Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Chan Cham Perou

Au pays des Touloulous —  Bonne nouvelle! Cette année le Carnaval de Guyane, qui est déjà le plus long au monde, va durer deux mois complets.

Commençant toujours le 6 janvier, jour de l'Épiphanie, il se termine traditionnellement le Mercredi des Cendres qui tombe cette année le 5 mars. Alors, pendant deux mois entiers, la Guyane vit au rythme vibrant du carnaval, avec des défilés très populaires qui font la joie des familles et des enfants, et des bals qui attirent toute la population en âge d'y prendre part.

À Cayenne, capitale de ce département français, pendant toute la durée du Carnaval, des défilés costumés ont lieu tous les dimanches après-midi. Mais ce qui occupe toutes les têtes ce sont les bals du samedi soir, les fameux 'Bals des Touloulous'.

Les Touloulous: qui sont-ils ou qui sont-elles? 

Le Touloulou est le personnage le plus mythique et le plus célèbre du Carnaval guyanais, avec ses tenues qui rappellent la bourgeoisie des 18e et 19e siècles. Les Touloulous sont, avant tout, des femmes ou des jeunes filles, très élégamment habillées de la tête aux pieds et qui déploient des trésors d'ingéniosité pour ne pas dévoiler le moindre centimètre carré de peau. Tout doit être caché.

Le Touloulou, c'est la femme-mystère, celle dont nul homme ne pourra percer l'identité. Aucune femme ne confiera à un homme, mari, amant, ami, parent qu'elle ira au bal des Touloulous.

Les samedis après-midi de Carnaval, une étrange ségrégation envahit Cayenne. La ville semble peuplée uniquement de célibataires. Il n'y a plus de couples dans les rues. Les femmes rivalisent d'imagination pour trouver une quelconque excuse pour s'isoler entre femmes, loin des hommes qui de leur coté s'étant mis sur leur trente-et-un se retrouvent entre eux pour aller au bal. Ils rivalisent d'élégance car tout le monde les y verra, eux qui n'ont absolument pas le droit de se déguiser, et ce soir ils vont devoir plaire!

On masque tout!

Pendant ce temps les femmes réunies par petits groupes d'amies, chez l'une ou l'autre, bien à l'abri des regards des hommes, enfilent leurs tenues de Touloulous qui doivent leur conférer un anonymat absolu. Ces déguisements sont souvent loués auprès de couturières spécialisées qui dans leurs ateliers préparent pendant toute l'année des centaines de costumes. La tenue du Touloulou est flamboyante, chatoyante, mais impose de porter des bas opaques, des gants très longs, une succession de jupons ou une longue robe à volants. En dépit d'une coiffure élégante, pour réussir à cacher totalement cheveux, cou et visage, le port d'une cagoule et d'un masque souvent doublé par un loup à voilette est inévitable.

Le Touloulou a la réputation d'être une personne extrêmement rusée et certaines n'hésitent pas à mettre des lentilles de couleur pour masquer la couleur de leurs yeux, seule partie visible de leur corps. Le Touloulou va changer de parfum et pourra aussi utiliser des petits coussinets pour modifier un peu sa silhouette. Sa plus grande ruse sera de porter des chaussures neuves qu'elle se sera procurée à l'insu des hommes de son entourage.

Et pour éviter d'être reconnues à leur carrosse quand elles arrivent au bal, les Touloulous n'hésitent pas à louer une voiture pour la soirée, voiture partagée par trois ou quatre amies.

Des règles strictes  

Le ballet des voitures qui amènent les participants au bal est immuable. Des voitures remplies de garçons, célibataires d'un soir, et d'autres occupées par des petits groupes de Touloulous silencieuses aux magnifiques déguisements. Nul mélange. De mémoire de Guyanais, nul n'a jamais vu une Touloulou arriver au bal accompagnée par un quelconque 'mâle'!

Dans l'immense salle de bal, où la température est déjà bien chaude, les hommes, tous pomponnés, attendent sagement debout le long des murs, tels des animaux de concours. Tranquillement et d'un pas légèrement chaloupé, une Touloulou s'avance et choisit un cavalier en le prenant par la main et, sans dire un mot, l'entraîne sur la piste pour une de ces danses 'collé-sérré' qui font rapidement monter l'ambiance. Il n'est guère possible de passer une feuille de cigarette entre les deux danseurs! Aucun homme n'a le droit de refuser une invitation et nul homme ne peut inviter une Touloulou à danser.

