Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Sri Lanka

Sri Lanka – « Sérénité » décrit parfaitement l'ambiance d'un séjour au pays du Ceylan. On s'imagine difficilement que trois ans auparavant sévissait encore la guerre civile entre les Tamouls et les militaires Cingalais du gouvernement. Pourtant, cette île située au Sud-Est de l'Inde semble respirer la tranquillité et convient tout à fait à différents types de publics. En effet, « diversité » est la seconde idée qui vient à l'esprit quand on pense à cet endroit verdoyant, riche de son mélange historique, culturel et naturel. Alors, qu'on soit sportif, à la recherche de nouvelles saveurs, curieux ou qu'on aspire tout simplement à un peu de farniente, tout est là... 

L'atterrissage se fait à quelques kilomètres de Colombo, en bordure de l'océan. De l'avion, nous avons l'impression que la jungle s'offre à nous, à perte de vue... 

Les cités médiévales 

Six sites culturels du Sri Lanka sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO : La cité historique de Polonnaruwa et la ville ancienne de Sigiriya en font toutes deux partie depuis 1982. L'immensité et l'esthétique de ces lieux sont saisissantes.

Capitale médiévale suite à l'invasion de l'Inde du Sud, le site de Polonnaruwa peut agréablement se parcourir à vélo, les monuments étant un peu éloignés les uns des autres pour envisager de le faire à pied. Même s'il s'agit majoritairement de vestiges, on retrouve sans peine l'atmosphère qui pouvait régner au XIIième siècle avec son palais royal, ses sculptures et ses différents temples dont le Gal Vihara, le sanctuaire du rocher et ses trois bouddhas taillés dans un seul et unique bloc in situ.

Beaucoup de mystères planent sur Sigiriya, le rocher du lion. L'histoire raconte qu'au Vième siècle, après avoir tué son père, Kassyapa, ainsi devenu roi, aurait fait construire son palais sur cette montagne. Roi fainéant, il aimait voir se baigner ses 500 concubines et aurait fait peindre une fresque de chacune d'elles. Pour d'autres, ce serait des moines bouddhistes qui auraient investi ce roc. Quoiqu'il en soit, c'est avec énergie qu'on grimpe les 1 202 marches pour admirer la vue imprenable sur les douves, les jardins et la jungle.

Des dizaines de petits macaques, à tête rouge parfois, viendront vous dire bonjour, de près ou de loin. Soyez vigilants, ils peuvent se révéler de véritables petits voleurs d'appareils photo ou de téléphones portables!

A noter que ces deux visites sont à privilégier tôt le matin, la chaleur pouvant devenir handicapante...

Il faut compter environ cinq heures de trajet en voiture depuis Colombo. Les routes sont plutôt bonnes et neuves, mais il faut quand même s'habituer à la conduite des Sri Lankais! Non seulement roulent-ils à gauche, mais il est aussi important de savoir qu'une règle prime au volant : le plus gros (voiture ou camion) double le plus petit (le rickshaw) et lui signale son dépassement par un petit coup de klaxon. Vous voilà prévenus.

Le point de chute idéal pour se loger et pouvoir profiter de ces deux lieux d'exception du centre de l'Ile est la ville de Dambulla, dans la région de Matale.

Si vous souhaitez prolonger votre immersion, l'hôtel Heritance Kandalama vous charmera de par la qualité des prestations proposées, mais également par son architecture atypique se mêlant parfaitement avec le paysage naturel. Il n'est pas surprenant de croiser un petit singe au détour d'un couloir... Surplombant le lac artificiel Kandalama, il arrive de voir se promener au loin quelques éléphants.

Initiation au Bouddhisme 

Au Sri Lanka, 70% de la population pratique le Bouddhisme et c'est le dimanche qu'en est dispensé l'enseignement aux plus jeunes. Ainsi, ce jour-là, nous croisons de nombreux enfants, tous vêtus de blanc (la couleur du respect) en direction des temples.

Si l'on devait visiter deux temples en priorité, il s'agirait d’abord du Temple d'or de Dambulla et de ses cinq sanctuaires troglodytes. Pour atteindre ces surprenantes petites grottes haut-perchées, on monte sur 180 mètres, par le biais de marches taillées sur la roche, mais attention c'est un peu glissant. L'endroit est toutefois très paisible, fréquenté aussi bien par des touristes que par des habitants locaux. Nous sommes impressionnés de voir de petites mamies se hisser jusque-là, pieds nus.

