Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Chan Cham Perou

Barcelone, Costa Brava et Montserrat  —   Barcelone ne laisse personne indifférent, euphoriquement parlant. Deuxième plus grande ville d’Espagne, Barcelone suscite la curiosité et mérite une visite pour plusieurs raisons d’ordre politique, urbanistique, touristique et architectural.

En quête d’autonomie officielle

Depuis plusieurs années, Barcelone est le siège d’un mouvement indépendantiste de plus en plus fort et omniprésent. En effet, les habitants de la Catalogne réclament rien de moins que la séparation de l’Espagne et l’adhésion de leur communauté autonome à l’Union européenne. La Catalogne a reçu le statut de nation en 2006 et s’apprête à tenir un référendum sur la séparation en novembre prochain.

Cette effervescence se manifeste partout dans les rues, entre autres par la juxtaposition des deux drapeaux : celui de la Catalogne (La Senyera) représenté par 4 lignes rouges horizontales sur fond jaune, et celui de la Catalogne libre (L’Estelada) qui reprend le fond catalan en y ajoutant un triangle bleu et une étoile blanche.

Célébrée et enviée par plusieurs

Barcelone suscite également un intérêt au plan de l’urbanisme et nombreux sont les maires qui estiment qu’elle est un exemple à suivre, tant au chapitre de la revitalisation de son front de mer, qu’à celui du dynamisme de ses artères commerciales.

L’artère commerciale la plus célèbre de Barcelone est sans contredit, La Rambla. Elle s’étend sur plus d’un kilomètre et demi, entre la colonne de Christophe-Colomb près du port, et la Plaça de Catalunyia, le véritable cœur touristique de Barcelone.

Des milliers de touristes arpentent cette rue dont le centre piétonnier est parsemé de boutiques, terrasses, et autres attractions. L’une de ces attractions les plus célèbres est la présence permanente de nombreuses statues « vivantes » qui rivalisent d’originalité et de qualité pour personnifier des monstres et toutes sortes de personnages mythiques afin de séduire les passants tout en gagnant leur vie en se laissant photographier.

De boutiques en terrasses

Mais La Rambla est une attraction en elle-même à laquelle on peut consacrer plusieurs heures, ne serait-ce que pour la parcourir d’un bout à l’autre. Il faut bien sûr faire un ou plusieurs arrêts dans des cafés et terrasses.

Soulignons en particulier le café terrasse Escriba qui offre de merveilleuses pâtisseries. C’est le genre d’endroit qu’on ne peut découvrir que par des références d’amis ou de connaissances qui souhaitent partager leurs coups de coeur. Il faut croire que ces réseaux d’amis sont efficaces car pâtisseries et café y sont «inoubliables» depuis plus de 100 ans.

Parmi les autres attractions dignes de mention de La Rambla, il faut mentionner le marché couvert de La Boqueria. Inauguré officiellement en 1853 et couvert depuis 1914, c’est l’un des plus grands marchés d’Europe et il vaut le détour, que ce soit pour le plaisir des yeux, de l’odorat ou du goût.

Le chef-d'oeuvre mondial

Bien entendu, il faut absolument parler de la Sagrada Familia ce joyau inouï, œuvre encore inachevée de l’immense architecte Gaudi, devenu le symbole même de Barcelone et l’endroit le plus visité d’Espagne. Les photos de ce monument grandiose dans le paysage barcelonais, aussi bonnes soient-elles, ne peuvent jamais rendre justice à tout ce que représente cette œuvre magistrale.

Il faudrait des dizaines de photos pour illustrer tout ce qu’elle nous offre. On ne se rend pas à la Sagrada Familia uniquement pour ses croyances religieuses. Il y a tellement à apprendre de cette visite et surtout de la visite des lieux annexes, tels que l’école, le musée, et l’historique du projet qu’on retrouve dans l’une des autres oeuvres de Gaudi, La Pedrera.

La Sagrada Familia, œuvre en évolution depuis plus de cent ans, le sera encore pour de nombreuses années. En effet, on entreprend présentement l’érection de sa tour principale qui sera suivie d’une quatrième façade. On envisage par la suite la démolition d’un quartier adjacent pour que la cathédrale s’inscrive dans une perspective urbaine qui la mette véritablement en valeur.

On peut très bien voir à quel point l’œuvre de Gaudi est inspirée de la nature et ce, dans ses moindres détails architecturaux. Les colonnes sont des arbres avec leurs branches; les nœuds de ces branches camouflent les systèmes de son et l’éclairage artificiel qui complémente l’éclairage naturel judicieusement fourni par un toit abondamment ajouré et des rosaces intelligemment planifiées. Il faut absolument avoir vu au préalable les maquettes de l’œuvre exposées à La Pedrera et dans le musée adjacent à la cathédrale pour mieux apprécier dans toute leur spécificité les innombrables détails uniques observables durant la visite de ce chef-d'oeuvre.

Quant à La Pedrera, c’est une autre œuvre prestigieuse de Gaudi, conçue au départ comme un hôtel particulier. On peut y voir comment le célèbre architecte mêlant les droites et les courbes a utilisé divers principes de physique pour concevoir de nouvelles applications architecturales et comment il évoque la nature à travers des formes organiques de fleurs, de coquillages, de squelettes d’animaux, etc. Même le toit de cet immeuble est unique !

Curiosités visuelles et goûteuses

À Barcelone, on découvre aussi avec grand plaisir un vieux quartier de pêcheurs : la Barcelonetta, situé entre la plage de sable fin de Barcelone, le port et la dernière station de métro. La quinzaine de toutes petites rues parallèles très densément peuplées et animées qui le composent ne peuvent se laisser découvrir qu’à pied. Une promenade qui risque toutefois de vous mettre en appétit!