L'homme ne sait rien de sa cavalière, de son âge, jeune ou vieille, de la couleur de peau, blanche ou noire. Ce pourrait être sa mère, sa sœur, sa femme, sa petite amie ou une parfaite inconnue, il ne le saura jamais, ni aujourd'hui ni demain. Le Touloulou ne parle pas, ou si peu. Le cavalier ne doit pas la questionner, il peut lui faire un brin de conversation, et celle-ci prendra grand soin de lui répondre avec une voix de fausset, et toujours brièvement.

Sans un mot, sa cavalière l'abandonnera pour aller choisir un autre danseur, à moins qu'elle ne lui murmure la phrase classique "Le Touloulou a soif". Alors le couple sortira de la salle et l'homme devra généreusement lui offrir une boisson à l’un des bars du bal situés à l'extérieur, boisson que le Touloulou dégustera avec une paille tout en dissimulant ses lèvres derrière son loup. Puis elle repartira à la recherche d'un autre cavalier. Le grand nombre des Touloulous fera que le pauvre cavalier délaissé n'aura pas trop longtemps à attendre avant d'être de nouveau entraîné sur la piste par une autre inconnue. Et celui qui ferait un peu trop longtemps tapisserie verra vite ses copains lui faire remarquer que sa chemise n'est pas trempée de sueur!

Un net avantage!

Les Touloulous, de leur côté, connaissent la plupart des hommes présents. Toutes les barrières sociales sont tombées et le Touloulou pourra danser incognito avec son voisin, le mari de sa meilleure amie, un collègue de bureau ou avec n'importe quel bel inconnu, manière innocente d'assouvir pour certaines, quelques petits fantasmes. On dit cependant que, au fur et à mesure que la nuit avance, quelques Touloulous pas vraiment libres n'hésiteraient pas à se laisser aller à quelque aventure d'un soir auprès d'un homme qui ne serait pas le leur. Et puis il ne faut pas oublier que parmi tous ces Touloulous, bon nombre sont d'authentiques célibataires...

Les hommes, eux, sont ravis d'être invités par des inconnues dont ils serrent les corps dans des danses plutôt torrides et ils gardent le souvenir de ces instants de fugace complicité, avec quelquefois le secret espoir de retrouver telle ou telle cavalière au bal du samedi suivant. Mais cela relève du défi quasi impossible, car ces rusés Touloulous, systématiquement, changent de tenues à chaque bal, louant un autre déguisement ou troquant leurs costumes avec leurs amies pour brouiller toutes les pistes.

Car l'anonymat des Touloulous est la base même de ces bals où, pour un soir, toutes les femmes jouent gentiment aux célibataires sans craindre la jalousie méritée d'un mari ou d'un amant, car nul ne s'aviserait d'enlever le masque d'un Touloulou.

Une femme non déguisée peut aussi assister au bal mais il ne lui est pas permis de danser et si jamais elle tentait de passer outre, les musiciens arrêteraient instantanément de jouer en attendant qu'elle ne quitte la piste.

Ces règles qui sont suivies scrupuleusement par tous, permettent des soirées sans bagarre ni gros problème malgré le grand nombre de participants et l'ambiance débridée. Quelle que soit l'heure les Touloulous repartiront généralement comme elles sont venues, masquées et par petit groupes d'amies.

Le charme et l'attrait de ces Bals du Carnaval guyanais tiennent autant au caractère accueillant des Guyanais eux-mêmes qu'à la très agréable permissivité qu'autorise l'anonymat des Touloulous.

À Cayenne, bals chez Zaza ou Polina?

Pour tous ceux et celles qui voudraient participer à ces bals de Carnaval qui leur offriront des moments inoubliables, Cayenne posséde deux adresses très réputées: Zaza, qui est le plus ancien des bals et Polina, nouvelle salle de bal et de loin la plus grande et la mieux ventilée. La salle de Polina peut accueillir jusqu'à 2 500 personnes, mais vous ne vous y sentirez jamais seuls, Polina fait largement salle comble tous les soirs de bal, ambiance garantie!

Pour celles qui désireraient jouer au Touloulou d’un soir, l'Office de Tourisme de Guyane pourra vous fournir les contacts de costumières spécialisées où louer une tenue complète.

Où loger?

En Guyane, vous trouverez des établissements pour toutes les bourses, des plus simples aux plus confortables. Pas de 5 étoiles mais des 4 étoiles dont le Novotel à Cayenne et l'Hôtel des Roches à Kourou.