Ces lieux sacrés, dont les murs ont été blanchis à la chaux, sont creusés dans le rocher, face à l'arbre sacré de la Bohdi, arbre que l'on retrouve souvent sur l'île, puisque c'est sous son feuillage que Bouddha aurait atteint l'éveillement. A l'intérieur des cavernes, 157 statues et plus de 150 peintures murales couvrent une superficie totale de 2 100 m².

On descend ensuite un peu plus au Sud, à Kandy, pour découvrir le temple de la Dent, le plus important du pays. Nous sommes fouillés à l'entrée : suite à l'explosion d'une bombe en 1998, la prudence est de mise. Située dans l'enceinte de l'ancien Palais royal, la relique sacrée de la dent de Bouddha est souvent bien difficile à voir, car nombreux sont les pratiquants à venir se recueillir et apporter de nombreuses offrandes. Pour la majorité, ce sont des fleurs fraîches de frangipanier à l'odeur envoûtante. Notre guide nous confie que si une fois dans notre vie nous devons visiter un temple bouddhiste, c'est bien celui-ci.

Par respect, il est demandé de couvrir ses épaules et de se déchausser. On s'abandonne ainsi quelques instants à cette culture...

Kandy 

A Kandy, on retrouve un peu l'effervescence d'une grande ville avec beaucoup de circulation. Plus de 150 000 habitants peuplent cette cité sacrée. On notera que ce fut la capitale du dernier royaume cingalais, qui tomba aux mains des Britanniques en 1815 après avoir résisté aux Portugais et aux Hollandais pendant plus de trois siècles...comme quoi, tout le monde se battait pour elle. 

Le spectacle de danses locales est un passage incontournable et très divertissant, même si c'est un attrape-touristes de taille. Cependant, nous sommes charmés par le son des tambours et la vision des costumes colorés qui changent à chaque danse. Les femmes sont d'une grâce incomparable et les hommes exécutent de nombreuses figures acrobatiques. Nous sommes donc transportés pendant plus de quarante cinq minutes de spectacle.

Ces danses sont aussi interprétées lors de la Perahera, la fête annuelle bouddhiste qui se déroule en été et au cours de laquelle de nombreux éléphants vêtus de caparaçons et ornés de nombreux bijoux déambulent dans les rues la nuit.

A l'intérieur de la ville, nous découvrons un marché local couvert, histoire de faire quelques emplettes. Pas facile effectivement de ramener quelques souvenirs de ce beau pays ! Ici, c'est un peu la caverne d'Ali Baba et il ne faut pas avoir peur de marchander, raisonnablement bien sûr.

A 6 km de Kandy, se trouve le jardin botanique de Peradeniya. Ce grand parc offre la possibilité d'observer des arbres et des plantes du monde entier et possède également un petit jardin aux épices et une maison aux orchidées. L'attraction principale est l'énorme figuier de Java, mais on trouve aussi des palmiers, des bambous et beaucoup d'autres surprises! Soixante hectares de bonheur, pas seulement pour nous puisque nous croisons un nombre incroyable de jeunes couples Sri Lankais. Jardin de l'amour impossible? Nous ne le saurons pas, en revanche cet endroit est un véritable hymne au romantisme.

Pour l'hébergement, nous sommes accueillis à la Kandy House, une magnifique maison de style colonial de neuf chambres. Installée sur les hauteurs de la ville, il faut environ 15 minutes pour rejoindre le centre-ville. Nous retrouvons ici notre calme et notre sérénité tant appréciés. Il est agréable de s'installer dans le patio pour boire un thé et apprendre à jouer au Kadam, mélange de billard et de jeu de dames. 

L'heure du thé 

Changement de décor total pour cette nouvelle étape du voyage : découverte du centre montagneux de l'île et de ses plantations de thé. Surnommée la « petite Angleterre » pour son style architectural très colonial, les routes deviennent alors beaucoup plus sinueuses. 

