Bannière
Envoyer Imprimer PDF

ME JULIUS H. GREY
Sage à la redoutable efficacité, en matière de droits de la personne… Les causes que Julius H. Grey adopte, et qu’il gagne la plupart du temps, ne font pas seulement jurisprudence, elles sont de celles qui marquent profondément la société et qui passent à l’histoire. Tout comme les lieux qu’il adore visiter. Un homme remarqué et remarquable, qui se délecte du passé, qui mord avec appétit dans le présent et qui alimente l’avenir.

Comme tout humaniste, il adore les voyages et les différentes cultures. Et il nous en parle avec bonheur.

Euphoria  – Quelle destination a constitué pour vous un voyage vraiment euphorique?

Julius H. Grey  – L’année dernière, j’ai  fait deux voyages qui ont, en quelque sorte, constitué un retour aux sources, un voyage dans mon passé très personnel. D’abord, en Pologne, dans ma ville natale de Wroclaw, puis à Oxford en Angleterre, où j’ai fait mes études de maîtrise. Ce fut donc un retour dans les années 50 et 70! J’ai été littéralement envahi d’images réelles de grande beauté et de souvenirs de gens que j’ai connus à ces époques et qui n’y sont plus. La route était pavée de souvenirs. Cela m’a touché profondément, et même ébranlé. Comme j’étais accompagné de mon épouse et de mon fils, avec qui j’ai partagé ma propre histoire, ce fut de très beaux moments. Mais, j’ai également découvert des lieux que je ne connaissais pas, par exemple, les merveilles que sont les cathédrales gothiques de Worcester, de Gloucester et de Winchester.

Euphoria – Quel voyage s’est avéré le plus marquant, positivement, concernant les droits de la personne?

Julius H. Grey – Après avoir remporté en Cour suprême du Canada, la cause du port du kirpan sikh dans les écoles, j’ai été invité par la communauté sikh à célébrer cette victoire en Inde, où l’on m’a réservé un hommage mémorable au Temple d’Or, d’Amritsar, qui est d’une beauté saisissante. J’ai été tout aussi honoré du fait d’être invité par des avocats indiens, chez eux, pour rencontrer leurs familles. Ce fut à la fois dépaysant, familier et une démonstration de l’universalité de l’homme, car j’ai alors pu constater, sur les rayons de leurs bibliothèques, que nous avions lu les mêmes livres…! J’ai aussi été très impressionné par le Fort Rouge, à Delhi.

J’ai vécu des moments valorisants semblables en Chine, également après avoir eu gain de cause pour la presse chinoise canadienne, en 2005, qui avait été poursuivie en diffamation par le mouvement Falun Gong. La Cour avait alors statué en faveur du droit de la presse à critiquer un mouvement.

Euphoria – Dans quel autre pays que le Canada aimeriez-vous vivre et travailler?

Julius H. Grey – C’est très difficile à imaginer pour moi, car la seule raison qui ferait en sorte que je veuille immigrer serait  l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite. J’estime que c’est hautement improbable, mais si cela arrivait, j’opterais pour l’Angleterre ou la France, ou même la Pologne. Je me sens déjà chez moi, dans ces pays, et j’apprécie beaucoup leurs activités culturelles, notamment la littérature et le théâtre.

Euphoria – Que recherchez-vous la plupart du temps lorsqu’il s’agit d’un voyage d’évasion et de repos?

Julius H. Grey – Pour de courtes périodes, quand j’ai vraiment besoin de repos, j’opte pour la plage. J’ai alors besoin d’absorber du soleil pour reprendre de l’énergie. Je choisis alors surtout  Cuba, car j’adore La Havane. Cuba est une des rares îles qui, en plus d’être magnifique du point de vue de la nature, offre la possibilité de visiter des musées, d’anciens châteaux et de vivre son histoire dans ses villes et villages. Et j’aime tellement le caractère mystérieux de La Havane!

Plusieurs années de suite, dans les années 80, j’ai aussi passé des moments fantastiques, en famille, à l’Île du Prince-Édouard. J’ai aussi été complètement renversé par les Îles Galápagos, où la faune est on ne peut plus étrange et extraordinaire!

Euphoria – Quel voyage rêvez-vous de faire?

Julius H. Grey – Le Japon, ou l’Afrique de l’Est et de l’Ouest. Des terres, des hommes, des femmes, et des cultures qui me sont totalement inconnues, à découvrir avec avidité...

Entrevue et rédaction: Sylvie Berthiaume


Hôtel de ville, Wroclaw


Cathédrale de Winchester


Temple d'Or, Amritsar


Castillo de la Real Fuerza, La Havane 

Crédits photo: Winchester Cathedral Marketing Department

 

 

Retour