Bannière

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Tunisie

À Barcelone, sur les traces de Gaudi

On a tant lu et vu sur Barcelone que l’on a l’impression quand on s’y rend que l’on arrivera en territoire connu et que l’on s’y reconnaîtra.

Eh bien, non ! Barcelone arrive à nous surprendre. Par sa beauté bien répartie, par sa vivacité et sa joie de vivre bien étalée, par ses quartiers à échelle humaine qu’il fait bon arpenter.

 

Nous avons sillonné ses rues à deux reprises au cours de la dernière année et nous ne rêvons que d’y retourner car c’est une ville que l’on pourrait qualifier de « chaleureuse » si l’on devait se limiter à un seul qualificatif.

Premièrement, c’est une ville où il est facile de se promener et de s’orienter car elle a été conçue comme un immense damier de blocs carrés de 100 mètres que les Barcelonais nomment « pom ». « Sommes-nous loin de la Sagrada Familia ? Non, vous êtes à 8 poms » – ce qui veut dire à 8 coins de rues.

Et ses places, ses restaurants, ses musées, ses rues sont autant d’endroits où découvrir des trésors historiques et architecturaux nullement cachés et que Gaudi, le célèbre architecte catalan, a abondamment signé. Après tout, c’est le seul architecte au monde à voir sept de ses œuvres classées au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous nous posons dans un petit hôtel boutique du centre, l’Hôtel Jazz, au 3 Carrer de Pelai – une calme petite impasse – d’où nous pouvons rejoindre à pied, la Rambla, le Quartier gothique et plusieurs des œuvres du célèbre architecte. Nous vous le recommandons dans réserve.

À partir de là, suivez-nous!

La Rambla

Puisque nous sommes tout à côté, empruntons la Rambla en direction de la mer. Ce n’est pas vraiment une rue piétonne. Mais c’est comme un immense boulevard dont le centre occupe la plus large part et où circulent les piétons à travers de petites terrasses, où l’on peut se poser le temps d’une bière et de quelques tapas, et de kiosques offrant tant des souvenirs touristiques que des fleurs et des livres. Des boutiques et restaurants bordent cette rue emblématique de Barcelone fort animée, mais où il est agréable de circuler, tant le jour qu’en soirée.

Nous arrivons rapidement à La Boqueria. Un marché très coloré où il faut s’arrêter. Ici, on trouve de tout : fruits, légumes, viandes, poissons et fruits de mer, fleurs et bonbons – eh oui, de nombreux étals offrent des douceurs de toutes couleurs et saveurs. Il semble que les Barcelonais aient la dent sucrée ! On ne peut résister au plateau de fruits de mer offert par un marchand sur un coin de son comptoir ! Un régal, tant pour les yeux que pour les papilles!

Tout aussi magnifique, à condition que l’achalandage nous permette de l’admirer, le pavement du marché, réalisé par Joan Miro, un autre célèbre artiste catalan.

Une première œuvre : le Palais Güell

À quelques coins de rue de La Boqueria, le Palais Güell. C’est la première véritable œuvre de Gaudi. Il n’avait que 34 ans quand il a réalisé ce palais privé sur commande d’Eusebi Güell, industriel, homme politique et mécène qui deviendra le principal client de l’architecte ainsi que l’un de ses meilleurs amis. On retrouvera d’ailleurs souvent son nom pendant notre parcours, notamment au Parc Güell.

Ce palais est la résidence principale de la famille de 10 enfants des Güell et constitue une excellente introduction aux œuvres de l’architecte. C’est l’unique ouvrage d’architecture domestique que Gaudi acheva et qui ne subit pas de modifications majeures. Sa façade rappelle la sobriété des édifices arabes qui recèlent des merveilles. Et c’est bien le cas !

Donc, ne manquez surtout pas la visite intérieure absolument incroyable avec ses nombreuses pièces de mobilier original, la superbe coupole, les jeux de colonnes et de lumière, les travaux du bois, les escaliers avec le détail des rampes en fer forgé, les plafonds à caissons. Ne ratez pas la terrasse avec ses 20 cheminées colorées et à l’autre extrémité du palais, au sous-sol, les écuries aux voûtes impressionnantes en pierre supportées par des colonnes fongiformes.