Afin d'admirer ce paysage, un petit bout de trajet peut se faire en train. Tout d'abord, c'est très peu onéreux et quel plaisir de traverser ces immenses champs verts avec ces tout petits arbustes par milliers… on ne s'en lasse pas. On aperçoit quelques cascades d'eau et on admire le dur travail des cueilleuses. Ce sont majoritairement les femmes qui travaillent à l'extérieur, pour un salaire de misère. Les hommes, quant à eux, sont à l'usine.

En route, on visite bien entendu une, voire deux, usines à thé. C'est très intéressant d'apprendre le processus de transformation, surtout que le thé est la boisson la plus consommée dans le monde, après l'eau. Le Sri Lanka est le deuxième producteur de thé au monde, derrière l'Inde, et devant le Kenya. Ce sont les bonnes conditions climatiques qui permettent à cette région d'obtenir un thé de si bonne qualité. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, c'est le même arbuste qui produit les différentes sortes de thés, c'est simplement la manière de le traiter qui diffère.

La Glenloch Tea Factory se situe avant Nuwara Eliya, ville que l'on peut aisément qualifier de capitale du thé. La visite est gratuite, nous sommes très bien accueillis, les explications sont dans un très bon anglais (ce qui n'est pas le cas partout) et nous avons même droit à une dégustation à la fin.

En descendant plus au Sud, à 11 km d'Haputale, nous découvrons la fabrique de thé de Dambatenne, qui appartenait autrefois à Sir Thomas Lipton, mondialement connu. C'est une usine plus grande que la précédente et on y va rien que pour la réputation. Néanmoins, si on passe par là, cela vaut la peine d'aller se balader dans les innombrables rangées de théiers. 

Ascension du Pic d'Adam 

Nul part dans le monde on s'imagine qu'il existe un endroit tel que le Pic d'Adam. Depuis Nuwara Eliya, deux heures de route environ sont nécessaires pour rejoindre Nallathanni, au pied de la montagne. En quelques mots, Nallathanni est un petit village comme il n'en existe qu'au coin de notre imagination. A peine arrivés, nous sentons tout de suite l'atmosphère spirituelle qui s'en dégage. En journée, tout est calme. Même les nombreux petits chiens errants font la sieste. Et puis, en fin d'après-midi, le Pic s'éclaire et nous donne l'impression d'être parsemé de bougies. De la musique et des prières nous viennent depuis les haut-parleurs, nous commençons à être enivrés par l'ambiance régnante, même si nous devons nous reposer avant notre exploit du lendemain.

2 heures du matin : il est l'heure de se réveiller pour l'ascension du sommet. Il nous faudra en effet arriver en haut avant le lever du soleil afin de pouvoir profiter du spectacle et ne pas succomber sous la chaleur. D'une manière générale, ce pèlerinage multi-religieux, se fait de décembre à avril, peu par les touristes. Pourtant, c'est une expérience unique, même s'il ne faut pas sous-estimer l'effort physique demandé : plus de 5 300 marches irrégulières à parcourir avec une descente aussi difficile que la montée. Nous ferons différentes haltes : pour sonner la cloche en guise de courage, des moines bouddhistes nous donnerons des bracelets pour nous protéger du mal qui rôde dans l'univers, mais il faudra également nous requinquer avec un peu de thé au gingembre! 

Ce qu'il faut retenir de cette montagne sacrée, c'est que le jeu en vaut vraiment la chandelle. Non seulement pour le soleil qui surgit de derrière les collines, mais aussi pour l'ombre insolite que forme le Pic dans le paysage, et surtout pour toutes ces rencontres inoubliables que nous avons faites en chemin. 

Pour les amoureux de la marche 

Il existe également de nombreux chemins de randonnée, plus faciles d'accès. Les Horton Plains par exemple, sont une bonne destination pour admirer la végétation endémique et de nombreux animaux. Il n'est pas rare d'apercevoir des cerfs Sambar, des sangliers sauvages ou des mangoustes. C'est également le repère de nombreux oiseaux. Cette aire protégée est en fait un immense plateau à plus de 2 100 mètres d'altitude. Il est agréable de marcher jusqu'à « la fin du monde », un précipice abrupt très impressionnant.

L'île regorge bien évidemment de beaucoup d'autres sentiers pour les amateurs de marche à pied. Soyez tout de même prudents et préférez la compagnie d'un guide qui saura vous faire découvrir son pays mieux que quiconque.

