Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Jerash

La Jordanie – Qu’est-ce que ce petit pays arabe du Moyen-Orient a à offrir aux voyageurs ? L’inévitable et incessante question des gens qui m’entouraient avant mon voyage : mais pourquoi la Jordanie ? De l’avis général, ce pays semblait essentiellement désertique, terne et… si loin. Pour moi, la Jordanie représentait l’aventure à la Indiana Jones, dans La Dernière Croisade !

Peu importe la saison, la Jordanie ouvre de nombreux coffres aux trésors. Mes coups de cœur, des incontournables : le cité romaine Jerash, le site historique de Petra, la Mer Morte, le désert de Wadi Rum et la station balnéaire d’Aqaba.

Politiquement stable 

Ce petit royaume est entouré par la Syrie, l’Irak, l’Arabie Saoudite, la Palestine et Israël. Avouons-le, cette proximité géographique place la Jordanie dans un environnement sensible politiquement, pouvant effrayer de nombreux touristes. Or, la Jordanie reste encore aujourd’hui un pays paisible où les habitants semblent vraiment apprécier sa monarchie constitutionnelle, dirigée par le roi Abdullah.

Un amalgame de civilisations

Ce pays, né en 1946 de l’éclatement des empires coloniaux européens, n’en constitue pas moins un des carrefours historiques et culturels les plus riches du monde. Il a été le témoin du développement des trois grandes religions soit, le Judaïsme, l’Islam et le Christianisme.

On trouve aussi des traces des civilisations romaines, byzantines, babyloniennes et nabatéennes. Des personnages historiques, tel Alexandre le Grand et son armée, ont foulé ce territoire et ce, jusqu’à l’arrivée des Romains au Ier siècle de notre ère. La preuve de cette conquête romaine se trouve sur le site archéologique de Jerash.

Du Nord au Sud

En arrivant en Jordanie, vous serez immergé par la circulation intense et les klaxons d‘Amman, une grande ville sans beaucoup de charme. Cependant, dès que vous élargirez votre itinéraire, vous y découvrirez un peuple accueillant et souriant.

En voiture, le pays peut être parcouru en 4 heures, c’est donc dire que tout est accessible aux touristes. Pour vous déplacer, une très bonne solution est le taxi privé avec chauffeur. Cependant, ceux qui désireraient louer une voiture n’auront aucun problème puisque les routes sont sécuritaires et tranquilles.

À partir d’Amman, plusieurs excursions d’une journée sont possibles, notamment pour découvrir les châteaux du désert, tels que Kerak, le plus gros, qui date de 1142, et Ajlun, construit en 1188. La visite des Qasr, qui appartenaient à des califes arabes du 7e et 8e siècles est aussi très impressionnante. Les plus remarquables ont pour nom Qasr al-Mushatta, Qasr al-Kharana, Qasr Amra et Qasr el-Azraq, où séjourna Lawrence d’Arabie.

Tous les chemins mènent à Rome

L’une des cités romaines les mieux préservées du monde se trouve à 45 km d’Amman : Jerash. Découverte en 1806 par Ulrich Jasper Seetzen, cette ville du nord abrite un formidable site archéologique gréco-romain, cité autrefois nommée Gérasa. C’est l’exemple même de la planification urbaine romaine : rues pavées à colonnades, temples immenses et théâtres ravissants. La ville moderne, nommée Jerash, est délimitée par le mur d’enceinte de l’ancienne ville, qui les sépare.

Comparée à plusieurs sites romains visités au cours des dernières années, Jerash est particulièrement intéressante et admirablement bien conservée. Sur ce site, le soleil frappe très fort… il vaut mieux être prévenu et prendre les précautions requises pour ne pas regretter l’excursion.

La splendeur de Petra

À environ 300 km au sud d'Amman se trouve l’un des sites touristiques les plus impressionnants de la planète : Petra. Entre le 1er siècle avant J.-C., jusqu’au 3e siècle de notre ère, Petra fut le plus important carrefour commercial et caravanier du Proche-Orient.

Le peuple Nabatéen s’établit à Petra et en fit sa capitale, dans le grès rouge des falaises du désert. La technologie était rudimentaire : pics et ciseaux nivelaient le roc pour en faire ressortir de véritables trésors. Ils découpaient des escaliers, creusaient des tunnels pour amener l’eau et créer un réseau élaboré de barrages et canaux d'irrigation qui permit de développer l'agriculture et l'élevage sur le plateau environnant.

Plusieurs milliers d'édifices furent ainsi construits, dans la pierre, à même les collines : des temples, des monuments funéraires, des théâtres et des habitations. Un violent séisme, ajouté à l'utilisation d'autres voies commerciales, aurait contribué au déclin de Petra. Elle ne fut découverte qu’en 1812 par l’explorateur suisse Burckhardt.

Depuis ce jour, les touristes viennent y admirer le monumental Khazneh, souvent appelé « Le trésor ». Cet édifice est le plus visité de Jordanie et a été rendu populaire grâce à l'un des films de la série Indiana Jones.

