Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Polska : richesse culturelle et patrimoine diversifié

Quelle idée saugrenue que d’aller visiter la Pologne? Pour le voyageur canadien ayant déjà visité les pays les plus touristiques d’Europe tels que la France, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre, la Grèce, l'Allemagne et l'Autriche, la Pologne est un passage obligé dans une quête d'apprentissage de l'histoire européenne. 

Vaste contrée de l'Est, la Polska est un pays construit sur une succession de combats, de guerres et de conquêtes par ses pays limitrophes. En 1 000 ans, elle a été rayée de la carte à plusieurs reprises, par ses envahisseurs. Les guerres furent pour la Pologne un affreux cauchemar. 

Lors de la Deuxième guerre mondiale, le territoire polonais fut piégé entre l'Allemagne et la Russie. Les Polonais furent victimes des exactions des Soviétiques, puis de l'oppression des Nazis. 

La Pologne s'est toujours battue pour défendre ses traditions et le résultat de cette lutte ressort aujourd'hui par l'expression d'une richesse culturelle et d'un patrimoine d'une grande diversité. 

Varsovie et son Palais de la culture

La visite des villes de Varsovie et Cracovie permet de comprendre le peuple polonais. Assurément, le voyageur commencera son périple au cœur de la capitale. La première visite qui s’impose est le Palais de la culture et de la science (Palac Kultury i Nauki). Ce gratte-ciel fût construit selon les plans de l'architecte russe Lev Vladimirovitch Roudnev, entre 1952 et 1955, sur les ordres de Staline. Devenu le symbole de Varsovie, il abrite actuellement des théâtres, des musées et des écoles supérieures. Le vue panoramique exceptionnelle du trentième étage permet de mieux découvrir la capitale et d’y voir jusqu’à la vieille ville (Stare Miasto). 

Entièrement reconstruite après la Deuxième guerre mondiale, la vieille ville avec la place Zamkowy est le plus bel endroit, reproduisant la Varsovie du 18ième siècle. Elle est classée patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1982. 

En marchant sur la voie royale avec ses résidences de monarques, ses églises, son palais présidentiel, ses universités et ses châteaux, il est difficile de croire que Varsovie a été rasée par les Nazis à 84% en 1944, tant la beauté des lieux est sans équivoque. 

Cracovie et son architecture remarquable

Au sud du pays, à 300 km de Varsovie, se trouve une des plus vieilles villes de Pologne : Cracovie, dite Krakow (prononcer Krakouf). Ancienne capitale de Pologne, c’est le point de départ d'excursions vers les églises en bois du sud, les montagnes Tatras, la mine de sel de Wieliczka, et le camp de concentration d'Auschwitz. 

Cracovie est devenue un grand centre touristique international avec son riche patrimoine architectural de styles gothique, renaissance et baroque. 

Presque toutes les villes de Pologne possèdent un Rynek, une place centrale. Le Rynek Glowny de Cracovie serait la plus grande place médiévale au monde (200 m de long). C’est un lieu de rencontre de la faune urbaine, qui se retrouve le temps d’un café sur l’une des nombreuses terrasses. 

Le quartier juif : mémoire, artistes et étudiants

Cracovie est entourée par une ceinture verte nommée le parc Planty, où les couples et les familles viennent se promener. Les calèches transportent les touristes à travers la ville pour y visiter la vieille ville, le château du Wawel, les anciens remparts ainsi que le quartier du Kazimierz. Ce quartier est habité par des familles juives depuis le XIVe siècle. 

Pendant la Deuxième guerre mondiale, le quartier juif a été vidé de ses habitants. D'abord, les Nazis les ont regroupés dans le ghetto de Cracovie, Podgorze, avant de les déporter au camp de travail de Plaszow, ou au camp de concentration d’Auschwitz. 

Aujourd'hui, Kazimierz est le quartier chéri des artistes et des étudiants. La mémoire juive y est bien présente par la présence d’étoiles de David, d’anciennes synagogues et du cimetière juif. D’ailleurs, en 1989, Steven Spielberg y tourna le film : "La liste de Schindler". Depuis, les touristes sont nombreux à arpenter les rues, visitant les endroits où le film fut tourné. 

L’expérience de Cracovie ne serait pas complète sans prendre le temps de flâner dans le Kazimierz, sur une terrasse de la rue Szeroka, en se laissant emporter par la musique klezmer (musiciens et chanteurs yiddish).

Les gnomes de Wroclaw

Au sud du pays, dans la région de Silésie, une autre ville se démarque par son Rynek des plus colorés, entouré de maisons de style baroque et renaissance : Wroclaw (prononcer Vrotsouaf), connue sous Breslau pendant la période allemande et ce, jusqu'en 1945. Elle a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 2006. L’activité amusante et inusitée à Wroclaw consiste à rechercher des statuettes de gnomes cachées à plusieurs endroits dans la ville. 
Ces gnomes ont été installés à partir de 200, en hommage au mouvement de l'Alternative Orange, une organisation opposée à l'état de guerre dans les années 80, et dont le but était de ridiculiser le régime par des actions de rue. 

