Bannière
Envoyer Imprimer PDF

 

 

Patrick Bureau

Sintra - Portugal   
Le paysage culturel de Sintra (la Serra de Sintra) est un endroit magique ou l’architecture est paysage et le paysage est architecture. Le site inscrit, qui couvre 946 hectares, est parsemé de palais, de châteaux, de maisons de campagne, de monastères, de parcs et de jardins où se côtoient harmonieusement plantes indigènes et exotiques.

Les principales raisons de l’inscription du paysage culturel de Sintra sur la liste du patrimoine mondial sont qu’il incarne l’idéal romantique du XIXe siècle, et qu’il a exercé une influence considérable sur l’aménagement des paysages partout en Europe. On peut ajouter à cela qu’il a été une source d’inspiration pour les artistes et écrivains, tels que Lord Byron, qui l’avait surnommé le « Glorieux Éden ».

À l’origine, la ville de Sintra avait été choisie comme site d’un palais royal médiéval en raison des conditions climatiques particulières de cette région surélevée qui lui faisait bénéficier d’étés frais et d’hivers doux.

La cour royale et l’aristocratie y érigèrent de somptueuses villas et quintas entourées de parcs et de jardins; les forêts environnantes leur permettaient de s’adonner à la chasse. L’isolement de la serra attira également les ermites et les moines qui installèrent des monastères et des ermitages dans les endroits les plus reculés.

Photo: La Serra de Sintra depuis le Palais des Maures.

ll serait trop long de décrire en détail chacune des composantes de ce riche paysage culturel. Voici donc les principaux sites que nous avons eu le bonheur de visiter lors d’un court séjour de deux jours et demi à Sintra.

Palais national de Sintra (palais royal)

Le palais national — l’élément dominant de la ville — est situé vraisemblablement à l’emplacement de l’ancien alcazar maure. Les bâtiments appartiennent à deux grandes périodes : le début du XVe siècle et le début du XVIe siècle. Son architecture est un mélange de style allant du gothique au mudéjar en passant par le manuélin. Deux énormes cheminées indiquent l’emplacement des cuisines surdimensionnées pour la préparation des pièces de gros gibier destinées aux nombreux banquets.

Les documents d’archives indiquent que des artisans musulmans auraient participé à la construction du palais, ce dont témoignent les nombreux revêtements en azulejos (carreaux de céramique) qui l’agrémentent. La salle des blasons par exemple présente un décor en azulejos qui dépeint des scènes de chasse. Les plafonds des salles d’apparat, que ce soit de la salle des cygnes, de la salle des pies ou de la salle des galères, se distinguent par leur remarquable décor peint.

L’organisation intimiste des jardins (de la noire, de l’araucaria, des princes) offre autant de petits havres de paix pour les visiteurs.

Parc et palais de Pena

Perché sur un des sommets de la Serra de Sintra, le Palais de Pena marque le paysage avec ses couleurs vives et son architecture exubérante qui intègre des éléments gothiques, égyptiens, maures et renaissances, dans le plus pur esprit du mouvement romantique.

Il résulte de la transformation par Fernando II d’un monastère médiéval qui avait été abandonné après avoir été réduit en ruines par le tremblement de terre de 1755. Le palais a intégré l’église, le cloître et le réfectoire du monastère du XVIe siècle, richement ornés d’azulejos. À noter en particulier le cloître manuélin qui affiche des carreaux hispano-arabes.

Le parc entourant le palais couvre 210 hectares. Il constitue un projet paysager d’une grande beauté et importance scientifique. Il intègre plusieurs jardins historiques ainsi que de nombreuses espèces botaniques qui furent apportées d’Amérique du Nord, d’Asie et de Nouvelle-Zélande. Le jardin des camélias (camelia japonica) est particulièrement attachant au printemps.

Château des Maures

Fortification militaire érigée autour du Xe siècle par les populations musulmanes qui ont occupé la péninsule ibérique, le Château des Maures jouait un rôle stratégique dans la défense du territoire local et des accès maritimes de la ville de Lisbonne.

