Bannière
Envoyer Imprimer PDF

Chan Cham Perou

Sevierville, Tennessee —  Les enfants ne crient pas, ils s’exclament! Ils ne courent pas, ils gambadent! Ils ne pleurent pas, ils rient! Les parents, essoufflés, jubilent et s’endorment aussi vite que leurs petits! Voilà une vacance en famille réussie! Pour autant qu’on aime s’éclater, sans se creuser les méninges, de temps à autres. Par exemple, durant la période des Fêtes ou la semaine de relâche scolaire. Sevierville, Tennessee, c’est un peu, beaucoup, le Las Vegas des enfants. 

Et si on aime la musique country, notamment la prolifique Dolly Parton dont c’est le coin de pays, et les spectacles de chevaux, on est comblé. Il faut aussi apprécier, ou à tout le moins être curieux de voir de très près et à chaque détour, l’exubérance flamboyante des Américains dans le spectacle, l’incitation à la joie de vivre et la manifestation du patriotisme.

À la lecture de ce reportage, les lecteurs habituels d’Euphoria, seront sans doute tout aussi étonnés que nous, et conviés à se dire qu’il faut parfois laisser les enfants et la part enfantine de notre âme prendre le dessus…

Ceux et celles qui aspirent plutôt à du répit, dans la nature sauvage, peuvent être rassurés : les grandioses Smoky Mountains sont à deux pas, pour entamer une randonnée de milliers de pas et de découvertes régénératives. Ou pour s’injecter une grosse dose d’adrénaline et de vertiges au fil des tyroliennes géantes. Ou encore, pour simplement se reposer dans de magnifiques lodges et chalets avec vue époustouflante.

Mais commençons par l’action en famille. 

Un «hôtel-parc-d’amusement»!

Si on le sait d’avance, et s’il est justement choisi pour cela, l’hôtel Wilderness at the Smokies est effervescent à souhait. Immense, pratiquement neuf, avec plus de 700 chambres et des kilomètres de corridors intérieurs et extérieurs où l’on ressent l’excitation de gens de tous âges, en maillot de bain/serviette, de 6 heures du matin à minuit le soir.

C’est que l’hôtel est entièrement dédié à l’amusement familial de grande envergure : un complexe aquatique gigantesque, incluant glissades et spirales de haut-voltige, chute, rivière, piscine à surf et à vague. Et ce n’est pas tout : une grande salle de jeux d’arcades, de murs d’escalade et de tunnels, au-dessus desquels serpentent des jeux de piste suspendus, bien encadrés et sécurisés par des moniteurs expérimentés.

À l’ère des médias sociaux et de l’instantanéité

Pour votre propre «mur» de nouvelles, ce genre d’activités est une mine inépuisable de photos-souvenirs. Mais pour se prendre soi-même en action, dans l’eau ou dans les airs, plutôt que d’avoir à payer cher une seule photo vendue par les complexes de ce genre, Chris Fortune a eu l’ingénieuse idée de créer le Action Bracelet imperméable qui fait tout cela pour vous, en quantité illimitée et en tout temps lors de votre séjour. Comme par magie, elles sont transmises automatiquement sur votre téléphone cellulaire : vous pouvez donc choisir les meilleures à tout moment, et les transmettre via courriel ou les médias sociaux.

Entre les pirouettes

Pour les enfants un peu plus calmes, l’atelier de céramique. Pour les adultes, un gym tranquille. Et pour tous, la grande boutique de bonbons, glaces, beignets et seaux de barbe à papa, histoire de stimuler encore plus l’énergie… Après tout, il faut pouvoir profiter du lieu pleinement!

Bien que l’hôtel comporte un restaurant, le Thirsty Miner, où l’on sert les trois repas par jour, les chambres sont équipées d’un coin cuisinette – bien utile quand on a des enfants – pour pallier aux moindres besoins de jour comme de nuit.

L’ensemble constitue une vacance «tout-inclus» en soi pour de nombreuses familles, qui n’en sortent tout simplement pas. Or, il y a beaucoup à faire aussi aux alentours.

Dollywood

Incontournable, toujours en famille, le parc d’attractions Dollywood est représentatif de Dolly Parton : généreux et joyeux. Classique avec ses dizaines de manèges, dont le plus récent et cardio-cruel Wild Eagle, Dollywood a pour particularité qu’il a été créé en hommage à Dolly Parton – qui a d’ailleurs son droit de veto sur ce qui s’y déroule, afin qu’il corresponde à ses valeurs artistiques et humanistes.

