Envoyer Imprimer PDF

Mongolie à cheval

Par monts, steppes et cours d’eau

Si un circuit de 16 jours en Mongolie, dont 9 à dos de cheval, est déconseillé aux novices en équitation, il n’est pas non plus nécessaire d’être un expert de la chevauchée pour vivre cette expérience hors du commun, au pays des éleveurs de yaks, de chameaux et de chevaux sauvages. 

Il faut en effet avoir un niveau d’aptitude intermédiaire, notamment pour mener un cheval au pas, au trot et au galop, sur différents types de terrains plats et pentus. Il faut de plus avoir la capacité physique pour tolérer différents niveaux d’altitude, allant jusqu’à un maximum de 2 900 mètres.

Ces prérequis étant satisfaits, on est maintenant prêts à entamer le voyage sur environ 700 kilomètres, dont 190 à dos de cheval, à raison de 4 à 6 heures par jour. Les autres kilomètres sont parcourus à bord d’un véhicule et en 4X4 sur une petite portion. Un véhicule d’assistance suit toujours, pour transporter les bagages, les équipements, la nourriture, ainsi que pour permettre le repos en cas de besoin.

À échelle humaine

En fait de groupe, les spécialistes de Terdav, garantissent un départ à partir de 5 personnes, non nécessairement déjà formé d’avance. Il est par ailleurs possible de privatiser un groupe d’aussi peu que 4 personnes. 

Voilà qui est fort intéressant, voire idéal, lors d’un périple accompagné d’éleveurs locaux, et durant lequel on s’arrêtera souvent pour partager les us, coutumes et repas avec des familles nomades.

Itinéraire généreux

L’arrivée et le retour se font dans la capitale de la Mongolie : Ulan-Baltor. La destination ultime est Orkhon, la région où l’on trouve le plus grand nombre de chevaux du pays, au pied des chutes coulant d’une faille volcanique.

Entre ces deux points névralgiques : les rivières Tuul et Ulaan Gool, une ceinture de dunes, huit lacs, la vallée de lave du volcan Togoo, les cols surplombant la vallée de lave noire, les monts granitiques Khogno Khan, le mont Khangaii, la montagne sacrée Bayan Uul, la vallée de l’Uliastay, le parc national Khuissin Naiman Nuur.

Et les points d’ancrage principaux : Karakorum, Shakhlaga, Bat-Olzii, Tsagaan Azaarga, Hyatruun, l’ermitage de Touhronhiid à 2 000 mètres, puis le petit ermitage du 17e siècle, Ougonkhiid.

Sommeil varié

Les nuitées se passent surtout en camping, souvent dans des yourtes, et parfois dans de petits hôtels.

Vivre au gré de la nature

Au programme : pique-nique tous les jours, traite de juments, fabrication de fromages, dégustation d’airak (lait de jument fermenté), feux de camp et chansons, baignade, visite d’une grotte, contemplation de stèles de cerfs datant de l’âge de bronze, spectacle d’enfants contorsionnistes, une spécialité de la région.

Et le point d’orgue qui garantit d’humecter les yeux : soirée d’adieu aux éleveurs et leurs familles se terminant par la relâche des chevaux dans la steppe!

Quoi apporter

Le matériel de camping et de pique-nique est fourni. Mais les conditions climatiques très changeantes d’un lieu à l’autre commandent que l’on apporte plusieurs types de vêtements.

Le bon moment

Terdav organise un voyage par mois en Mongolie, de mai à septembre.

Recherche et rédaction: Sylvie Berthiaume

 

 

Retour