Bannière
Envoyer Imprimer PDF

La Nouvelle-Orleans

LA NOUVELLE-ORLÉANS - UN COEUR FRANÇAIS, VRAIMENT? - On dit que cette ville américaine des plus festives a un cœur français. Allons-y voir!

Allons donc flâner dans les rues de son centre historique, le French Quarter ou Vieux Carré, visiter son Garden District avec ses maisons cossues, explorer ses plantations le long du Mississippi, goûter sa cuisine variée, nous offrir - pourquoi pas? - une promenade romantique en calèche et nous laisser happer par l’ambiance de ses clubs de jazz. 

Chaussures confortables obligent!

« You don’t need a guidebook to see New Orleans – just a good pair of shoes ». L’auteur de cette phrase, James Carville, ne pouvait dire plus vrai!

Pourvu que l’on soit un tant soit peu en forme, cette ville construite à échelle humaine se parcourt à pied en se laissant imprégner par son atmosphère chaleureuse et si vivante!

Le French Quarter ou Vieux Carré

La Nouvelle-Orléans a tous les attributs d’une ville chaleureuse et son Vieux Carré, centre historique et cœur de cette ville si effervescente, les traduit fort bien. Il semble que la vie ne s’arrête jamais ici.  À toute heure du jour et de la nuit, on se laisse attirer par un air de jazz qui se faufile hors les murs de l’un de ses nombreux bars, restaurants et boîtes de nuit ou même tout simplement du coin d’une rue voisine.

Les rues du Vieux Carré sont bordées de maisons aux fines dentelles et aux balcons fleuris. Ici, l’architecture est plutôt d’influence espagnole, que française.

Flâner à pied dans ces rues étroites pour admirer les petites cours intérieures privées des maisons, leurs fontaines et jardins, s’arrêter au Café du Monde - le temps de se procurer l’un de ses fameux beignets que l’on savourera en continuant notre exploration -, se laisser séduire et attirer par cet air de jazz qui flotte dans l’air et s’offrir une bière dans l’un des bars rencontrés sur Bourbon Street – nommée ainsi en hommage au Roi Soleil (voici un peu de ce cœur français finalement!), et choisir l’un de ses nombreux restaurants pour y goûter les spécialités locales: voilà tout un programme!

Le Garden District

On s’y rend en empruntant le célèbre tramway rouge que n’aurait pas renié Tennessee William pour son « Tramway nommé désir ». Le quartier, situé à quelques centaines de mètres du Vieux Carré n’a pas été touché par l’ouragan Katrina. En parcourant sa célèbre avenue Saint-Charles, on peut admirer parcs et jardins taillés aux ciseaux qui entourent de magnifiques demeures cossues, construites par de riches et puissants Américains qui s’y installèrent en s’entourant de grand luxe, au début des années 1800, alors que la Louisiane devient américaine.

Il faut arpenter cette avenue Saint-Charles de Lee Circle jusqu’à la vieille ville de Carrollton pour admirer ces somptueuses demeures aux styles variés, allant du style Greek Revival, au style Victorien, en passant par le style inspiré par le fameux architecte Louisianais, Sulley.

Le meilleur exemple de son style italianisant demeure la maison Simon Hernsheim, connue sous le nom de «The Columns». Elle a notamment servi de décor pour le film « Pretty Baby » de Brooke Shield à la fin des années 70, et est maintenant convertie en luxueux hôtel. On y fait un arrêt au bar pour une pause fort appréciée par nos pieds malmenés. La propre maison de l’architecte, située un peu plus loin au 4010 avenue Saint-Charles, qui est de style Queen Anne, est aussi remarquable, en plus modeste toutefois.

Puisque nous parlons d'architecture, divers styles se côtoient à la Nouvelle-Orléans, mais ils s’intègrent fort bien et donnent une certaine impression d’unité, ne serait-ce que par les revêtements utilisés (stuc et bois) et par les colonnes et ornementations de fer forgé, si présentes. On y trouve donc des cottages créoles dans le Vieux Carré et ses environs, avec leurs extérieurs de stuc aux couleurs variées; des « Shotgun Houses » inspirées par Sulley, partout dans la ville avec leurs petits porches couverts d’un toit supporté par des colonnes et supports aux ornementations de dentelles victoriennes; des « Double Gallery Houses », ces constructions dont les deux étages sont garnis de larges balcons supportés par des colonnes à entablature.

L'Art District 

Non loin du Vieux Carré, il ne faut pas manquer le quartier en vogue, l’Art District ou Warehouse District.

