Bannière
Envoyer Imprimer PDF
Paloma Fernandez

PALOMA FERNANDEZ
Son sens de l’engagement et son efficacité n’ont d’égal que sa grâce. Ces qualités et cette signature d’excellence, Paloma Fernandez les a disséminées et encouragées depuis plus de 25 ans, dans le milieu du tourisme et de l’hôtellerie avec les centaines d’artisans et de professionnels qu’elle a supervisés et côtoyés.
En plus d’avoir géré elle-même des établissements, elle a joué des rôles de premier plan au sein des conseils d’administration de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, de l’Association des hôtels du Grand Montréal et de la Corporation de l’industrie touristique du Québec.

Depuis trois ans, ce sont les étudiants et diplômés de l’ITHQ, qui bénéficient des bourses et programmes de perfectionnement rendus possibles par les argents recueillis par la Fondation de l’ITHQ, dont elle assume la direction générale. À titre d’exemple, depuis trois ans, trois diplômés parmi les plus méritants de l’année effectuent chacun durant 9 mois, un parcours de perfectionnement supérieur à l’international, au sein d’établissements Relais & Châteaux, ainsi que dans des écoles de formation reconnues mondialement.

On pouvait s’en douter, Paloma Fernandez, adore voyager et découvrir de nouveaux lieux, aussi bien les conviviaux que les luxueux, car la qualité à ses yeux d’experte n’a pas de prix.

Elle livre ici aux lecteurs et lectrices d’Euphoria, quelques-uns des plus beaux souvenirs qui lui reviennent toujours en tête, et bien sûr les rêves qu’elle espère bientôt concrétiser.

Euphoria – Si vous deviez identifier un seul voyage euphorique que vous avez fait, ce serait lequel?

Paloma Fernandez  –  Selon la définition d’euphorie qui réfère au bonheur et à la joie, je dirais spontanément le Portugal. Avec mon époux, nous avons parcouru le pays en voiture durant deux semaines. Du début à la fin, et dans tous ses aspects, ce fut un voyage absolument parfait. 

C’était en novembre, et pourtant, nous n’avons eu qu’un jour de pluie. Notre surprise la plus agréable fut le surclassement imprévu qu’on nous as offert gratuitement à notre hôtel de Lisbonne : une suite sur 2 étages, vraiment somptueuse.

Nous avons été subjugués par la route de Lisbonne à Estoril et par le Château des Maures, à Sintra.

Plus au sud, à Sagres, j’ai ressenti un sentiment hors-du-commun, dans un lieu hors-du-commun : on appelle «le bout du monde», la mer au pied de cette falaise, d’où partaient les grands explorateurs pour aller à la rencontre du «nouveau monde». J’étais là debout, au sommet de la falaise, enveloppée par le grand vent et transpercée du plus brillant soleil. J’en ai encore aujourd’hui la chair de poule en y repensant.

Et puis, le Portugal, c’est une cuisine toute simple, mais vraiment goûteuse. On n’a pas à chercher mieux : les sardines grillées, le bacalhau a Bràs (morue émiettée et pommes de terre), la pastéis de natas (tartelette aux œufs). Humm… cela fait saliver.

Euphoria   Quel voyage d’affaires vous a semblé le plus marquant?     

Paloma Fernandez  – L’année dernière, alors que l’on devait élaborer le menu de la Soirée des Grands Chefs Relais & Châteaux, nous avons été invités à goûter les plats de la chef Annie Féolde, du Enoteca Pinchiorri de Florence. 

Tout d’abord, évoquer Florence, c’est déjà fabuleux! Ajoutez à cela des plats sublimes et les vins d’une cave reconnue mondialement. Imaginez un peu… le tout, suivi de la visite du Relais Santa Croce, un ancien palais avec lequel communique le restaurant.

Au retour, halte au Ritz de Paris. Rien de moins.

Et une grosse pointe de fierté, lorsque nous sommes allés rencontrer Marco Pelletier, diplômé de l’ITHQ, devenu chef sommelier à l’hôtel Le Bristol. 

Euphoria  Quel hôtel vous a le plus surpris?

Paloma Fernandez  –  J’en mentionnerais deux, à Barcelone, où nous avons passé 3 nuits dans chacun.

