Envoyer Imprimer PDF

Wendake

Le luxe nature-culture chez les Hurons

Depuis cinq ans, l’Hôtel-musée Premières Nations de Wendake, situé à seulement 15 minutes de la ville de Québec, connaît un succès qui ne se dément pas. Pour plusieurs raisons, il sait plaire non seulement aux «coureurs des bois» et aux ethnologues, mais aussi aux familles et même aux couples en quête de séjour romantique original. 

C’est que la nature et la culture, si chères aux autochtones, sont évidemment au rendez-vous, fidèles et généreuses. Le tout se révèle avec authenticité dans une architecture moderne remarquable. On les savoure par chaque regard et chaque bouchée, que ce soit au musée, dans l’hôtel, au restaurant, dans la «Maison Longue» traditionnelle, au spa, à la boutique, dans les jardins, les sentiers du Parc de la Falaise, sur la rivière ou en visite à l’un des sites patrimoniaux.

Pierre, cuir, bois, feu, eau

On a beau être dans un lieu moderne doté de toutes les commodités dernier cri, les éléments de la nature nous entourent et nous réconfortent dans les 55 chambres de catégorie 4 étoiles. Vue sur la rivière dans chacune. Et avec balcon pour les suites.

L’amphithéâtre extérieur et les feux de bois, y compris dans la «Maison Longue», campent aussi très bien l’ambiance amérindienne.

Les bains nordiques, la chute et le canyon de la rivière Akiawenrahk (qui veut dire Rivière à la truite, baptisée Saint-Charles par les Français), ajoutent encore plus d’oxygène à cette expérience boréale incomparable.

Chasse, pêche, cueillette

Côté papilles et palais, maintenant! Au restaurant La Traite, appelé ainsi en référence au commerce des fourrures entre les Français et les Amérindiens au début de la Nouvelle-France, on découvre toute la signification de l’expression «payer la traite», répandue chez les Québécois. En effet, la carte est abondante, goûteuse et vraiment abordable côté prix, pour les repas 3, 4 ou 6 services, et si on le veut, en accords mets-vins.

Menu alléchant sans conteste. De la forêt : bison, caribou, cerf, sanglier, perdrix. Des ondes : homard, pétoncles, crabe, esturgeon, truite, saumon. De la terre : bleuets, cèpes, pommes, artichauts, betteraves, topinambours. Agrémentés d’érable, de sarrazin, de noix, de bannaque (pain traditionnel) et de thé du Labrador. 

À s’offrir absolument

Un séjour, en tout temps, mais encore plus lors de manifestations telles que le Pow-Wow de la fin juin, les feux d’artifice de la fin d’août, et le Nouvel An : chants, tambours, danses, eau d’érable et de vie, calumets de paix à satiété.

Et que dire de l’escapade de pêche à la pourvoirie Tourili, où l’on se rend aujourd’hui en hélicoptère… plutôt qu’en canot d’écorce.
Au fait, le canot d’écorce aussi, pourquoi pas! À tout le moins pour l’essayer en été. Et l’hiver, les traîneaux à chiens, bien entendu.

www.hotelpremieresnations.ca
www.wendake.ca

Recherche et rédaction: Sylvie Berthiaume
 

Chambre de l'Hôtel-musée

Maison Longue traditionnelle


 

 

Retour