Ici, de nombreux entrepôts ont été transformés en musées. Le Contemporary Arts Center et The National World War II Museum s’y sont installés, ainsi que plus d’une vingtaine de galeries d’art et d’ateliers d’artistes, tout particulièrement sur Julia Street. Une véritable fête pour les amateurs d’art que ces immenses vitrines ou devantures d’édifices affichant peintures et sculptures qui vous donnent envie d’entrer pour voir de plus près... et pourquoi pas céder à la tentation de ramener une œuvre en souvenir de son séjour. Un régal aussi pour les fans d’architecture que ces édifices si bien réhabilités et intégrés si harmonieusement à leur environnement.

Quelques bons restaurants, comme Emeril’s, Sushi Rock-n-Saké, Rio Mar, fruits de mer, s’y sont aussi installés et offrent du bon goût à l’image de ce qui les entoure.

À voir et à revoir!

Le Besthoff Sculpture Garden, magnifique jardin de sculptures serties dans un parc de bosquets de pins et de chênes géants qui leur sert d’écrin naturel. Nous avons passé quelques heures magiques dans ce décor absolument superbe qui vous dévoile à chaque détour une incroyable collection de sculptures modernes et contemporaines. Et dire qu’ici vous pouvez littéralement toucher ces œuvres d’art! Quel bonheur de poser ses mains sur les courbes voluptueuses de cette œuvre de Botero! D’ailleurs, des artistes tels que, Henry Moore, Fernando Botero, George Segal, Louise Bourgeois, Joel Shapira, Jacques Lipchitz et de nombreux autres, ont signé les œuvres de cette collection évaluée à $25 millions de dollars. Et tout cela à une dizaine de minutes du Vieux Carré en taxi.

Le French Market et son marché aux puces ouvert 7 jours sur 7, de 7 heures du matin à 7 heures du soir. Dans le Vieux Carré, ce sont 6 pâtés de maisons le long de la rivière qui abritent une trentaine de boutiques, restaurants, cafés et un marché de produits de la ferme. De nombreux événements, festivals et animations s’y déroulent presque en tout temps: le Festival de la tomate créole, le Marché aux masques de Mardi Gras, l’Halloween, le Marché aux décorations de Noël,,,, Parions que vous tomberez sur une activité lors de votre visite!

La Cathédrale Saint-Louis, également nommée «Basilique Saint- Louis, roi de France», est située au cœur du Vieux Carré. Elle se dresse toute blanche face à l’ancienne place d’Armes: Jackson Square. Le blanc et le crème également privilégiés à l’intérieur pour ses murs et plafonds tranchent avec le bois foncé de ses bancs, balustrades et ornementations. Quelques beaux vitraux tamisent la lumière et son plafond garni de médaillons est remarquable. Elle date de 1718, alors que la Louisiane appartenait à la France. C’est la plus ancienne cathédrale encore en activité aux États-Unis et elle vient de subir une rénovation importante. 

La Promenade Moon Walk qui longe le Mississippi permet d’observer d’authentiques bateaux à aube qui offrent des croisières de quelques heures ou de quelques jours dans les bayous, tout en visitant quelques plantations.

Quelques calories bien méritées!

Sa gastronomie créole d’influence latine, mexicaine, cajun, tex-mex, avec ses French beignets, ses écrevisses à l’étouffée, son pudding au pain, ses tourtes à la viande est fort bien représentée par la dizaine de grands Chefs qui trônent dans ses cuisines et affichent tous d'impressionnantes listes de titres de reconnaissance par leurs pairs.

Trouverons-nous ici un peu de cet « esprit français » dont la ville s’enorgueillit?

Nous avons été séduits par les légendaires créations créoles du Chef Leah Chase. Depuis 65 ans, Leah Chase fait figure de pionnière du « Soul Food » dans son restaurant d’Orleans Avenue, dans le Vieux Carré: Dooky Chase’s Restaurant, aux murs ornés d’œuvres d’artistes locaux et imprégnés d’odeurs épicées.

Dans le Garden District, c’est la cuisine créole inspirée et créative du jeune chef Sue Zemanick qui nous a attirés à son Gautreau’s Restaurant.

La cuisine créole du chef Frank Brigtsen dans le restaurant qui porte son nom et situé dans une magnifique demeure victorienne dans le même quartier, nous a également séduit.

Bien entendu, vous pouvez choisir Emeril’s Restaurant dans l’Art District, Nola Restaurant dans le Vieux Carré ou encore Emeril’s Delmonico, dans le Garden District, mais il faut réserver longtemps d'avance. Ces trois restaurants sont la propriété du fameux chef Emeril Lagasse. Auteur de plusieurs livres de recettes et animateur d’un show de cuisine télévisé, c’est sans aucun doute le chef le plus connu de la Nouvelle-Orléans et ses restaurants sont bien entendu remplis chaque soir.