Pour visiter Petra, il faut marcher dans le Siq, sur plus d’un kilomètre et demi. C’est un spectaculaire chemin entouré de falaises colorées de 100 mètres de haut. Petra est accessible du lever au coucher du soleil : le site se visite à pied seulement, et deux jours sont nécessaires pour bien apprécier l’expérience.

Il serait dommage de faire comme ces touristes en groupes qui descendent le Siq, débouchent sur le Khazneh, prennent une photo et remontent le Siq. Petra ne se résume pas à ce seul bâtiment, même si celui-ci est d’une beauté impressionnante. Il vaut la peine de monter les nombreux escaliers se dirigeant vers le sommet des monuments. On redescend sur l'autre versant, en croisant chèvres et Bédouins qui voudront assurément vous vendre un bracelet ou un objet supposément « traditionnel » à gros prix.

Certains Bédouins s’installent dans les grottes pour y prendre le thé et fumer la chicha et vous invitent à faire de même, à vos frais.

Auparavant, les Bédouins habitaient la cité. Il y a 25 ans, le roi leur a construit un village froid et austère afin de les sédentariser. Les Bédouins ont donc un accès complet à Petra et peuvent y travailler, en offrant leurs services comme guides ou en vendant des souvenirs. Malheureusement, leurs remarques et leur insistance à l’égard des voyageuses seules peuvent altérer le plaisir de la visite, mais il faut passer outre et se montrer ferme pour profiter pleinement de la magie et de la majesté du lieu.

Le meilleur moment pour admirer Petra, et prendre les meilleures photos, est en milieu de matinée, ou tard dans l'après-midi, lorsque les rayons du soleil illuminent et ravivent les couleurs naturelles et extraordinaires du rocher. Cependant, si vous désirez vivre une expérience exceptionnelle, il faut visiter Petra de nuit à la lueur de 1 800 chandelles, au son des chanteurs accompagnés d’instruments à cordes traditionnels : un des moments forts de mon voyage en Jordanie.

La petite ville touristique de Wadi Musa, à l’entrée de Petra, offre une variété de types d’hébergement. Lors de mon séjour, j’ai particulièrement apprécié l’accueil chaleureux de Bilal et de ses employés à l’hôtel Sunset. Le propriétaire m’a aussi réservé une excursion avec son partenaire qui est guide Bédouin dans le désert du Wadi Rum. Un service très professionnel et sécuritaire.

La Mer Morte : deux réalités

La Mer Morte n'est pas vraiment une mer, mais elle est vraiment morte. C'est plutôt un énorme lac d'eau salée. Elle est entourée par trois pays : Israël, la Cisjordanie et la Jordanie. L'eau de la mer morte contient plus de 20 % de sel alors que d’autres mers n’en contiennent que 5 %. C'est pourquoi les eaux de la Mer Morte n'abritent aucune vie animale, ni végétale. La densité saline de cette eau permet de flotter facilement à sa surface. Il est également très difficile d'y nager. C’est ce qui fait d’ailleurs l'attraction principale de la Mer Morte.

De plus, les sels minéraux qu'elle contient sont une source extraordinaire de bienfaits pour la peau et l'organisme. Ne soyez donc pas surpris de croiser des gens couverts de boue grise, avec seulement les yeux et la bouche à découvert. Tentez l’expérience vous aussi… vous terminerez la journée avec une peau de bébé.

Pour l’hébergement dans cette région, les voyageurs ont surtout accès aux hôtels de type « resort » ou « tout-inclus », dispendieux. De mon côté, j’ai opté pour le logement chez l’habitant, dans un petit village nommé Mazra`a.

J ’y ai rencontré un visionnaire écologique, un jeune homme jordanien dans la trentaine, William Alajalian. Ce dernier travaille dans une usine de désalinisation de l’eau de la Mer Morte. Il a su m’éclairer sur les enjeux environnementaux de la Jordanie : manque d’eau potable et sécheresse des champs de culture. En 2010, il a créé le Dead Sea Harmony Center, un organisme à but non lucratif permettant d’informer la population locale ainsi que les touristes sur les moyens de réduire la consommation d’eau, de recycler et de bâtir des édifices durables. Les voyageurs sont invités à participer à plusieurs activités écologiques avec la population locale, telles que la visite d’un Wadi (canyon peu profond) afin de ramasser des déchets laissés là par plusieurs générations de Jordaniens. Une belle façon de découvrir le mode de vie du peuple jordanien.

La beauté du désert de Wadi Rum

Également connu sous le nom de « Vallée de la Lune », le désert du Wadi Rum est un lieu magique et intact. Le roc a été sculpté par l’eau et le vent, et la nature a créé des labyrinthes de roches, des falaises, des dunes de sable rouge. Ce désert se prête parfaitement aux randonneurs débutants qui désirent explorer ses dunes autant que ses canyons.