Mais si vous interrogez les connaisseurs, ils vous diront, presque sous le sceau du secret, que Ker Alberte, authentique villa créole nichée entre le marché et la fameuse Place des Palmistes dans la vieille ville de Cayenne, est sûrement le meilleur établissement de Guyane. Son seul défaut qui est aussi une vraie qualité, c'est de n'offrir que 15 chambres.

Pour le plaisir du palais

La cuisine guyanaise est d'abord très créole, basée sur l'utilisation de produits locaux, légumes frais, riz local, crevettes géantes de Guyane (un délice), gibier boucané ou fricassé, le tout préparé et relevé avec une grande abondance d'épices.

En fin de repas, ce sera la grande variété des fruits tropicaux qui apportera une note de douceur. Et partout, du plus simple au plus sophistiqué des restaurants, vous trouverez toujours ti-punchs et cocktails à base de rhum, la meilleure façon de se sentir Guyanais.

Une visite du vieux marché couvert de Cayenne donne un bel aperçu des produits locaux, épices, fruits, légumes, dont bon nombre vous sont inconnus. Jetez un coup d'œil sur la profusion des punchs et rhums arrangés, tous de fabrication totalement artisanale. Et si cela vous met en appétit, n'hésitez pas à goûter la cuisine simple et plutôt relevée servie avec le sourire à l'intérieur même du marché.

Les autres visages de la Guyane

La Guyane, heureusement, ne se limite pas uniquement au charme de son Carnaval. C'est un pays immense recouvert par la forêt amazonienne. La nature est partout. La Guyane est recouverte d'une immense forêt vierge, une jungle tropicale parcourue par un innombrable réseau de rivières et abritant une faune extraordinaire.

Quel meilleur moyen de la découvrir que de partir une journée en excursion en pirogue dans les marais de Kaw, à 50 km de Cayenne, avec Stéphane, un guide très expérimenté, à la recherche des caïmans noirs, des cabiaïs, des anacondas et des dizaines d'espèces d'oiseaux.

Autre périple possible du côté de Kourou, une journée ou deux en pleine jungle au Camp Cariacou que l'on rejoint aussi en pirogue. Baignade, pêche, canotage, découverte de la forêt et nuit en carbet sont au programme.

Il serait dommage de ne pas rendre visite au Centre Spatial Guyanais de Kourou d'où sont lancées les fusées Ariane ainsi que des fusées Soyouz et Véga. C'est le Cap Canaveral de l'Europe et on peut même y découvrir la salle de commandement des lancements. Il y a aussi un passionnant musée qui retrace la conquête de l'espace.

Autre visite impressionnante, les Iles du Salut, à environ 15 km au large de Kourou, où se trouvent les ruines du bagne de Cayenne, l'enfer ou furent enfermés parmi des milliers d'inconnus, au moins un innocent célèbre, le Capitaine Dreyfus, et un malandrin, Papillon, qui gagna renommée et fortune en publiant ses mémoires.

Les visiteurs débarquent sur l'Ile Royale où, au milieu des bâtiments plus ou moins en ruine, l'Auberge des Iles du Salut tenue par Angèle offre une bonne cuisine créole et propose quelques chambres dans l'ancien bâtiment des officiers du bagne. Sa collection de punchs maison vaut le détour. De là, il est facile d'apercevoir la célèbre Ile du Diable à quelques encablures.

Soyons pratiques!

Un excellent réseau routier relie les régions de Cayenne et de Kourou. Comptez une heure entre ces deux villes. Par contre, pour tous ceux qui voudraient pénétrer plus avant dans l'intérieur de la Guyane, l'avion ou le bateau sont les deux moyens à privilégier.

La Guyane est un département français, vous êtes donc officiellement en France. La langue parlée est le français, la monnaie est l'euro et tous les services, médecins, hôpitaux, pharmacies, gendarmerie, douanes, poste, banques sont identiques à ceux de la France métropolitaine.

Frédéric de Poligny

www.tourisme-guyane.com
www.novotel.com
www.hoteldesroches.com.
www.hotelkeralberte.com
www.tigdilo.fr
www.cnes-csg.fr
www.ilesdusalut.com

Quelques Touloulous

Cayenne

Au vieux marché de Cayenne

Pour un peu de fraîcheur

Délicatesse en forêt amazonienne

En pleine jungle

Centre spatial de Kourou

 

Photos ©Frédéric de Poligny


 

 

Retour