Envoyer Imprimer PDF

L’écotourisme, clé de la lutte contre la pauvreté

Le 21 décembre dernier l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution appelée à faire date dans laquelle elle reconnaît la place centrale de l’écotourisme dans la lutte contre la pauvreté, la protection de l’environnement et la promotion du développement durable. 

Rôle clé dans la lutte à la pauvreté et à la faim

L’adoption à l’unanimité par l’Assemblée générale des Nations Unies d’une résolution soulignant le rôle de l’écotourisme au service de la lutte contre la pauvreté et de la protection de l’environnement constitue une reconnaissance importante du tourisme en tant qu’outil de promotion du développement durable.

La résolution encourage les États Membres de l’ONU à adopter des politiques en faveur de l’écotourisme en soulignant son « incidence positive sur la création de revenus et d’emplois et sur l’éducation et donc sur la lutte contre la pauvreté et la faim ». Il y est constaté en outre que « l’écotourisme ouvre de vastes perspectives en termes de préservation, de protection et d’utilisation durable de la biodiversité et des aires naturelles en encourageant les populations locales et autochtones des pays d’accueil tout comme les touristes à préserver et respecter le patrimoine naturel et culturel ».

Par ailleurs, les États Membres sont encouragés à promouvoir l’investissement en faveur de l’écotourisme, conformément à leur législation nationale, notamment en créant des petites et moyennes entreprises, en favorisant la formation de coopératives ainsi qu’en facilitant l’accès au financement par des services financiers ouverts à tous, y compris grâce à des initiatives de microcrédit à l’intention des populations pauvres, locales et autochtones dans les régions présentant un potentiel écotouristique et en milieu rural.

Un milliard de touristes

L’an dernier, l’Organisation mondiale du tourisme a déclaré que malgré l’incertitude de la situation économique mondiale, le tourisme international a continué de progresser en 2012 pour atteindre un nombre record de tourisme d’un milliard.

Le tourisme représente 9 % du produit domestique brut mondial si l’on tient compte de ses impacts directs, indirects et induits. L’Organisation note également qu’un (1) emploi sur 12 et jusqu’à 8 % des exportations totales des pays les moins développés selon les Nations unies (LDCs) dépendent du tourisme.

Source : Nations unies

Recherche et rédaction: Christiane Théberge

 

 

 

Retour