Ce sont 12 euros bien investis pour visiter ce palais inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984.

De petites folies !

Nous traversons ensuite le quartier gothique vers la place Reial, superbe place, pour admirer les deux lampadaires que l’architecte réalisa également au tout début de sa carrière dans les années 1878.

Nous empruntons ensuite le Passeig de Gracia en direction de la Sagrada Familia. En route, quelques arrêts nous permettent d’admirer quelques autres chefs d’œuvre.

La Casa Batlló

C’est une superbe maison emblématique de Barcelone avec ses formes d’inspiration marine, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. D’ailleurs le bleu marine est très présent dans les céramiques qui ornent la façade, l’entrée et les patios.

Pour la façade considérée comme l’une des plus originales, Gaudi a utilisé la pierre et le fer forgé tout comme la céramique appliquée selon la technique appelée « pique-assiette » ou trencadis, une technique qui consiste à casser les carreaux de céramique pour détruire les motifs qui y sont représentés pour ensuite agencer les morceaux de façon à réaliser une nouvelle composition sans rapport avec les dessins d'origine.

Gaudi a été le premier à utiliser cette méthode pour couvrir des surfaces courbes et irrégulières, méthode qu’il appliqua dans plusieurs de ses réalisations.

La Casa Batlló est aussi classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Casa Milà ou Pedrera

Située de l’autre côté de l’avenue Passeig de Gracia par rapport à la casa Batllò, c’est le dernier immeuble de logements construit par Gaudi, immeuble qui célèbre la ligne courbe et, après la Sagrada Familia et le Parc Güel, c’est probablement l’œuvre de Gaudi la plus visitée.

Mais il ne reste pas grand chose des appartements conçus par l’architecte au XIXe siècle, sauf un appartement du dernier étage qui occupe deux anciens logements de l’époque et permet de découvrir les éléments clé de l’architecture intérieure de Gaudi en suivant la vie quotidienne d’une riche famille.

De là, on accède au toit-terrasse où les cheminées originales de Gaudi restaurées ont recouvré leur splendeur, tout comme les escaliers couverts de fragments de marbre et de mosaïque.

La cheminée couronnée de petits chapeaux aurait été réalisée par Gaudi au lendemain de l’inauguration du bâtiment en utilisant des fragments de bouteilles vides de la fête. On l’a restauré avec des fragments de bouteilles de champagne du début du XXe siècle.

La Casa Vicens

La Casa Vicens se situe dans le quartier de Gràcia, au 24 Carrer de les Carolines. C’est une propriété privée qui ne peut être visitée, également classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Pour cette résidence, Gaudi s’est inspiré des architectures indienne et japonaise en utilisant ses matériaux favoris, briques et morceaux de céramique. Il utilise aussi des décors en trompe-l’œil plus baroques ainsi que des arabesques et motifs qui tiennent de l’Art nouveau. Il faut porter attention à la grille de fer forgé de l'entrée qui reproduit les belles feuilles d’un petit palmier.

La Sagrada Familia

Nous arrivons finalement au chef d’œuvre si connu et non encore achevé de l’éminent architecte et artiste.

Des tours aux formes paraboliques, des voûtes hyperboliques, des façades abondamment sculptées de multiples personnages, une nef inondée de lumière, tantôt verte tantôt bleu, selon les heures et les vitraux à travers laquelle elle perce.

C’est le monument le plus représentatif de Barcelone et c’est la grande œuvre de Gaudi qu’il a débutée en 1883 et à laquelle Il a consacré toute la fin de sa vie. C’est véritablement un chef d’œuvre et comme de raison, il est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO !

On ne peut manquer de s’arrêter sous le magnifique crucifix également conçu par Gaudi, suspendu dans la nef. Et il faut aller dans la crypte pour se recueillir sur la tombe du génial créateur.

Il faut sans faute visiter l’intérieur de la Sagrada Familia car malgré les longues files que l’on voit devant, il est relativement facile d’obtenir des billets. Pour 15 euros, vous obtenez des billets réservés pour une heure précise qui sont aussi des coupe-file. Nous avons obtenu des billets pour le jour suivant sans aucun problème.