L'Ayurvéda 

Le sourire et la sérénité des Sri Lankais sont communicatifs. Nous sommes très loin du stress de nos modes de vie occidentaux et cela nous fait relativiser sur nous-mêmes et notre comportement au quotidien. Et pour se libérer complètement, quoi de mieux qu'un massage ayurvédique ? 

On trouve des spas et des centres ayurvédiques dans la majorité des hôtels, mais leur prix sont un peu excessifs. Nous avons donc opté pour un institut local, fréquenté tout de même majoritairement par les touristes, la population locale n'ayant pas les moyens de s'offrir ce genre de prestations.

Le massage ayurvédique a pour but premier de favoriser l'équilibre de l'organisme, réguler la circulation sanguine et permettre ainsi d'éviter le phénomène des jambes lourdes ou la rétention d'eau. Trois parties forment notre programme complet : dans un premier temps, le massage d'une durée de quarante-cinq minutes. Aucune partie du corps n'est négligée. Nous sommes ensuite installés dans un gros coffre en bois, laissant seulement dépasser la tête. C'est un bain de vapeur aux herbes aromatiques d'environ quinze minutes. Difficile de tenir! On termine enfin par quinze minutes de sauna et sortons très détendus de ce charmant institut. 

La protection des animaux

Les éléphants

Qui dit harmonie avec la nature dit aussi protection des animaux. Animaux sacrés dans la religion bouddhiste, les éléphants ne sont plus que 4 000 à peupler l'Ile du Sri Lanka, avec seulement 5% de mâles. Pour les balades, nous privilégions donc de s'asseoir directement sur leur dos et non dans une nacelle. En effet, ce procédé devrait bientôt être interdit, du fait de leur mauvaise utilisation : bien souvent trop de passagers montent à bord et cela épuise l'animal qui meurt prématurément. 

Pour un proche contact avec ces animaux, on choisit la Millenium Elephant Foundation, à environ une heure de route de Kandy. Possibilité de se promener avec eux, mais également d'aller dans l'eau avec l'un des dix pensionnaires présents. Des volontaires sont également accueillis pour s'occuper des mammifères … une bonne initiative pour les fervents adeptes du bénévolat.

Pour compléter, une visite de l'orphelinat de Pinnawela s'impose. Situé à quelques kilomètres de la fondation, cet orphelinat a été créé par le gouvernement et se compose d'une cinquantaine d'éléphanteaux. Le décor est sublime, on se croirait tout droit sortis d'un film. Pas étonnant qu'Indiana Jones et le Temple maudit ait été tourné au Sri Lanka ! Le top du top arrive lorsque, assis à la terrasse d'un café, nous observons les pachydermes se rendre au bain de Maha Oya : quel tableau féérique.

Les safaris

Qui n'a jamais rêvé de partir faire un safari en Afrique? Il est bon de savoir que le Sri Lanka possède plusieurs réserves et parcs nationaux pour des visites en Jeep. C'est le cas notamment de Minneriya ou d'Uda Walawe.

Nous nous attardons néanmoins sur ce dernier. Au cours de notre périple, nous n'observons malheureusement pas de léopards, puisqu'il est impossible de donner rendez-vous aux animaux, mais un nombre incalculable de buffles sauvages, de paons, de crocodiles et diverses races d'oiseaux. Il est bien entendu interdit de descendre du véhicule, la priorité étant de protéger les animaux dans leur milieu naturel et de ne pas les effrayer. Favorisez cette sortie en tout début de matinée ou en fin d'après-midi lorsque la chaleur se fait moins intense. Vous apprécierez davantage les changements de couleurs des paysages avec la lumière montante ou descendante du soleil et les animaux se feront un peu moins timides.

A la sortie du parc, nous avons séjourné à l'hôtel Kalu's Hideaway et n'avons pas quitté l'ambiance safari. Tenu par Romesh Kaluwitarana, ancien joueur professionnel de Cricket très populaire dans le pays, cet hôtel très intimiste rassemble toutes les qualités requises pour un séjour agréable et relaxant.

Les tortues

Les tortues d'eau de mer sont des espèces menacées : c'est pourquoi grand nombre de nurseries ont vu le jour le long des côtes du sud de l'Ile. Les œufs sont couvés en enclos, protégés notamment des oiseaux. Après leur naissance, les tortues sont gardées pendant leurs trois premiers jours dans des bassins d'eau de mer, avant d'être relâchées dans la nature. Malheureusement, seulement 20 % d'entre elles survivront...

