Bannière
Envoyer Imprimer PDF
Almeida Cote Iris

Iris Almeida-Côté
La liste de ses implications de haut niveau et des prix qu’elle a récoltés est tellement longue, sa voix est si forte et déterminée, qu’on est hautement et agréablement surpris par son regard et son sourire si engageants, si attachants et si jeunes.

S’il y a une Canadienne qui s’est dévouée tant sur la scène internationale que nationale pour la démocratie, les droits et le leadership de tous, mais en particulier des jeunes et des femmes, depuis trente ans, c’est bien Iris Almeida-Côté. Au fil de ces années, son nom a en effet été associé (entre tant d’autres…) à des organismes aux missions significatives et structurantes comme Jeunesse Canada Monde, Droits et Démocratie, Partenariat Afrique Canada, et Coopération internationale pour le développement de la solidarité.

Présentement, en plus d’être Chef de la Direction du Groupe TRIGONE - Gestion stratégique, leadership et coaching d’exécutifs, elle préside INNOVA – Leadership et Innovation Économique, qu’elle a fondé. Elle siège aussi au Conseil d’administration d’Avocats sans frontières, au Conseil interculturel de la Ville de Montréal, au Comité d’orientation de l’Institut d’études internationales à l’Université du Québec à Montréal, et au Comité sur le développement international pour l’Asie et le Pacifique de Développement et Paix.

Personne ne peut donc être étonné du fait qu’Iris Almeida-Côté fut deux fois lauréate du Top 100 des Femmes les plus influentes au Canada, présenté par le Réseau des femmes exécutives.

Surtout, on imagine fort bien que Madame Almeida-Côté ait, comme Ulysse, beaucoup voyagé…! Elle livre ici aux lecteurs d’Euphoria ses plus beaux souvenirs, planétaires et humanitaires.  

Euphoria  – Quelle destination a constitué pour vous un voyage personnel vraiment euphorique?

Iris Almeida-Côté – Il faut vous dire d’entrée de jeu que je suis née à Bombay, en Inde, et que j’ai quitté mon pays il y a 30 ans. J’ai vécu à Paris et à Bruxelles, avant d’immigrer au Canada en 1988. J’ai d’abord résidé à Ottawa, et je me suis finalement installée à Montréal, où mes deux fils sont nés. J’ai eu l’occasion de visiter 80 pays, tant pour le plaisir que pour le travail. Le voyage personnel qui fut le plus signifiant pour moi, fut un voyage en Inde.

Il fut très important, car c’était la première fois que je faisais découvrir le pays où je suis née à mes propres enfants et à mon mari. Nous avons eu l’occasion et le bonheur de rencontrer certains membres de ma famille et de rencontrer de vieux amis que je n’avais pas vus depuis très longtemps.

C’était également pour moi une occasion de voir l’Inde moderne, qui s’est beaucoup développée depuis que je l’ai quittée. C’est un pays de contrastes, voire de contradictions. Le XXIe siècle côtoie parfois un mode de vie d’un autre âge, où l’électricité est un luxe qu’on ne peut se payer. La richesse et la pauvreté se déploient côte à côte, sans transition.

Mais l’Inde n’est pas que cela. C’est surtout une culture millénaire avec ses coutumes, son architecture, ses institutions. Nous avons visité des temples, des mosquées, des églises, des forts, des universités, des musées et des palais. J’ai eu la joie de célébrer mon cinquantième anniversaire au Taj Mahal, à Agra, dans le nord de l’Inde. Un moment euphorique, en voilà un!

L’Inde, c’est aussi une cuisine extraordinaire qui diffère d’une région à l’autre et des produits qu’on ne retrouve pas ici. Ce sont aussi des jardins étonnants avec des fleurs majestueuses et des arbres fruitiers somptueux.

Mais l’Inde, c’est surtout des gens. Et pouvoir mettre en contact mes jeunes ados avec des personnes que je connais bien, de la famille, des amis, c’est ce qui fait toute la différence pour bien connaître un pays. C’est sans conteste le plus beau voyage que j’ai fait jusqu’ici.

Euphoria – Quel voyage, dans le cadre de votre travail actuel ou passé, s'est-il avéré le plus marquant?

Iris Almeida-Côté – Plusieurs de ces voyages sont mémorables. Je pense, entre autres, à un voyage en Thaïlande. J’avais organisé une conférence avec des parlementaires et des gens d’affaires de la Thaïlande sur le thème du renforcement de la démocratie et de ses institutions. J’étais accompagnée par notre grand philosophe canadien Charles Taylor.

L’atmosphère était fantastique. Les discussions se sont déroulées dans l’harmonie et la convivialité. De surcroît, nos hôtes ont fait preuve d’une grande générosité en nous faisant connaître, avec douceur et élégance, leur culture, leur cuisine, et en nous faisant visiter de magnifiques temples et autres lieux de prière.