Rendu célèbre en Europe par Lawrence d'Arabie, ce désert est maintenant classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Une des particularités du Wadi Rum, est le Rock Bridge. Ces arches de pierre sont une curiosité naturelle, au même titre que celles des Arches National Park, dans l’Utah. Le pont rocheux de Burdah est considéré comme l'une des arches naturelles les plus hautes du monde (35 m).

Pour visiter le Wadi Rum, il est impératif de s’adresser à une agence de voyage locale qui vous mettra en contact avec un guide Bédouin qualifié. Plusieurs choix s’offrent aux voyageurs : randonnées en jeep, à dos de chameaux, avec ou sans nuit en campement Bédouin.

Profitez du souper traditionnel autour du feu accompagné de Bédouins qui vivent dans ce désert depuis des générations pour aller à la rencontre de leur culture et de leurs traditions.

Lors de mon passage dans le Wadi Rum, je fus intriguée par le nombre d’oiseaux qui volaient dans le ciel. Les Bédouins m’ont expliqué qu’au début du printemps, la région devient un passage important pour les oiseaux migrant entre l'Afrique et l'Europe de l'Est, surtout pour les oiseaux de proie, comme les busards et les aigles. Qui aurait cru possible de voir autant d’oiseaux dans un endroit si aride!

La station balnéaire d’Aqaba : le maillot de bain, une expérience en soi

Aqaba est située sur les bords de la Mer Rouge, face à Israël. Cette station balnéaire offre aux visiteurs, soleil, plage, détente et plongée dans la Mer Rouge. Les passionnés de plongée sous-marine et de plongée en apnée y seront comblés. Les touristes viennent s’y reposer après une expédition dans les dunes du désert du Wadi Rum ou pour pratiquer de nombreux sports nautiques.

Aqaba attire de nombreux visiteurs venus d'Arabie Saoudite. Il n’est pas conseillé de faire trempette en bikini dans la Mer Rouge à la vue des hommes saoudiens habillés de longues tuniques blanches et coiffés d’un keffieh (grand carré de coton à damier rouge ou noir), accompagnés de leurs épouses portant généralement la burka (longue tunique noire) et le niquab (voile ne laissant qu’une longue fente ouverte pour les yeux). Il s’agit bien sûr d’un choix personnel pour la voyageuse, mais il vaut mieux profiter du moment présent en restant discrète et décente, tout en profitant de la plage. Il y a toujours l’option d’une location de costume de bain spécialement conçu pour les femmes musulmanes appelé le burkini. Il s’agit d’un maillot une pièce recouvrant bras et jambes et créé dans une matière élastique semblable à celle d’un maillot ordinaire.

La Jordanie est un pays qui gagne à être connu. La destination compte de nombreux atouts : des paysages variés et magnifiques, des vestiges fascinants et très bien conservés, ainsi qu’une population très aimable et accueillante. La rencontre avec le peuple Bédouin, ce peuple semi-nomade, apporte aussi aux voyageurs une meilleure compréhension du pays et de ses coutumes.

Un souvenir inoubliable : les splendeurs du désert du Wadi Rum à la belle étoile.

La présence féminine

Pour les Occidentaux et les Nord-Américains, il peut être déstabilisant de visiter un pays arabe pour la première fois, et plus particulièrement pour les voyageuses. Entre autres, parce que les femmes jordaniennes ne sont pas aussi présentes en public que chez nous. La majorité des employés des hôtels, restaurants et autres secteurs touristiques sont en effet des hommes. Pas besoin de se voiler, mais il est préférable de s’abstenir de porter des manches courtes ou des décolletés plongeants. Le pantalon long pour toute la famille est aussi recommandé et plus respectueux des usages locaux.

Être accueillie par une famille jordanienne pour comprendre le mode de vie des femmes jordaniennes est d’autant plus facile que les Jordaniens comprennent assez bien l’anglais, bien que la langue généralement parlée et écrite soit l’arabe.

Et le climat?

L’hiver est assez froid avec parfois de la neige, même à Pétra, sauf sur les bords de la Mer rouge et de la Mer Morte où l’hiver est doux. Par contre au bord de ces deux mers, l’été est une véritable fournaise et le mercure peut grimper à 50°C, de juin à septembre. La Jordanie est donc plus confortable, d’octobre à mai.


Un proverbe Bédouin très connu, dit : « L’important n'est pas de voir d’autres paysages mais d'avoir d'autres yeux ».

Gabrielle Loyer

www.visitjordan.com/
www.petrasunset.com
http://deadseaharmonycenter.wordpress.com/

Amman

Château d'Ajlun

Qasr el-Azraq

Le Khazneh à Petra

Petra

Le thé à Petra

Wadi Musa

Hôtel Sunset

Guide Bédouin dans le Wadi Rum

Dépôts de sel à la Mer Morte

Rock Bridge dans le Wadi Rum

Nuit en campement dans le Wadi Rum

Femmes en burkini

Chic centre de villégiature

 

 


 

 

Retour