Pour donner une idée de l’envergure du site et de ses composantes : il faut compter 3 jours pour le visiter entièrement, sur 35 acres. 2 500 personnes, pour la plupart des retraités, y travaillent en s’amusant à côtoyer les enfants de 1 à 100 ans. 3 millions de visiteurs s’y rendent chaque année. De la mi-novembre au 4 janvier, les décorations de Noël comptent 4 millions de lumières.

Que l’on soit fan ou non de Dolly Parton, on prend plaisir à visiter la réplique de sa minuscule maison familiale, démontrant le milieu très pauvre d’où elle et ses 11 frères et sœurs viennent, son musée où sont exposés des dizaines de costumes de scène, perruques, photos d’archives et des illustrations de sa pensée qu’elle tient à partager, soit : Dream More, Learn More, Care more, Be more (rêver plus, apprendre plus, aimer plus, être plus).

Qui dit Dolly, dit spectacles. Le site comporte donc plusieurs salles, dont l’une met à l’affiche des membres de sa famille et des amis, qui présentent, en compagnie de Dolly sur écran, un pot-pourri des chansons les plus connues parmi les 3 000 qu’elle a écrites, en plus de relater des souvenirs de jeunesse. Il est à noter que Dollywood ferme du 5 janvier à la mi-mars.

Dolly, la mécène littéraire

On y découvre une facette méconnue de la personnalité de Dolly Parton. Elle est présente, non seulement en tant que star native et toujours résidante de Sevierville, mais aussi en tant que grande mécène, sur la scène locale, nationale et internationale. D’abord et surtout, à travers son Imagination Library Foundation : depuis 1996, pour susciter l’amour de la lecture chez les enfants de un an à la maternelle et leurs familles, elle leur poste 1 livre par mois. Dire que cela a fait boule de neige serait un euphémisme : aujourd’hui, près de 50 millions de livres ont été donnés à 711,000 enfants de 1 600 localités des États-Unis, du Canada et de Grande-Bretagne.

Dolly soutient également à hauteur de centaines de milliers de dollars d’autres fondations dédiées à la recherche sur le cancer et le diabète infantile, aux soldats américains pour qu’ils réalisent le rêve de leur vie, aux chiens et à l’aigle, symbole américain, qui est en voie d’extinction.

Une véritable messe américaine et une ode à l’efficacité

Vivement impressionnant à tous points de vue : le spectacle Dixie Stampede. D’abord, les numéros de cowboys et d’Indiens à cheval, en charriots ou diligences, ainsi que les interactions avec la foule, typiquement américains avec lumières, paillettes et drapeaux, sont impeccables. Et que dire de la Grande Finale, avec Dolly chantant l’iconique et patriotique Red, White and Bluegrass, sur un écran digne d’un stade olympique… Résolument touchant!

Il faut aimer le genre, bien sûr, mais si on joue le jeu, on en ressort avec satisfaction. Qui plus est, le spectacle principal est précédé, dans une autre salle, de trois excellents musiciens de banjo, guitare et contrebasse, qui chauffent littéralement la foule et l’ambiance avec du pur Bluegrass, ou revisitant drôlement à la sauce country, les classiques du rock et du disco!

Ce qui ressort carrément toutefois, c’est encore le grand déploiement, jusque dans les estrades, la logistique, l’amabilité et la diligence du personnel. Et imaginez, dans les cuisines! C’est que les 1 000 personnes qui assistent au Dixie Stampede mangent un repas 5 services, très copieux, chaud et délicieux, en une heure et quart, déplacements compris. Enfin, mentionnons que ce spectacle est présenté 5 fois par jour, à pleine capacité! Les voir à l’œuvre est un spectacle en soi. Et tout cela, pour un prix dérisoire.

Un triangle touristique : absolument impossible de s’ennuyer

On parle ici principalement de Sevierville, mais il faut souligner que les deux villes avoisinantes, Gatlinburg et Pigeon Forge, font en quelque sorte partie d’un triangle touristique, présentant chacune un angle différent, familial ou adulte, selon le cas.

