Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Photo-reportage 

Quand on pense aux déserts, on visualise automatiquement du sable jaune, des dunes et des chameaux. Mais il y a plusieurs types de déserts, selon les différentes contrées où ils se trouvent. De là l’intérêt de les découvrir.

Pascal Dupré, organisateur de circuits pour le Club Aventure, en excellent photographe qu’il est aussi, nous démontre ici quelques facettes, rehaussant encore la fascination que les déserts suscitent, conjuguée tantôt à l’exaltation, tantôt à la crainte. L’expérience n’est jamais banale.

www.clubaventure.com
 


Les déserts

Gobi

Le désert de Gobi, dont une très grande partie se situe en Mongolie, fait partie de l’histoire de la Route de la Soie. On y croise encore des nomades vivant dans des yourtes et se déplaçant sur chameaux ou petits chevaux mongoles. À Dunhuang, une grande oasis, où les dunes s’élèvent jusqu’à plus de 100 mètres, il faut voir les Grottes de Mogao (ou des 1 000 bouddhas), qui sont en fait 492 petits temples creusés dans le roc : on peut entrer dans certaines, pour admirer statues et peintures sur les murs de pierre.

Sahara 

Le plus connu, de nom du moins, se trouve au Nord de l’Afrique, et traverse 10 pays, de l’Atlantique à la Mer Rouge. C’est en effet le plus vaste du monde avec 8 millions de km carrés, équivalent à la superficie de l’Australie. Fait surprenant, contrairement à notre imaginaire : seulement 20 % est constitué uniquement de sable. Pour le reste, ce sont des montagnes, des rochers, des plateaux/falaises (hamadas) et des plaines de cailloux (regs). Sa végétation comporte 500 espèces d’arbres et plantes, comme les acacias, palmiers, herbes et oliviers.

Taklamakan 

Envoûtant s’il en est… : surnommé soit «la Mer de la mort», soit «Lieu de ruines», soit «Délaissé, à l’abandon». En Chine, dans la région de Xinjiang, il constitue une forme ovale entourée par les massifs du Pamir, de Tran Shan, ainsi que le plateau du Tibet. Il n’y a pratiquement aucune végétation, mais tout de même des chameaux et ânes sauvages, ainsi qu’un lac où l’on peut pêcher, le Lob Nor. Dans les petites villes-oasis, on rencontre une population ouïgour parlant turc, et des Chinois Han.

Côte péruvienne

Le Pérou présente absolument tous les types de paysages, dont le désert. En voici une partie et son oasis près de la baie de Paracas dans la province de Pisco. Non loin, on voit une côte pacifique inhabitée à perte de vue, du sable et de la terre rouge et jaune, juxtaposés au bleu de la mer. À partir de la mer, on peut voir le fameux géoglyphe surnommé le Chandelier de Paracas.

Textes: Sylvie Berthiaume

Juin 2015.

 

Retour