De grands pans des murailles ont été préservés. Il est possible d’observer les différentes phases de leur construction – base utilisant des pierres de taille au XIIe siècle, jusqu’au sommet avec des portions datant des XIXe et XXe siècles.

Depuis le chemin de ronde, la vue sur La Serra de Sintra et la côte atlantique est exceptionnelle. La tour royale (l’un des endroits où Ferdinand II aimait peindre) offre une vue privilégiée sur le Palais de Pena.

Le Centre d’interprétation de l’Histoire du Château des Maures permet de découvrir le résultat des fouilles archéologiques en cours.

Quinta da Ragaleira

La Quinta da Ragaleira constitue le plus énigmatique ensemble du paysage culturel de Sintra.

L’étonnante et somptueuse demeure de style néo-manuélin date du début du XXe siècle. Elle a été construite pour Carvalho Monteiro, millionnaire qui fit sa fortune au Brésil dans le commerce du café et des pierres précieuses. C’est lui qui en aurait déterminé le mystérieux programme iconographique où les références à l’alchimie, à la franc-maçonnerie et aux Templiers sont nombreuses. L’architecte, peintre et scénographe italien, Luigi Manini, aurait consacré 14 ans de sa carrière à sa création.

Le jardin dans son ensemble est un lieu imprégné de références à la mythologie, comme c’est le cas de l’Allée des Dieux, une promenade bordée de statues de divinités classiques dont Fortune, Orphée, Vénus, Flora, Cérès, Pan et Dionysos. Tunnels, grottes, fontaines, autant d’éléments qui ajoutent du mystère à ce haut lieu du mysticisme-romantique.

La visite guidée est fortement recommandée, car elle permet de saisir toute la subtilité du programme iconographique. Elle débute par la descente dans le puits initiatique qui a l’aspect d’une tour inversée de 27 mètres de profondeur, parcourue par un escalier monumental en spirale qui s’enfonce dans la terre. Ce puits, ainsi que les labyrinthes sur lesquels il débouche, nous conduit des ténèbres vers la lumière.

Symbole de renaissance, la terre représentant à la fois l’utérus maternel et la dernière sépulture, les neuf paliers de la tour inversée pourraient aussi être une évocation des neuf cercles de La Divine Comédie de Dante. Au fond du puits, on retrouve une rose des vents en marbre disposée sur une croix des Templiers.

Parc et palais de Monserrate

Le palais de Monserrate a été construit sous la direction du célèbre architecte James Knowles, pour Sir Francis Cook, millionnaire anglais qui a fait fortune dans le commerce du textile.

Organisé autour des ruines d’un plus ancien bâtiment détruit par le séisme de 1755, il associe le gothique vénitien à un bon nombre d’éléments d’art indien et mauresque. Le palais intègre minarets, coupoles, dentelles de stuc, arabesques, aux côtés d’éléments gothiques et d’azulejos dans le plus pur style éclectique.

Le parc de Monserrate est renommé pour ses magnifiques jardins. Les maîtres jardiniers Francis et James Burt cherchèrent à y recréer des environnements représentatifs de différentes parties du globe avec une extraordinaire mise en valeur des possibilités scéniques de la végétation.

En marchant le long de sentiers sinueux, vous pouvez découvrir diverses ambiances fortement contrastées, avec l’apparition soudaine de vieux araucarias et palmiers, de fougères arborescentes d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Ailleurs, les agaves et les yuccas recréent un coin du Mexique. Cette promenade permet également de contempler camélias, azalées, rhododendrons et bambous, qui évoquent les jardins japonais.

À l’époque, plus de 1000 plantes furent introduites. Le paysage qui en résulta et la profusion des espèces subtropicales expliquent que le parc de Monserrate soit considéré comme l’un des jardins exotiques les plus remarquables du monde de la période victorienne.
 

Christiane Lefebvre

 

 

 

 

 

Détail du plafond de la salle des blasons, Palais national

Entrée principale, Palais de Pena

Château des Maures et son chemin de ronde

Portail des gardiens du Quinta da Ragaleira qui dissimule l'entrée du puits initiatique 

Puits initiatique, Quinta da Regaleira 

Palais de Monserrate  

 

 

 

 

 

Retour