Ces nurseries prennent en charge également des tortues affaiblies, c'est-à-dire des tortues handicapées, bien souvent par les hélices des bateaux. Il est intéressant d'aller y faire un tour, d'autant plus que la visite est rapide et les frais d'entrée très peu coûteux.

Détente aux eaux turquoises 

Place ensuite à la détente... Le Sri Lanka offre de magnifiques plages de sable blanc où vous pourrez pleinement vous reposer. Attention quand même, car la baignade n'est pas surveillée et les vagues peuvent vous entraîner facilement. Si vous êtes chanceux, vous aurez l'occasion d'apercevoir des pêcheurs sur leurs échasses, activité très pittoresque. Les Sri Lankais ne restent pas à lézarder, peu d'entre eux savent nager. Le tsunami de 2004 qui avait causé la mort de 30 000 personnes reste encore très présent dans les mémoires. En se baladant entre Mirissa et Colombo, on aperçoit le long de la route des restes de maisons ayant été touchées par cette catastrophe naturelle. Globalement, tout a bien été reconstruit depuis, et grand nombre d'associations d'aide ont été créées, mais on sent que le choc provoqué fut terrible. 

Malgré tout, de très beaux hôtels ornent le bord de la côte. Parmi les remarquables, on notera l'Amanwella, à Tangalle. L'hôtel donne un accès direct sur une plage de sable fin privatisée avec une eau incroyablement transparente et une piscine à débordement. Les 40 chambres sont très luxueuses, tout est fait pour que vous vous sentiez au paradis.

Un peu plus au Nord, se trouve le Fortress Resort, pas très loin de la ville de Galle. La balade dans l'ancienne forteresse de la ville vaut le détour : les ruelles sont étroites, l'ambiance n'est pas la même qu'ailleurs. Pas étonnant, puisque les influences portugaise et hollandaise des anciennes colonies se font ressentir dans l'architecture même. 

Quand? 

La saison la plus agréable pour partir couvre les mois de novembre à mars, sur les côtes ouest et sud ainsi que dans la région montagneuse. Il s'agira d'avril à septembre, sur la côte est et dans le secteur des cités anciennes. C'est ce qu'on appelle la saison sèche. Cependant, il est possible de partir à tout moment de l'année grâce aux différences de climat dans les diverses parties de l'île. 

Il convient de noter toutefois que la météo peut s'avérer imprévisible et que des averses sont possibles, même pendant la saison sèche, mais elles sont bien souvent de très courte durée et le soleil fait de nouveau son apparition très rapidement.

En revanche, de mai à fin juin, c'est la période de la mousson avec de nombreuses averses, en général en milieu d'après-midi. 

Combien de temps allouer? 

L'essentiel de celle qu'on appelle « l'île resplendissante » ne peut se visiter en moins en deux semaines. On y trouve tellement d'éléments différents et aussi magiques les uns que les autres qu'on revient émerveillé et totalement dépaysé. Comme à chaque expédition, le retour à la réalité est souvent compliqué...

Sophie Baconin

Remerciements particuliers à Continents Insolites et à son partenaire sur place Connaissance de Ceylan, d'avoir assumé une partie de ce voyage, et à Catherine France pour l'organisation de ce périple.

www.continents-insolites.com
www.connaissance.lk
www.heritancehotels.com/kandalama/
www.thekandyhouse.com
www.thefortress.lk
www.amanresorts.com

Cité historique de Polonnaruwa

Bouddha couché de Gal Vihara

Temple de la dent

Palais de Sigiriya

Concubines de Kassyapa

Macaque chapardeur

Hôtel Heritance Kandalama

Prière devant l'arbre de Bohdi

Écoliers

Temple d'or de Dambula

Rue de Kandy

Danseurs à Kandy

Maison des orchidées, jardin botanique

Kandy House, entrée

En train à travers les champs de thé

 Orphelinat Pinnawela

Bébé tortues de 2 jours

Hôtel Amanwella

Hôtel The Fortress Resort, entrée

Kalu's Hideaway

Crédits photos: Sophie Baconin et Continents Insolites


 

 

Retour