En signe de défiance à l’égard du régime communiste, ces membres s'étaient déguisés en gnomes et dessinaient des gnomes un peu partout sur les murs de la cité. 

Le château gothique de Ksiaz et ses sommités 

Wroclaw est aussi un excellent point de départ d’excursions à travers la basse Silésie et les montagnes des Sudètes. L’un des plus beaux et des plus grands châteaux de Pologne se nomme le château de Ksiaz. Ce château gothique construit au XIIIe siècle fut ensuite transformé en résidence néoclassique. Il a accueilli plusieurs empereurs européens, des tsars, des rois prussiens, Winston Churchill et même le président des États-Unis, John Quincy Adams. 
Il acquit sa notoriété lorsqu’il hébergea la jeune aristocrate anglaise Marie-Thérèse-Olivia Hochberg von Pless, connue sous le pseudonyme « Daisy », et considérée comme l'une des plus belles femmes d’Europe. 

Les passionnés d’histoire pourront y découvrir de nombreux tunnels et cachettes creusés par l’armée allemande durant la Deuxième guerre mondiale. Certaines légendes affirment que le château aurait pu devenir le quartier général secret d’Hitler, mais que ce dernier n’a pas eu le temps d’y séjourner. 

La Pologne verte et blanche et Zakopane de bois

Hormis les villes, la Pologne vous charmera par sa nature. Les sommets enneigés des montagnes du sud de la Pologne offrent d'excellentes pistes de ski et des vues étonnantes. 

À 120 km de Cracovie, au pied du massif des Tatras dans les Carpates, la petite ville de Zakopane charme plus de 3 millions de visiteurs annuellement par la magnifique architecture en bois de ses bâtiments qui, avec le temps, ont une réputation mondiale. 

Les maisons en bois de Zakopane possèdent une architecture propre à la région. Les églises et même les stèles mortuaires du cimetière sont en bois. Zakopane est aussi une station de montagne qui propose tout l'attirail d'activités hivernales et estivales. Le voyageur sportif pourra y faire de longues randonnées pédestres, puisque la chaîne de montagnes des Tatras est l’une des plus belles d'Europe. 

La région est d’ailleurs protégée en tant que parc national et reconnue comme une réserve de la biosphère de l'Unesco. Pour le voyageur plus sédentaire, des funiculaires et des remontées mécaniques relient, depuis 1938, le centre de Zakopane aux sommets environnants. Il s’agit incontestablement d’une ville montagnarde à visiter en Pologne.

Une mine de sel et ses sculptures

À seulement 20 minutes de Cracovie, il est possible, pour ceux et celles qui ne souffrent pas de claustrophobie, de descendre à plus de 327 mètres sous terre pour y découvrir la mine de sel de Wieliczka. Cette mine est en exploitation depuis le Moyen-âge pour extraire "l'or blanc". 

À cette période, le sel était utilisé comme monnaie et la mine était une source de revenus non négligeables pour le Royaume de Pologne. Elle est toujours active mais, aujourd'hui, ce sont les sculptures creusées par les mineurs qui en font sa réputation et lui valent d'être classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. 
La mine est aussi réputée pour ses propriétés curatives des allergies chroniques des voies respiratoires et de la peau. Cependant, on y accède à pied par un escalier qui compte environ 380 marches. L’expérience peut être exigeante physiquement autant que psychologiquement pour certains. 

Au cours d’une visite de deux heures, le voyageur déambule sur les trois niveaux supérieurs sur un circuit de 2,5 kilomètres. Certaines pièces ont étés aménagées en chapelle et, encore plus impressionnant, en une cathédrale. La visite se termine par un court spectacle son et lumière autour d’un lac souterrain et par une remontée en ascenseur exigüe, à la vitesse de 4 mètres à la seconde.

Auschwitz, un must malgré tout

Non seulement la Pologne est-elle une destination qui vaut le déplacement, c’est même une incontournable pour ceux et celles qui se passionnent pour l'histoire de l'Europe, et surtout celle de la Deuxième guerre mondiale. 

D’ailleurs, le site touristique le plus visité de Pologne, est l'un des symboles les plus puissants d'inhumanité : le camp de concentration d'Auschwitz. L’ancien camp nazi, lieu du génocide de plusieurs millions de juifs, de tziganes, d'homosexuels, d'handicapés et de prisonniers politiques est un lieu qui impose le silence. 

