienda San Gabriel de Las Palmas


Oeuvre de Diego Rivera - Restaurant Gaïa


Restaurant Gaïa


Restaurant Gaïa - Bar à vin

Mision del Sol

Mision del Sol - Chambre


Mision del Sol - Jardin

Chiles en Nogada


Casa Azul

Pyramide de Xochicalco 

Chapeau de chinelo

 

 

Retour