La Strip, qui s’étend sur une dizaine de kilomètres, est la Parkway 441 : on y trouve la majorité des attractions comme le Hollywood Wax Museum, des casinos, etc. Même une salle d’activités incongrues, le Wonder Works, est totalement construite à l’envers, au dehors comme au-dedans. On trouve aussi sur la Strip - permettez l’expression - un chapelet de chapelles, pour célébrer des mariages express. On peut en effet obtenir un permis pour seulement 35$ le matin, et se marier en après-midi. Mais ne cherchez pas de célébrant déguisé en Elvis, comme à Las Vegas. C’est tout de même plus traditionnel et sérieux. 

À Sevierville même et dans les environs, on trouve également plusieurs beaux parcours de golf, des centres d’équitation, la NASCAR Speedtrack où l’on peut faire des courses de stock-cars de différents niveaux adaptés à l’âge des conducteurs.
Pour les adeptes de magasinage, de grandes marques et d’aubaines : le Tanger Five Oaks Outlet.

Et pour les amoureux des animaux, le RainForest Adventures, de Bill Lucy, regroupe une grande collection d’animaux rares et exotiques. On y assiste en plus à un spectacle interactif aussi sympathique que son animateur, Jim Dyks qui, avec son sens de l’humour, nous invite à toucher les animaux qui le secondent dans son spectacle de magie.

Enfin, dans le centre-ville historique de Sevierville, étincelant de propreté, on ne manque pas de saluer la statue de Dolly. À tout seigneur, tout honneur : devant le principal édifice institutionnel.

À noter : de novembre à février, tout Sevierville et tout Gatlinburg sont le théâtre du Festival des lumières.

Et si cela vous chante

Memphis/Elvis Presley et Nashville/Johnny Cash, sont respectivement à 6 heures et 3 heures de route.

Curiosités au gré des passions personnelles

La région de Sevierville/Gatlinburg/Pigeon Forge compte plusieurs musées privés, initiatives de gens plus ou moins fortunés qui n’hésitent pas à débourser des centaines de milliers de dollars pour exposer leurs collections personnelles et accueillir le public avide de connaissances, plus ou moins pointues.

Par exemple, le Tennessee Aviation Museum, où l’on peut admirer plusieurs très vieux avions militaires dans un parfait état de conservation, des uniformes de pilotes à différentes époques, aussi bien que des voitures sport anciennes. Le proprio, Neil Melton, conduit et pilote d’ailleurs encore certains vintages régulièrement. Un guide expert répond à toutes les questions, avec tout autant de passion.

Comme le site est aussi doté de ses propres pistes d’atterrissage, on peut également s’envoyer en l’air dans l’authentique bi-plane de 1927 restauré de Sky High Air Tours, au-dessus de la ville et des montagnes environnantes. Deux personnes assises au-devant, nez et foulard au vent; son proprio, Marc Hightower, pilotant lui-même à l’arrière. Comme dans les vieux films en noir et blanc!

Le Smoky Mountain Knife Works and National Knife Museum, quant à lui… Un musée du couteau?!!! À prime abord, on se dit que ce n’est pas possible, que cela ne doit pas être d’intérêt. Eh bien, au contraire, à notre grande stupéfaction… On y trouve tout ce qui coupe pour les chasseurs, pêcheurs, militaires, professionnels de la sécurité, randonneurs et autres aventuriers : lames, dagues, ciseaux, couteaux, rasoirs, samouraïs, etc. en versions modernes et anciennes, spécialisées ou d’usage commun et quotidien. Surtout, à l’étage, une exposition très riche de 4 000 artéfacts, relatant l’évolution du couteau, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, en passant par des collections véritables d’œuvres de précision, d’art ou de commémoration. Sans compter, d’énormes animaux empaillés comme un ours géant et une tête de buffle albino. Et des fossiles rares provenant des quatre coins de la planète, autre passion du proprio.

Gargantuesque et délicieux

Ouf! Tout cela donne faim. Au Tennessee, la fameuse expression «Think Big», que l’on a constatée au cours des découvertes précédentes, prend toute sa mesure également de l’assiette à l’estomac! Force est d’admettre, que cela goûte très bon.

Au Diner, sur la route entre l’aéroport et Sevierville, on s’arrête sans faute pour goûter ses spécialités : le hamburger de buffle savoureux et faible en gras, puis au moins une des 15 sortes de milkshakes ou le gâteau au fromage. Au son de la musique du jukebok authentique et en compagnie de gens qui arrivent en voitures des années ’50 pour profiter d’une réduction sur le prix.