Ne manquez pas le K-Paul’s Louisiana Kitchen, où vous pouvez déguster pains et gâteaux faits sur place dans le cadre romantique d’une charmante cour intérieure, dans le Vieux Carré où officie le chef Paul Prudhomme, également auteur de nombreux livres de cuisine et de vidéos. Si vous en avez l’occasion, goûtez l’une de ses célèbres recettes, le « blackened redfish ». Il est aussi à l’origine des « Chef Paul’s Magic Seasoning Blends » que vous pouvez trouver dans n’importe quel magasin d’alimentation aux États-Unis. Mais pourquoi pas se les procurer sur place!

Pour le brunch du dimanche, nous y allons résolument pour le Café Degas, qui porte le nom du peintre impressionniste français du 19e siècle qui a vécu ici. Endroit charmant sur Esplanade Avenue pour ce brunch aux plats d’inspiration française avec des accents créoles que nous savourons à l’extérieur. Moment délicieux!

En bref, nous avons découvert une cuisine variée, riche, goûteuse et colorée qui mérite d’être savourée lentement au soleil ou encore sur un air de jazz pas trop « cool ».

D’ailleurs, plusieurs itinéraires sont offerts pour découvrir la gastronomie de la région, sa cuisine, ses restaurants, ses fabriques de produits locaux et spécialités: itinéraires Créole Fusion, Bayou Bounty, Seafood Fusion, Capital Cuisine et le Red River riches. À essayer si vous en avez le temps... et un foie solide!

Pour se faire plaisir et se souvenir...

Oeuvres d’art, photos, épices Cajun, livres de recettes des célèbres Chefs dont nous avons parlé plus haut dénichés dans l’une des nombreuses librairies du Quartier français. Antiquités sur Royal Street dans le Vieux Carré, et Magazine Street dans le Garden District.

Vêtements de designers dans des boutiques aux étalages les plus fous qui se donnent des airs de carnavals et de fête en permanence. Après tout, pourquoi pas rester dans l’ambiance!

Notre boutique préférée: Hemline, sur Chartres Street, tout à côté du Vieux Carré. Avec son enfilade de petites pièces, l’une réservée aux chaussures –fabuleuses! - et accessoires, une autre aux articles en solde, on peut s’y procurer pour des prix raisonnables des créations de couturiers, et bien entendu des robes de bal extravagantes et magnifiques, sans compter d'irrésistibles chapeaux 

En fait, nous avons succombé et je suis repartie en arborant un chapeau rouge avec plume de paon un peu extravagant alors que mon compagnon s’est transformé en Indiana Jones de la ville avec un feutre vert forêt très seyant!

Et surtout, ne pas oublier de faire provision des fameuses pralines créoles chez Aunt Sally’s Praline Shop sur Decatur Street dans le Vieux Carré.

Et le jazz dans tout ça? 

La musique est partout dans la ville. Pour du blues, du jazz, suivre son instinct ou plutôt son ouïe, c’est encore la meilleure recommandation.

Dans le Vieux Carré, Preservation Hall est le club de jazz mythique de la ville. Piège à touristes ou rendez-vous pour nostalgiques?

Nous préférons nous situer dans la deuxième catégorie et y aller résolument. On peut écouter du jazz magnifique dans cette vieille salle où les musiciens vous font face assis sur de simples chaises droites en bois alors que vous êtes inconfortablement assis par terre sur des bancs de bois très sommaires. Aux murs, pour toute décoration, des photos de jazzmen célèbres qui s’y sont produits, tel que Louis Armstrong.

Il faut y aller, c’est une institution et on y joue du bon jazz, même si le célère band du Preservation est en tournée la plupart du temps. Les musiciens qui y jouent sont excellents et chauffent si bien la salle qu’on en oublie notre inconfort.

Parlant de pièges à touristes, ils abondent! Les clubs, connus comme des « Sports Bars » sont nombreux à afficher des concours de t-shirts mouillés, des matchs de lutte aux thèmes un peu tordus, spectacles à l’intention des équipes et fans de sports qui y viennent pour les matchs qui se déroulent au Superdome. À éviter, à moins que vous n’ayez envie de retomber en enfance!

Autant en emporte le vent, ça vous rappelle quelque chose? 

La Louisiane est connue, entre autres, pour ses plantations et leurs vastes demeures dont on retrouve de magnifiques exemples, à moins d’une heure de route de la Nouvelle-Orléans.

Avec leurs larges porches qui donnent souvent sur de longues allées bordées de chênes centenaires qui mènent à la rivière Mississippi, elles incitent au rêve et nous portent à se demander qui a bien pu vivre ici et quelle était leur vie. Bien sûr, les guides se font un plaisir de nous renseigner sur les propriétaires antérieurs, et leurs histoires de famille, souvent dignes de romans et encore bien meilleures que celles que nous pouvons imaginer!