D’abord, le Nouveau W, facilement reconnaissable à sa forme représentant une voile, au bord de la mer. Notre chambre était située à un étage élevé. En ouvrant la porte, j’ai été happée par la mer… Oui, oui, elle était omniprésente, même à cette hauteur. C’est que la fenêtre occupait toute la hauteur et toute la largeur du mur face à la mer. Je m’y suis littéralement précipitée, comme pour plonger! La nouvelle définition d’une fenêtre panoramique…Et ils ont eu la merveilleuse idée d’installer devant cette fenêtre un canapé avec coussins où l’on peut s’allonger pour se laisser envahir par la sensation la plus enivrante qui soit.

Ensuite, c’est Le Rialto qui m’a très agréablement surprise. Dans le vieux quartier gothique, nous avons résidé dans ce petit hôtel 3 étoiles, plus spécifiquement dans l’appartement où a vécu le peintre Mirò et sa famille. On se sentait vraiment chez lui : photos sur les murs, piano, etc. C’était inattendu et magique. 

Euphoria – Quelques expériences extraordinaires à relater?

Paloma Fernandez – Dans les ruines : Pompéi. On se sent comme dans un autre monde, évidemment à une autre époque. On ressent la présence et on imagine la réaction des gens qui y vivaient. Très émouvant.

Dans un tout autre registre historique… : La galerie des Glaces, à Versailles. Là aussi, je m’imaginais la vie des gens à l’époque, avec tout ce faste, la grande histoire et les intrigues.

Sur l’eau – Une croisière d’une journée dans les îles grecques. J’ai passé une éternité accoudée à regarder les flots bleu marine comme de l’encre et les dauphins s’en donnant à cœur joie.

Dans un resto – Un clin d’œil gourmand à Milan : toute jeune détentrice de mon diplôme de l’ITHQ, je suis partie avec quatre collègues, sac-à-dos, en Europe. Nous avions entre 21 et 24 ans. Nous avons toujours bien mangé, on est en Italie après tout, mais avec un budget limité, il va sans dire. Un jour où nous étions assise à une trattoria, deux Italiens dans la soixantaine, très élégants avec leurs chapeaux, mangeaient un plat qui nous était inconnu : une casserole d’œufs cuits au four, surmontés de truffes, nous ont-ils confié suite à notre demande. Lorsqu’ils ont quitté, le serveur nous a apporté à chacune le même plat délicieux, gracieusement offert par ces messieurs.

La nuit venue – La nuit la plus étoilée que j’aie jamais vue (sauf au Planétarium). C’était sur la Costa Brava, dans le village de Coléra. Quel affreux nom pour un si magnifique endroit!

Rue avec vue – À Innsbruck, au bout de la rue principale, les Alpes, qu’on avait l’impression de pouvoir toucher.

Euphoria  Que recherchez-vous en vacances?

Paloma Fernandez – Le ressourcement. La vraie tranquillité durant le jour. Et, alors que j’ai toujours été une «urbaine», je cherche de plus en plus à être en contact avec la nature : non seulement les paysages, mais surtout la nature humaine, ses us et coutumes, son alimentation, ses achats quotidiens. Par exemple, j’ai beaucoup apprécié la petite ville de Tulum, au Mexique.

Euphoria  Quels sont les voyages dont vous rêvez?

Paloma Fernandez  – Les pyramides d’Égypte et le Machu Picchu au Pérou. Pour les mêmes raisons que j’ai adoré Pompéi. Les cadres naturels et bâtis sont extraordinaires, mais ce qui ajoute à l’intérêt de ces lieux, c’est l’histoire, la vie des gens à cette époque, la manière dont ils ont pu réaliser ces exploits. Ce sont des œuvres fascinantes qui me procureront, j’en suis certaine, un sentiment d’extase.

L’Argentine aussi : la rencontre de l’ancien et du nouveau, des descendants des explorateurs européens qui l’ont découverte et développée, des villes et une nature surprenantes. Tout m’y attire.  

Merci Madame Fernandez. On invite tous les amoureux du tourisme et de l’hôtellerie à vous appuyer dans votre mission auprès de la relève émérite en hôtellerie, restauration et sommellerie, que les établissements de renom sont avides de découvrir au Canada, comme à l’étranger.

Pour en savoir plus :

www.ithq.qc.ca
www.ithq.qc.ca/fr/fondation
www.lesgrandschefs.com/bourses
www.relaischateaux.com

 

Entrevue et rédaction: Sylvie Berthiaume

Enoteca Pinchiorri, Florence 

Hotel Ritz, Paris

Nouveau W, Barcelone

Galerie des Glaces, Versailles

Iles grecques

Innsbruck

Giseh

Machu Picchu

 

 

 

 




 


 

 

 

 

 

 

Retour