Avant ce voyage, j’avais déjà visité à quelques reprises la Thaïlande, mais c’est durant ce séjour que j’ai vraiment découvert l’âme de ce merveilleux pays. 

Euphoria – Quel pays étranger représente pour vous un modèle à suivre en matière de gouvernance d’affaires ou d’entrepreneuriat jeunesse?

Iris Almeida-Côté – J’ai eu l’occasion de visiter la Corée du Sud avec M. Ed Broadbent, qui était alors président de l’organisme Droits et Démocratie. Nous avons rencontré le Président de la République, M. Kim Dea Jung, dans le palais présidentiel, et nous avons visité de nombreuses réalisations en matière de gouvernance des affaires et de l’entrepreneuriat jeunesse.

Nous avons observé comment, après de nombreuses années de régime dictatorial, ce pays respirait un air démocratique. L’euphorie de vivre sans les contraintes des militaires qui, auparavant, surveillaient chaque pas et brimaient la liberté d’expression et d’assemblée de la population était fabuleuse. Leurs regards se tournaient vers le futur et ils construisaient le présent. Nous avons été particulièrement touchés par la contribution des femmes à la bonne gouvernance et à l’entrepreneuriat jeunesse. Quelle réussite!

Nous avons découvert que la Corée du Sud continue de mettre beaucoup l’accent sur l’éducation et la formation technique des jeunes. Chaque personne qui entre en affaires est encouragée à se trouver un ou plusieurs mentors. Ils travaillent comme apprentis auprès de ceux-ci dans un esprit d’humilité et de respect pendant plusieurs années, avant de devenir maîtres eux-mêmes.

La partage de connaissances avec les jeunes apprentis, l’encouragement à redonner quelque chose de significatif à la communauté s’ils veulent réussir en affaires, l’importance de la discipline pour réussir, le recours à l’aide de leurs proches quand ils en ont besoin, le fait de toujours rendre hommage à leurs aînés et mentors par des gestes concrets, voilà les caractéristiques qui m’ont le plus impressionnée. La réussite en affaires est un véritable effort de la communauté! 

Euphoria – Votre mandat chez TRIGONE vous amènera-t-il à voyager?

Iris Almeida-Côté – Oui, je suis à développer un marché d’exportation pour les services de consultants en gestion du Groupe TRIGONE. J’ai préparé en juin dernier un dossier de candidature pour le prix PME Passeport de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. Les marchés visés sont surtout l’Inde, la Chine et la Corée du Sud. Notre dossier a été retenu. Il est extrêmement motivant de faire le pont entre le Québec et les pays d’Asie.

Euphoria – Que recherchez-vous la plupart du temps lorsqu'il s'agit d'un voyage d'évasion et de repos?

Iris Almeida-Côté – J’ai beaucoup voyagé depuis trente ans. Mais il y a un type de voyage que je n’ai jamais fait : aller m’étendre sur une plage le long de la mer. Cela ne présente aucun intérêt pour moi. Ce qui m’intéresse par-dessus tout ce sont les gens, leurs us et coutumes, leurs modes de vie, leur cuisine.

Si je vais dans un pays pour une conférence et que je ne vois que l’hôtel et l’aéroport, je reviens toujours déçue de mon voyage. L’idéal pour moi, c’est d’avoir au moins la chance d’aller prendre un repas chez quelqu’un qui est natif de ce pays.

Par ailleurs, j’ai deux activités de prédilection: aller dans des boutiques d’artisanat local et visiter des musées.

Euphoria – Quel voyage rêvez-vous de faire?

Iris Almeida-Côté – Il y a beaucoup de voyages que j’aimerais faire et que je ferai probablement.

Mais le voyage qui relève du rêve, pour le moment, ce serait de visiter l’Iran.

Le hasard fait que je connais plusieurs Iraniens vivant en Amérique du Nord. Je vais dans plusieurs commerces tenus à Montréal par des Iraniens. Tout le monde me décrit la beauté de ce pays, un pays d’une culture millénaire qui a beaucoup en commun avec celle de l’Inde. Nous sommes tous des Orientaux. J’adore négocier avec des Iraniens. Nous nous comprenons. Malheureusement, dans le contexte politique actuel, il est difficile de s’y rendre. Peut-être qu’un jour, ce sera plus facile. Je l’espère.

Euphoria vous le souhaite! Merci Madame Almeida-Côté. 

Pour être au fait des projets actuels d’Iris Almeida-Côté et de quelques-uns des organismes où elle a laissé sa marque :

www.groupetrigone.com
www.ville.montreal.qc.ca
www.ieim.uqam.ca
www.asfcanada.ca
www.cidse.org
www.devp.org
www.cwy-jcm.com
www.pacweb.org

Entrevue et rédaction: Sylvie Berthiaume

Palais indien 

Qom

Marché Dili Hatt

Chiang Mai 

Thaïlande

Danseuses coréennes


La Tata coréenne

Séoul

Musée d'Assam 

Femmes iraniennes
 

 

 

 

 

 

Retour