Envoyer Imprimer PDF

L’Île-à-Vache, Haïti

Un secret encore assez bien gardé

Après deux frénétiques journées passées dans la Capitale, puisqu’il est évidemment hors de question d’aller en Haïti sans passer par Port-au-Prince (nous en reparlerons d’ailleurs), nous nous dirigeons vers le sud, direction Les Cayes, en suivant une route plutôt en bon état.

C’est jour de marché et toutes les petites villes que nous traversons, Miragoâne, Fonds-des-Nègres, Croix-des-Bouquets, Léogâne, Petit Goâve, sont animées par des étals débordants de fruits, de légumes et de vêtements colorés où se salue et s’active une foule, elle aussi non dénuée de couleurs.

Arrivés dans la ville des Cayes, nous appareillons vers l’Île-à-Vache, petite île de 15 km de long par plus ou moins 5 km de large, au sud-ouest d’Haïti. Sans voiture, 14 000 Ilavachois y vivent majoritairement de la pêche, d’un peu d’élevage et d’agriculture. 

Sur la colline

C’est aux Suites La Colline, que nous nous installons à l’invitation de son propriétaire, Lambert Farand, un Québécois qui tomba en amour avec l’île et décida d’y construire sa maison qu’il partage volontiers depuis peu avec quelques clients privilégiés. 

La vue sur la mer des Caraïbes, sur les falaises, les anses et baies environnantes ainsi que sur la lagune qui renferme l’une des plus grandes forêts de mangrove du pays est époustouflante. 

Cette maison d’hôte porte bien son nom car il faut y monter sur cette colline, ascension qui peut s’avérer un peu raide avec un thermomètre qui frise les 40 degrés, si l’on n’est pas en forme. Mais la récompense est magnifique. Et puis ici, on sent qu’on a le temps de … prendre le temps et le personnel des Suites se fait un plaisir de vous alléger de sacs et bagages.

La culture à l'honneur

Une grande et belle suite, la Suite Dany Laferrière, nous attend avec 2 grands lits confortables, un coin salon, salle à manger et une grande salle de bain moderne. Sur tous les murs et meubles, œuvres d’arts : peintures, œuvres en fer coupé, masques et sculptures. On se sent enveloppé dans l’art haïtien sous presque toutes ses formes et ce n’est pas triste!

La suite est entourée d’une large terrasse où nous nous installons rapidement dans chaises longues et hamacs, au milieu de palmes, bambous, bougainvilliers et lauriers en fleurs, pour siroter une bière fraiche locale en attendant le dîner de poisson blanc tout frais que nous concocte la chef cuisinière, Véliciane. 

Mais le bruit des vagues nous rappelle la mer non loin et nous enfilons rapidement maillots de bain et sandales, direction plage pour piquer, dix minutes plus tard, une tête dans la turquoise mer des Caraïbes.

Nous sommes à l’Anse Dufour, une plage de sable fin où, dans les jours qui suivent, nous serons souvent les seuls baigneurs dans une eau claire et chaude et où la ligne d’horizon n’est brisée que par quelques voiles carrées de "bateaux-pays".

À la découverte

L'île, sans auto, se prête bien à la découverte à pied ou en bateau. Le personnel des Suites se fait d’ailleurs un plaisir de nous faire découvrir les petits villages aux typiques maisons colorées, dont celui de Kaykoy, juste en bas de la colline, les baies, falaises, plages ainsi que les petites îles environnantes. 

C’est d’ailleurs en « bateau-pays », un bateau de bois typique avec ses voiles carrées, que nous nous rendons dans l’île de Pélantin. Petite île de pêcheurs aux maisons de palmes séchées, où un groupe de jeunes enfants nous accueille chaleureusement, tous fiers de nager avec nous, avant de nous conduire à leur papa qui acceptera de nous céder quelques fraîches langoustes qui feront notre régal plus tard.

Le lendemain, le même capitaine, qui manie barre et voiles avec une dextérité non égalée, nous fait découvrir l’Îlot aux Amoureux. C’est en fait un banc de sable au milieu d’une mer turquoise dont les seuls habitants sont une colonie d’oiseaux à la recherche de lambis, fort nombreux dans les environs, et fort savoureux d’ailleurs. Lieu idyllique pour nager et jouir du soleil tout en observant les nombreuses étoiles qui parsèment le fond de la mer.

Un séjour chaleureux

Notre séjour aux Suites La Colline a été inoubliable à plus d'un titre: l'accueil chaleureux, les installations confortables et belles, le personnel attentif et disponible, une cuisine inventive et variée et un décor tout à la fois bucolique et inspirant.

On arrive à peine à croire que de tels coins si paisibles demeurent encore si peu connus. Et on a presque envie d’être un peu égoïste et de garder le secret pour soi… 

Un bémol…

Le gouvernement Martely a annoncé il y a quelques années le projet « Destination touristique Ile-à-Vache » qui inclut un aéroport international, d’ailleurs actuellement en construction , ainsi que l’ajout de plusieurs hôtels et villas qui ne semblent pas encore sortir de terre… heureusement ou malheureusement.

En fait, l’île possède déjà quelques autres installations hôtelières relativement sympathiques, dont celles de Abaka Bay Beach Resort à l’Anse Dufour, de l’Hôtel Port Morgan dans la Baie de Port Morgan, dont le nom rappelle le pirate anglais Henry Morgan qui y sévit au XVIIe siècle et où quelques voiliers y paressent en toute sécurité aujourd’hui, ainsi que celle de l’Hôtel-restaurant l’Anse-à-L’eau.

Espérons que ce développement se fera de façon ordonnée et intelligente et que l’Île-à-Vache restera encore pour quelque temps cet ilot où le calme et la paix règnent et où on peut encore prendre le temps d’écouter le silence chargé du bruit de la mer et du vent dans les feuilles d’eucalyptus et de palmiers, sans qu’un klaxon de voiture ne vienne le briser.

Pour s’y rendre

De Montréal, Air Canada et Air Transat offrent des vols directs vers Port-au-Prince. De la Capitale, vous pouvez louer une voiture ou prendre un bus pour atteindre Les Cayes (la route est en excellent état). Une traversée de 30 ou 45 minutes, selon que l’on emprunte le bateau de bois typique ou le bateau moteur plus moderne vous amène ensuite sur l’île.

Christiane Théberge

Jour de marché à Fonds-des-Nègres

Suites La Colline

Vue sur la mer des Caraïbes

Entrée de la suite Dany Laferrière

Masque ornant la suite

L'Anse Dufour

Maison typique

Île de Pélantin

Pêcheur dans son bateau "boisfillé"

 

 

Retour