Qu’à cela ne tienne, tout juste à la sortie de la Barcelonetta, le restaurant Can Païxano (La Xampanyeria) vous attend au 7 de la rue Reina Cristina. Cet établissement, sans enseigne, situé dans une entrée de garage anonyme, est uniquement repérable grâce à la foule de visiteurs qui s’y pressent. Tout le monde y mange debout et les éloges pleuvent sur les délicieux sandwiches chauds au chorizo accompagnés de cava. Offerts à des prix défiant toute concurrence - prix inchangés depuis six ans semble-t-il - deux gros sandwiches sur pain Kaizer accompagnés de deux verres de cava nous sont offerts pour moins de six euros.

Il y aurait encore tant à dire sur Barcelone et ses points d’intérêt. Il faut du temps et de l’énergie, car il y a des lieux intéressants à chaque coin de rue. À défaut de parcourir toute cette ville à pied, les circuits de l’autobus touristique rouge à deux étages «Hop-on-Hop-off» constituent une des meilleures façons de prendre le pouls de cette ville chargée d'histoire.

Des monuments encore inspirants 

Rappelons-nous que Barcelone a été la ville hôtesse des Jeux olympiques en 1992 et d’au moins deux grandes expositions universelles en 1888 et 1929, qui lui ont laissé de remarquables monuments ou réalisations.

Soulignons, entre autres le Poble Espanyol ou Pueblo Espanyol. Dans une enclave de plus 49,000 mètres carrés, sur le Montjuic, on a reconstitué, pour l’Exposition universelle de 1929, des dizaines de maisons, places, églises et autres monuments illustrant la diversité et la richesse architecturale et culturelle de toutes les régions de l’Espagne. C’est un immense musée grandeur nature à l’air libre qui devait durer 8 mois, mais qui constitue encore, près de 90 ans plus tard, une attraction très populaire.

Villégiature de beauté sur la Costa Brava 

L’Espagne compte quatre régions différentes le long de la Méditerranée, aux noms évocateurs (du nord au sud) de Costa Brava, Costa Dorada, Costa Blanca et enfin Costal del Sol.

Ces quatre régions sont fréquentées durant l’été par des milliers de visiteurs en provenance de toute l’Europe. On retrouve beaucoup d’hôtels qui pratiquent le plan de séjour américain modifié, à savoir deux repas - petit déjeuner et déjeuner ou dîner - compris avec la nuitée.

De nombreux villages de villégiature s’alignent tout au long de La Costa Brava, qui se situe grosso modo entre Barcelone et la frontière française. On y retrouve plages ou baies insérées dans une côte montagneuse et échancrée. Le village de Lloret de Mar, dont le front de mer s’étend sur un kilomètre, entre 2 caps rocheux, en est un magnifique exemple.

Les catamarans à fond plat et transparent assurent la liaison par mer entre les différents villages et permettent l’exploration des fonds marins sans trop d’effort.

La villégiature de repos représente vraiment la principale raison d’être de ces destinations très achalandées en saison. Au moment de notre visite, en mai, la saison n’était pas encore vraiment amorcée et peu de gens fréquentaient la plage dont l’eau était encore très froide.

Par contre, derrière les hôtels du front de mer, on retrouve plein de petites rues avec des centaines de boutiques de souvenirs, des restaurants, des terrasses où on goûte au farniente méditerranéen.

C’est aussi le paradis du lèche vitrine et de la négociation des prix. On peut en effet trouver dans ces échoppes de superbes souvenirs. Des articles en cuir véritable sont notamment offerts à des prix beaucoup plus bas que ceux auxquels on est habitués en Amérique.

Fin de parcours, en toute sérénité à Montserrat 

L’abbaye Santa-Maria-de-Montserrat est un monastère bénédictin fondé en 1025. Ce lieu de culte et de pèlerinage, est fréquenté depuis l’an 880, à la suite, semble-t-il, d’une apparition de la Vierge dans une grotte locale. Juché à 1 236 mètres au dessus de la vallée, à flanc de montagne, dans un massif rocheux d’une beauté sauvage, il est accessible par la route, mais surtout par un train à crémaillère et plusieurs téléphériques.

Une excursion d’une journée à Montserrat fait partie des incontournables en Catalogne. Pour ses paysages à couper le souffle qu’on découvre tant au long du chemin à partir des nombreux points de vue aménagés un peu partout. On y est en communion avec la nature, on se recueille, et on apprécie le paysage grandiose. On peut tout aussi bien simplement reposer nos jambes bien sollicitées tout au long de la visite.

Un arrêt à la basilique Santa-Maria-de-Montserrat s’impose. Sa célèbre Vierge Noire (La Moreneta), une statue sculptée au XIIe siècle, consacrée à la sainte patronne de la Catalogne, contribue à la fréquentation de la basilique qui fait partie d’une courte liste de 18 basiliques célèbres à travers le monde chrétien, dont le Monte Cassino en Italie, la Basilique Ste-Térèse-de-Lisieux en France, et celle de Ste-Anne-de-Beaupré au Québec. Elle fait également partie des 6 chemins de Compostelle, l’Iter Hispanicum.

Sur cette dernière image se termine notre séjour en Catalogne, séjour ponctué de nombreuses euphories et de merveilleux souvenirs. Encore une fois, merci à nos compagnons de voyage pour plusieurs photos.

À la pròxima ! À la prochaine !

 

Marcel LeSieur  

La Rambla

Statue vivante sur La Rambla

La Boqueria

La Sagrada Familia

La voûte de la Sagrada

La Pedrera

Toit de La Pedrera

Restaurant Can Païxano 

Pueblo Espanyol 

Cap rocheux de la Costa Brava

Lloret de Mar 

Santa Maria de Monserrat

La Vierge noire

 

 


 

 

Retour