Bannière
Envoyer Imprimer PDF
Co Hoedeman

CO HOEDEMAN
La main, la tête et le coeur de Co Hoedeman sont constamment en voyage et nous font allègrement voyager.

Co Hoedeman, qui a innové tout au long de sa carrière, est l’un des rares Canadiens à avoir remporté un Oscar. Cet homme discret, comme la plupart des réalisateurs de films animés, est en effet celui-là même dont on a découvert tout le génie dans le fameux «Château de sable».

Empressez-vous de voir ses films dans l’une ou l’autre des salles de l’Office National du Film du Canada!

Euphoria  – Quel pays où vous vous êtes rendu, pourriez-vous qualifier d'euphorique? Pourquoi?

Co Hoedeman  – Il m’arrive souvent de référer au Japon. La raison en est très simple : en l’an 2000, j’y ai été invité par la communauté des films d’animation et j’y suis resté durant deux mois. On a bien pris soin de moi, ce qui m’a fourni l’occasion de voir et d’expérimenter les nombreuses facettes de la vie quotidienne japonaise. C’est une culture profondément enracinée dans ses traditions, mais tout autant ouverte sur la modernité et l’avenir. Les deux dimensions se côtoient en harmonie. Les gens sont très polis et généreux. Et que dire de la nourriture… sinon, qu’elle est extraordinaire!

Euphoria  – Voudriez-vous relater pour nous un moment spécifique, vécu à l’étranger, qui vous a laissé un souvenir impérissable?  

Co Hoedeman – En général, c’est la rencontre des gens dans la vie courante qui constitue le fait saillant d’un voyage. Si je devais ne mentionner qu’un seul événement, ce serait sûrement lors de la cérémonie de remise des Oscars: surtout l’excitation d’être parmi et de rencontrer tous les finalistes. Évidemment, le fait de repartir avec un Oscar fut aussi une nouvelle porte ouverte sur de nombreuses aventures.

Euphoria – Quels sont les gens, les villes, les paysages ou les pays qui vous inspirent le plus dans votre travail?

Co Hoedeman – Parmi tous les endroits sur la terre, je dirais l’Arctique canadien. Il se démarque vraiment. Les contrastes du paysage sont aussi spectaculaires qu’inoubliables.  L’immensité du ciel à perte de vue, avec ses nombreuses variantes de couleurs vous donnent l’impression que le monde n’a pas de fin. Les Inuit sont aussi très créatifs et pleins de ressources. Ce sont des gens de peu de mots, qui ont un grand sens de l’écoute et qui sont vraiment inspirants.

Euphoria – De quelles expériences de voyages rêvez-vous? Pourquoi?

Co Hoedeman – J’adorerais visiter l’Afrique du Sud, ainsi que les pays de l’Afrique Centrale : particulièrement les petits villages et la campagne, pour découvrir la culture et la musique traditionnelles qui semblent fort bien préservées. Au cours de mes recherches liées à mon nouveau film sur les enfants soldats, j’ai trouvé des photos de magnifiques endroits que je voudrais visiter un jour. Quoique la beauté qui en émane est en contradiction saisissante avec les tragédies qui s’y déroulent présentement.

Euphoria – Que recherchez-vous lorsque vous voyagez pour vous reposer? Le calme, les nouvelles rencontres, la culture, la nature, l’aventure, le sport?

Co Hoedeman – Je recherche toujours la découverte de nouvelles cultures pour les vivre pendant un certain temps. J’aime aussi trouver la tranquillité dans la nature, nager dans l’océan, faire de la bicyclette et tout ce qui fait regagner de l’énergie.

Euphoria – Lequel ou lesquels de vos films furent directement inspirés par l’un ou l’autre de vos nombreux voyages?

Co Hoedeman– Mes films sur les légendes inuit, comme  «L’ours renifleur», «Lumaaq», «The owl and the lemming», «The owl and the raven», sont le fruit de mon expérience auprès d’eux dans l’Île de Baffin et le Nord du Québec.

Euphoria – Parlez-nous de votre pays d’origine. Y êtes-vous allé récemment? Qu’en avez-vous surtout retenu?

Co Hoedeman – Je suis né en Hollande, plus précisément à Amsterdam. J’ai vécu dans plusieurs autres villes hollandaises et chacune avait une personnalité très particulière : Haarlem, Hilversum, La Haye et Bois-le-Duc. Comme c’est un  petit pays, il est facile d’y voyager et d’y vivre. 

L’un de mes modes de transport préférés est le train parce que le réseau ferroviaire y est très bien organisé et efficace, mais aussi parce que c’est un bon moyen pour rencontrer les gens.  Mais j’aime encore mieux la bicyclette. On sait que la Hollande est le pays idéal pour voyager sur deux roues. Il y a des pistes cyclables partout dans le pays, même sur la plupart des routes secondaires. 

Le pays tout entier regorge de lieux intéressants à visiter. Sans aucune exception, même les petits villages ont au moins un, sinon plusieurs musées célébrant une riche culture, une histoire intéressante et les arts. 

L’hiver dernier, je suis retourné à Amsterdam et j’y ai séjourné trois semaines pour terminer mon plus récent film. J’ai emprunté une bicyclette et traversé toute la ville, pour redécouvrir la vie quotidienne, comme je l’ai vécue quand j’étais enfant. 

Les marchés en plein air sont des endroits privilégiés pour bien sentir le pouls des gens au jour le jour. Les Hollandais aiment se rencontrer pour boire un café, une bière, ou pour partager un hareng fumé et parler de leur journée, de leurs projets.  Tout cela illustre leur besoin profond d’intimité et d’amitié (gezelligheid).

 

Merci M. Hoedeman, Euphoria a d’ailleurs l’intention de consacrer prochainement une Euphorie du mois à la Hollande. Nous suivrons vos précieux conseils. Car,  nous sommes convaincus que vous avez l’œil et la main heureuse! 

On peut en savoir plus sur les films de Co Hoedeman via le site Internet: www.onf.ca

Entrevue et rédaction: Sylvie Berthiaume

 

Cerisiers en fleurs - Japon

Arctique canadien

Inukshuk


Bois-le-Duc, Pays-Bas


 

 

 

 

 

Retour