À Dollywood, au restaurant Ham & Beans et à la pâtisserie voisine, la vedette est la tarte aux pommes de 25 livres, que des gens de partout commandent par la poste ou internet! La pointe de 3 livres peut, quant à elle, être dégustée sur place… Ensuite, il faut se faire rouler jusqu’au prochain manège!

Au Apple Barn Complex, dont le verger compte 4 000 pommiers offrant 12 variétés de pommes, le déjeuner est servi à la grande table de la superbe salle à manger traditionnelle d’une noble maison des années ’20, aux riches et uniques boiseries. Toutes les versions de la pomme entourent vos œufs : la compote et le beurre de pomme, les pommes rissolées à la cannelle, le jus, les beignets et muffins aux pommes. Même le jambon est fumé sur un feu de bois de pommier. En sortant, on se dirige vers la boutique pour acheter du cidre et du vin de pomme… Bref, on tombe littéralement dans les pommes.

On se délecte, entre autres, de montagnes de crêpes chez Flapjack’s, ainsi que de côtes levées BBQ défiant la grandeur des tables, des burgers de porc effiloché qui ne peuvent entrer que dans une gueule de lion, des fameuses Fried green tomatoes ou de gâteaux de la hauteur de gratte-ciels, chez Tony Gore et chez Clint, qui sont de talentueux chefs aussi bien que musiciens et chanteurs country et gospel.

Sans oublier le sandwich au saucisson de Bologne frit! Ou le, un peu plus diététique, SlawDog (hot dog au chou), préféré de Dolly, servi au comptoir-cantine de la station-service de Frank Allen.

Prescription : diète avant et après un séjour à Sevierville.

Qu’est-ce qu’on boit?

En version non alcoolisée, les boissons gazeuses et thés glacés sont servis dans des verres de 12 onces, à répétition…

En version vinicole, il faut savoir que la région ne produit pas beaucoup de raisin. Elle en importe pour produire des vins plutôt sucrés. À la Hillside Winery, par exemple, on produit des vins d’autres fruits, comme la framboise, etc.

Du côté spiritueux, il est fort agréable de découvrir l’histoire de la fabrication clandestine du Ole Smoky Moonshine, justement à la lueur de la lune dans les montagnes. Il est lui aussi produit nature ou en d’innombrables saveurs. Vendu, encore aujourd’hui, dans des bocaux de verre habituellement utilisés pour les conserves, dans le respect de l’original.

Climat invitant à l’année

On vient de partout pour découvrir les amusements de Sevierville et les beautés naturelles des Smoky Mountains, autant de l’Indiana et de l’Ohio que de la Grande-Bretagne et d’Allemagne.

En été, il y fait très chaud et sec, en moyenne 40 degrés Celsius.

Les Canadiens font partie de la clientèle montante, entre autres, pour le climat très modéré de Sevierville en hiver : de 1 à 16 degrés Celsius. Très confortable, en effet.

Le Tennessee a certes de très belles qualités à partager avec une clientèle avide de divertissements en tous genres, souvent insolites, où le rire est au rendez-vous.
 

Sylvie Berthiaume

Suivez-nous dans notre second reportage sur les grandioses Smoky Mountains qui s’offrent aux amants de la nature.

Nos remerciements à la Chambre de commerce de Sevierville et à ses partenaires pour avoir contribué à la réalisation de ce reportage.

www.seviervillechamber.org
www.tnvacation.com
www.wildernessatthesmokies.com
www.dollywood.com
www.tnairmuseum.com
www.smkw.com
www.rfadventures.com
www.actionbracelet.com
www.imaginationlibrary.com
www.applebarnwines.com
www.olesmokymoonshine.com
 

 

 

 

 

Surf dans l'hötel Wilderness at the Smokies

Jeu de piste aérien

Conte de fées à Dollywood

Des lumières, encore des lumières

Théâtre Dolly Parton

Concours de décorations d'automne

Stampede

Bluegrass et berceuses

Sens dessus dessous

Golf à Sevierville

Au musée de l'aviation

Marc Hightower, pilote

Collection d'épées de Samourai

Jambons à point

Arbre à vie de pommes

Ole Smoky Moonshine

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Retour