Le nom polonais d'Oświęcim est moins connu que celui d'Auschwitz, sa traduction allemande. Il s'agissait d'un camp de concentration dédié au travail forcé, mais les pertes humaines étaient anormalement nombreuses pour plusieurs raisons différentes : épuisement, maladie, maltraitance, exécutions ou expérimentations médicales. 

À l'entrée du site, le visiteur franchit la grille qui porte l'inscription ARBEIT MACHT FREI, c’est-à-dire LE TRAVAIL REND LIBRE. C’est là une image qui vaut mille « maux ». 

Le camp est bien conservé, les Nazis n'ayant pu le détruire qu'en partie avant sa libération par l'armée rouge en janvier 1945. Les expositions expliquant la vie du camp sont dans les baraques. Les lieux réels se visitent tout en silence : les rails, le quai d'arrivée, les miradors, les barbelés électrifiés, les chambres à gaz et les fours crématoires. La visite du camp d'Auschwitz est un moment inoubliable. Les lieux tristement célèbres rendent un vibrant hommage aux millions de personnes disparues dans l’Holocauste. 

Il serait inutile de prévoir une autre visite touristique le même jour. Vous n'aurez ni la force, ni l'envie de vivre autre chose ce jour-là. Auschwitz est à la fois un lieu d'une barbarie atroce, un cimetière et un lieu de recueillement. 

Tourisme facilité

Sur le plan touristique, tous les services sont bien développés dans la plupart des régions, avec plusieurs options d'hébergement, de restauration et de divertissement. Du point de vue prix, la situation se présente encore mieux, car ils sont relativement bas si on les compare aux normes européennes. 

Concernant la sécurité, il n'y a pas vraiment de souci à se faire étant donné que la Pologne est une destination sûre. En outre, dans les bureaux d'information touristique et les musées des grandes villes, vous pourrez obtenir de l'information en anglais. Toutefois, ce ne sont pas tous les Polonais qui parlent anglais. 
Il est fréquent, en s’éloignant de la capitale, que le service au restaurant ou au guichet des gares provinciales ne soit offert qu'en polonais. Cette langue appartenant au groupe slave, au même titre que le russe, n'est pas des plus faciles à comprendre et à parler. 

Cuisine en évolution

La cuisine polonaise est en pleine évolution, mais elle n’en est encore qu’aux prémisses. Elle connaît un développement puisque, pour les Polonais, la nourriture a longtemps été considérée surtout comme moyen de survie. 

La privation imposée par l’Union Soviétique en est la cause principale. Deux aliments se sont imposés à l'ère communiste et restent bien ancrés dans les habitudes culinaires du pays: la farine de blé et la pomme de terre. 

Les plats traditionnels sont offerts dans tous les restaurants : les pierogis (raviolis farcis), les kotlet schabowy (côtelettes de porc panées), zapiekanka (pain juif) et le sernik (gâteau au fromage blanc) tout aussi délicieux les uns que les autres. La pomme de terre reste le légume vedette incontestable. Elle accompagne presque tous les plats, le plus souvent cuite à l'eau ou sous la forme de frites. Les autres légumes le plus souvent consommés sont le chou kapusta, la betterave burak et le concombre ogórek. 

De plus, il est impératif, lors d’un séjour en Pologne, de déguster la boisson nationale : la vodka. Les Polonais, tout comme les voyageurs, apprécient particulièrement la vodka aromatisée à l’herbe des bisons qui lui donne une légère coloration. Elle se consomme mélangée à du jus de pomme, ce qui lui donne un arôme de tarte aux pommes. Tout simplement délicieux!

Dieu, Honneur, Patrie

En définitive, vous quitterez la Pologne la tête remplie d’images, une compréhension différente de l'histoire et, bien évidemment, le cœur rempli d’émotions. La visite des lieux touristiques, religieux et naturels de la Pologne fait l’éloge de la devise officielle des Polonais : «Dieu, Honneur, Patrie». 

D’ailleurs, des personnalités mondialement reconnues telles que Jean Paul II, Frédéric Chopin, Nicolas Copernic, et Marie Curie sont nés en Pologne et font, avec raison, la fierté des Polonais. 

La Pologne, son architecture, son histoire, sa nature, ses habitants et ses célébrités : À découvrir sans faute!

Gabrielle Loyer
 

Place Zamkowy - Varsovie

Palais de la culture - Varsovie

Rynek Glowny de Cracovie

Mur du ghetto de Cracovie

Gnomes de Wroclaw

Rynek de Wroclaw

Château de Ksiaz

Téléphérique de Zakopane

Statues de sel de Wieliczka

Gare d'Auschwitz

Auschwitz

Terrasse du Kazimierz - Cracovie

Crédit photos : Gabrielle Loyer et Cassiopée Perreault

 

 

Retour