Envoyer Imprimer PDF

Montréal en février

Chaud dehors, chaud dedans!

Il y a 13 ans, Montréal réinventait le sens et la forme du «carnaval» de février. Tout en prenant soin de satisfaire autant les gens qui aiment ou qui détestent le froid. Depuis ce temps, la boulimie gastronomique, culturelle et festive de l’événement Montréal en lumière n’a cessé de prendre de l’ampleur et de rassembler les épicuriens, les bons vivants et les aficionados de toutes les formes d’art. 

Dire que l’on a l’embarras du choix est un pur euphémisme: du 16 au 26 février cette année, c’est à plus de 200 activités intérieures et extérieures que sont conviés les visiteurs. Et rappelons que l’événement culmine avec sa fameuse Nuit Blanche, du samedi 25 au dimanche 26 février.

La Wallonie, Bruxelles et tant d’autres

Chaque année, Montréal rend hommage à un pays ou à une ville, tant dans ses salles de spectacles que dans ses restaurants. Cette année, c’est la Wallonie et Bruxelles que les visiteurs sont amenés à découvrir ou à redécouvrir.

Par exemple, la soirée d’ouverture sera consacrée à l’harmoniciste Toots Thielemans, et lors de la soirée de clôture, une pléiade d’artistes québécois rendra hommage à Jacques Brel, dans la toute nouvelle Maison symphonique de Montréal. 

Côté bouffe, les restaurants belges montréalais se montreront très accueillants et, bien sûr, on recevra des chefs belges. D’autres chefs venant de Seattle et de la région québécoise de l’Outaouais, se feront connaître aux convives.

Tous les prétextes seront inventés pour se délecter : découvertes de Tintin, création d’un grand repas convivial et de petits-déjeuners originaux, concours des fromages du Québec, midis du monde, fabrication de chocolats fins, ateliers de cuisine, etc.

Artistiquement fantasmagorique

Côté spectacles, place au théâtre, à la musique, à la chanson, au cirque. Pour les cœurs et les corps brûlants, place aux danses caliente, comme le tango argentin, la salsa cubaine ou portoricaine et la samba brésilienne.

Excursions citadines

Des visites guidées à pied ouvrent sur des univers à thèmes comme les bières artisanales, les marchés, la Petite Italie, le Vieux-Montréal, les lieux spectaculaires et petits recoins du Quartier des spectacles. Gageons que les kilomètres du Montréal souterrain feront encore la fête.

Le calme après la tempête

Pour se remettre de nos émotions chaudes et froides après avoir profité pleinement de Montréal en lumière : une journée au nouveau spa urbain Bota Bota qui, de sa piscine extérieure fumante, promet entre autres une vue imprenable sur le Vieux-Port et le centre-ville de Montréal.

À surveiller, le 1er février

Ceci n’était qu’un bref survol pour susciter votre curiosité, que vous pourrez satisfaire plus amplement en vous empressant d’aller visiter le site Web de Montréal en lumière.

Les programmations détaillées de la Nuit Blanche et des activités extérieures gratuites seront mises en ligne le 1er février.

Le site Web aide de plus les visiteurs à s’y retrouver en répertoriant ses activités par thème, par ordre alphabétique et – belle initiative! – par type de budget…

Fidèle à sa réputation de Ville des festivals, Montréal, vous ouvrira encore très grand les bras, pour vous faire chaud au cœur.

Recherche et rédaction: Sylvie Berthiaume

www.montrealenlumiere.com
www.botabota.ca
 

Place des festivals

Hommage à Jacques Brel

À l'affiche: Stromae 

 

 

 

Retour