Bannière

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Voyager avec son cellulaire 

Y-a-t-il encore quelqu'un qui envisage de partir en voyage sans son téléphone?  Tellement pratique … pour prendre des photos, pour trouver son chemin ou pour un appel en cas d’urgence. 

Mais attention! On a tous entendu des histoires d’horreur de voyageurs qui se retrouvent avec des factures de cellulaire «salées» au retour de leurs vacances. 

C'est pourquoi nous voulons vous faire profiter des judicieux conseils de CAA-Québec pour vous éviter les grimaces lorsqu’arrivera votre facture.

Utiliser son cellulaire comme à la maison: l’erreur à ne pas faire

Ce qu’il faut éviter, à l'étranger, c'est de continuer à utiliser Internet mobile comme à la maison et d’ainsi faire tourner le compteur à un tarif exorbitant. Distinction importante : on ne parle pas ici de l’utilisation d’Internet sur les réseaux Wi-Fi gratuits, comme ceux des restos et des hôtels, mais de l’utilisation d’Internet lorsqu’on se balade dans la rue ou qu’on roule en auto. Voilà ce qui coûte cher. Il est difficile de mesurer son utilisation et, en plus, votre coquin de téléphone utilise des données même quand il est dans vos poches, pour effectuer des tâches en arrière-plan.

Un réglage à vérifier obligatoirement sur votre téléphone pour éviter les frais

Ainsi, avant de traverser la frontière, on devrait toujours bloquer l’utilisation des données en itinérance dans les réglages ou les paramètres de son téléphone. L'appareil ne pourra plus utiliser Internet mobile à l’étranger, à moins d’être branché à un réseau Wi-Fi. Réactivez l’option si vous avez choisi un forfait approprié.

Trois options pour utiliser son cellulaire à l’étranger

1- Petits utilisateurs ou petits budgets: Wi-Fi seulement

Pour ceux qui parviennent à se passer d’Internet, il suffit de désactiver les données à l’étranger et de se contenter du Wi-Fi, là où il se trouve. Vous pourrez quand même vous servir de votre téléphone pour l’appareil photo, pour appeler ou pour texter en cas d’urgence. Une ou deux minutes d’appel (environ 1$ ou 2$ la minute) ou trois textos (environ 50¢ par message) ne vous ruineront pas. Par ailleurs, le GPS fonctionne, même sans données cellulaires.

2- Petits voyages et escapades: prendre un forfait voyage de son fournisseur canadien

Les fournisseurs de services mobiles offrent des forfaits voyage qui incluent souvent les appels et les textos illimités et une petite quantité de données Internet, ou encore les mêmes modalités que votre forfait à la maison. Un simple texto suffit pour s’abonner. Les prix varient entre 5 et 10$ par jour chez les trois grands fournisseurs canadiens (juillet 2017), ce qui convient pour une utilisation modérée, pendant un court séjour, mais ça revient assez cher après quelques jours.

3- Grands utilisateurs ou longs séjours: une carte SIM locale

Pour un long séjour ou si vous êtes incapable de vivre sans YouTube, Snapchat, FaceTime, Netflix ou Spotify et que le sevrage risque de vous faire passer de mauvaises vacances, il serait préférable de vous abonner à un service local à destination. Autrement dit, on s’abonne temporairement à Vodafone en Europe ou à T-Mobile aux États-Unis, par exemple. Dans ces coins du monde, il est très facile de trouver des services mobiles sans engagement qui sont plus généreux et moins chers qu’au Canada, ou en tout cas, moins dispendieux que les forfaits voyage des fournisseurs canadiens.

Le fournisseur local vous donnera une nouvelle carte SIM. Vous aurez un numéro de téléphone local. Pendant ce temps, votre compte canadien sera inactif (vous pouvez d’ailleurs demander de le suspendre).

Certains fournisseurs, comme Roam Mobility, offrent des produits spécialement destinés aux voyageurs : envoi de la carte SIM par la poste, choix d’un forfait et de la période d’activation sur Internet. Il ne vous restera qu’à insérer la carte SIM une fois à destination.

Vous devrez, pour ce faire, détenir un téléphone déverrouillé. Cette pratique de verrouiller un téléphone chez un fournisseur en particulier sera bientôt interdite par le CRTC, mais actuellement, certaines compagnies imposent des conditions et des frais pour déverrouiller les appareils. Avant de choisir un fournisseur local, assurez-vous que votre téléphone soit compatible avec leur réseau, et que celui-ci propose une bonne couverture.

5 trucs pour réduire l’utilisation des données Internet en voyage

  • Votre GPS fonctionne hors-ligne. Il suffit d’avoir les cartes : l’application Google Maps permet de les télécharger d’avance avec l’option « région hors connexion ».
  • Vérifiez quelles applications consomment beaucoup de données mobiles, évitez de les utiliser ou modifiez les réglages pour qu'elles modèrent leurs ardeurs.
  • Désactivez les téléchargements automatiques de photos, de magazines, de journaux et d’applications, y compris les mises à jour automatiques.
  • Téléchargez, avant votre départ, les guides de voyage, les livres, les articles, la musique et les magazines dont vous êtes susceptibles d’avoir besoin.
  • Écoutez de la musique stockée sur votre appareil, plutôt qu’en ligne.


Source : CAA-Québec
 

 

 

 

Retour