Le Parc Güell

Situé un peu en retrait du centre de la ville, le Parc Güell est le rêve inachevé d’une cité-jardin de Gaudi et de son mécène et ami Eusebi Güell.

Le duo prévoyait d'y construire une soixantaine de propriétés avec une immense zone verte commune. Une retraite bucolique pour la haute bourgeoisie qui, il semble bien, fut rebutée par l’éloignement de la ville, à l’époque. Ce fut donc un échec total.

Gaudi y travailla pendant 10 ans jusqu’à la mort de Güell. Une seule maison avait alors été terminée et Gaudi l’habita de 1906 à 1926. Elle abrite aujourd’hui un musée qui lui est consacré avec dessins et meubles.

La porte principale du parc, où on ne trouve aucune ligne droite, est décoré de mosaïques et flanquée de deux pavillons inspirés de Hänsel et Gretel. Le pavillon de droite, celui de la sorcière, est couronné par un champignon vénéneux. Si on y regarde de près on verra que les pustules du champignon sont en fait des tasses renversées. On dit que Gaudi avait à l’époque cessé de consommer du café et que c’est ce qui avait inspiré cette création.

L’escalier principal est divisé en deux par un immense dragon multicolore construit en trencadis de céramique émaillée, l’une des signatures de Gaudi. Tout comme le fameux banc ondulé qui fait le tour de la terrasse en offrant une magnifique vue sur Barcelone. C’est là qu’a été tournée la scène mythique de séduction dans le film « L’Auberge espagnole ».

Un peu plus encore

Si vous avez du temps, et voulez allonger la visite, voici quelques autres réalisations moins connues que l’on peut aussi admirer de l’extérieur seulement.

- La Casa Calvet, située au 57 Carrer Sant Marc, est un immeuble d’habitation avec quelques éléments décoratifs typiques de Gaudi.

- La porte d’entrée des Pavillons des écuries de la Finca Güell (Avinguda de Pedralbes, 7) avec la Porta del Drac (porte du dragon), grande sculpture en fer forgé avec ses ailes de chauve-souris et sa bouche ouverte sur une langue sinueuse.

- L’impressionnant Portail Miralles, sur le passeig de Manuel Girona, construit en 1901, afin de donner accès à une propriété privée qui n’existe plus. Aujourd’hui elle donne accès à une calme rue publique.

En savoir plus sur Gaudi

Gaudí Experiència est une nouvelle manière de découvrir Gaudí et son œuvre. Situé tout près du Park Güell, l’espace propose un voyage à travers l’univers créatif du génie de l’architecture moderniste à travers trois axes : des murs interactifs pour adultes et enfants, des maquettes d’œuvres de l’architecte et un audiovisuel en 4D.

Et, après plus de six mois de rénovation, le Museu Diocesà de Barcelone vient de rouvrir ses portes avec une exposition unique et attendue « Marcher avec Gaudí ». Immense exposition rassemblant de nombreux objets et documents autour de la vie de l’artiste et présentés en quatre thématiques principales : ses influences, les mondes de Gaudi, ses chefs-d’œuvre et son héritage.

On visite comment ?

Vous pouvez le faire à pied, en empruntant le Hop-on Hop-Off (privilégiez le trajet est), seul ou avec un guide privé (facile à trouver en ligne).

La Route du Modernisme, une initiative du gouvernement, publie un guide qui comprend jusqu’à 120 œuvres parmi les plus importantes de Barcelone. Vous pouvez le télécharger ou l’obtenir sur place. Un excellent outil pour vous accompagner tout au long du parcours.

N’importe comment, à pied ou autrement, seul ou accompagné, Barcelone vous séduira à coup sûr comme elle a inspiré toutes ces créations fabuleuses au grand architecte et artiste catalan.
 

Christiane Théberge


 

Cheminées du Palais Güell

Sous-sol du Palais Güell

Lampadaire à la place Reial

Casa Batlló

La Pedrera

Sur le toit de La Pedrera

Casa Vicens

Crucifix à la Sagrada Familia

Dragon en trencadis au Parc Güell

Maison de la sorcière, Parc Güell

Banc au Parc Güell 

Portail Miralles

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'articles...

Retour