Certaines de ces plantations sont devenues des centres de villégiature et de fine cuisine remarquables, comme les plantations de Nottoway et de Houmas House Plantation and Garden.

Outre les visites des plantations et les visites culinaires, plusieurs autres itinéraires commentés sont offerts aux alentours de la Nouvelle-Orléans: visites des bayous, des cimetières, des lieux hantés et de culte Vaudou, et même un « cocktail tour »!

Et pourquoi pas une croisière? 

C’est le 11 août 2012 que le Queen of Mississippi s’élancera pour sa première croisière reliant la Nouvelle-Orléans à Memphis, continuant la semaine suivante sur Nashville puis Saint Louis, inaugurant un cycle de croisières d’une durée hebdomadaire sillonnant tout le bassin du mythique fleuve Mississippi.

Ce bateau tout neuf à cinq ponts, à la décoration 100% victorienne, aura l’apparence d’un bateau à roue traditionnel faisant le lien avec l’épopée du fleuve, racontée notamment par Mark Twain ou, plus près de nous, Morris dans un mémorable Lucky Luke…

De bonne taille, les cabines hébergeront 140 passagers seulement, pour un voyage au parfum résolument historique. Prix prévisionnel à partir de $4 000 dollars.

Et Katrina?

Les traces de l’ouragan si destructeur qui a durement frappé la Nouvelle-Orléans en août 2005 sont encore visibles. Le Vieux Carré et le Garden district ont été heureusement peu touchés,  mais dans d’autres quartiers, comme le St. Bernard Parish, des traces de désolation sont encore visibles.

Dans ces quartiers, les maisons ont été démolies mais n’ont pas été remplacées, laissant de grandes cicatrices ouvertes. D'autres ont été reconstruites, presque sur pilotis, élevées de 2 à 3 mètres, ou encore remplacées par des maisons modulaires préfabriquées. Adieu le style!

Un grand pan de l’histoire a été englouti avec l’eau de Katrina. Dans d’autres quartiers, plus cossus, mais eux aussi situés près des digues, les affiches « maison à vendre » sont omniprésentes.  Parions que les propriétaires n'ont guère envie de revivre un tel cauchemar …

On peut encore apercevoir sur des viaducs et poteaux d’utilités publiques la marque laissée par les eaux sales de Katrina. Hallucinantes traces omniprésentes à la mémoire qui atteignent parfois la hauteur des yeux! Difficile d’imaginer que l’eau ait atteint de tels niveaux!

Où loger?

Les options sont innombrables, on s’en doute! Tant dans le Quartier français, que dans le Garden District, quartier un peu plus calme, hôtels et B&B foisonnent, du plus luxueux au plus modeste.

Notre découverte: Le Terrell House, un B&B situé dans le Garden District, sur Magazine Street.

Construit en 1857, c’est une résidence de trois étages de style italianisant avec porches et balcons de fer forgé. Des meubles d’époque meublent ses pièces aux hauts plafonds de 14 pieds ornés de médaillons où tout le confort moderne est disponible. Ses chambres avec foyer sont décorées avec goût et une literie immaculée contraste avec le bois foncé des meubles d’époque. Sa cour intérieure où foisonne une végétation fournie parmi fontaines et mobiliers de fer forgé est un magnifique havre de paix après nos longues heures de déambulation et d’exploration de la ville.

Quand y aller?

Pour un long weekend, pour Noël ou Mardi Gras!

Mais avons-nous besoin d’une excuse pour s’y rendre et se laisser imprégner par la culture française, espagnole et américaine de la Nouvelle Orléans! 

Ville à sentir, à vivre, à écouter vibrer, et dont le cœur n’est peut-être pas que français mais en tout cas, très grand, car elle fait partie de ces lieux où l’on retourne pour y savourer la vie, tout simplement!

Christiane Théberge

 

www.office-tourisme-usa.com/La-Nouvelle-Orleans,-LA-ville_331.html

www.neworleansonline.com/neworleans/

www.terrellhouse.com/
 

 

 

 

Maison aux fines dentelles

Tramway rouge

"The Columns"

Maison du French Quarter

L'Art District

Le Besthoff Sculpture Garden

Célèbre "Love" du Besthoff

Cathédrale Saint-Louis

Plafond de la cathédrale

"Blackened fish" du Chef Prudhomme

K-Paul's Louisiana Kitchen - cour intérieure

Création du Chef Frank Brigtsen

Au marché

Preservation Hall

Preservation Hall Band 

Maison de plantation

Houmas House 

Cimetière de Girod St.

Traces de Katrina

Maisons flottantes reconstruites

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour